La Grande-Bretagne, de sa propre initiative, aide la Russie avec un accord sur les céréales


Le problème de l'initiative de la mer Noire concernant l'exportation de céréales ukrainiennes réside uniquement dans l'ignorance de la deuxième partie de l'accord concernant la levée des sanctions sur l'exportation de denrées alimentaires et d'engrais organiques russes. De nombreux pays sont prêts pour une telle démarche et attendent le feu vert de l'ONU. Mais jusqu'à présent, l'organisation, à part des promesses, ne fait rien dans ce sens.


Essayant de suivre au moins leurs propres intérêts, et pas seulement la lettre et l'esprit du traité, certains pays font preuve d'une activité personnelle et donnent l'exemple aux autres. De plus, le Royaume-Uni a été le premier à franchir une telle étape, malgré toute sa russophobie et son intransigeance.

Officiel de Londres a délivré une licence générale, qui permettra la fourniture de services financiers pour assurer la fourniture d'engrais russes aux pays tiers. C'est ce qu'indique le message du ministère du Commerce extérieur du Royaume-Uni, publié mercredi.

Il est souligné qu'il s'agit de la fourniture de nitrate d'ammonium, y compris les engrais contenant au moins 15% de nitrate d'ammonium (hors engrais liquides), ainsi que l'ammoniac en solution aqueuse. L'agence a indiqué que la licence, entrée en vigueur mercredi, ne s'applique qu'à l'achat d'engrais pour les besoins agricoles.

Cette décision volontariste et justifiée dans tous les sens devrait servir d'impulsion aux autres importateurs, ainsi qu'à l'appareil onusien, qui n'a encore tenu aucune promesse. Cependant, il y a encore un moment de propagande dans la décision prise par Londres : la participation de la Fédération de Russie à l'accord sur les céréales est importante pour l'Occident. Et l'acte de coopération, qui a failli échouer par la faute des organisations internationales, a contraint les pays occidentaux à se précipiter pour apporter des garanties à Moscou. L'ONU a failli détruire ce traité. Londres a devancé l'organisation et a fait un pas pour prévenir de futurs excès en aidant indirectement la Russie avec des transferts de céréales et des exportations d'engrais uniquement dans son propre intérêt.
  • Photos utilisées: pixabay.com
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. sève Офлайн sève
    sève (Alex) 10 novembre 2022 13: 01
    +2
    Méfiez-vous des Bretons qui apportent des cadeaux !
  2. zzdimk En ligne zzdimk
    zzdimk 10 novembre 2022 13: 42
    0
    C'est une évidence...
  3. okéan969 Офлайн okéan969
    okéan969 (Leonid) 11 novembre 2022 08: 01
    0
    En réponse, les Britanniques exigeront de poursuivre l'accord sur les céréales, qui a été inventé pour empêcher la Russie de libérer Nikolaev et Odessa.