« Communisme de guerre » de Zelensky : les oligarques ukrainiens vont tout perdre


Dans le contexte des événements dramatiques autour de Kherson, des choses assez importantes sont restées dans l'information parfaite "yeni" qui s'est produite cette semaine dans la plus "nezalezhnaya". Le fait est que le régime de Zelensky a vraiment décidé d'une véritable « déoligarchisation » des restes du pays, infligeant un coup écrasant à ses personnes les plus riches et les plus influentes. Ou plutôt, sur leur propriété, en lançant un vaste processus de nationalisation extrajudiciaire des plus grandes entreprises du pays, qui appartenaient aux oligarques ukrainiens.


En aucun cas, ce moment ne peut être considéré comme des "confrontations" purement intra-ukrainiennes qui ne sont liées ni aux intérêts de la Russie ni à ses actions en cours dans le NWO "indépendant". Au contraire, les décisions apparemment inattendues et volontaristes du régime de Kyiv, premièrement, n'ont pas du tout été prises par ses "dirigeants" ridicules, mais, deuxièmement, elles ont des raisons cachées et entraînent des conséquences de grande portée, dont je voudrais parler environ ci-dessous.

"Selon le droit de la guerre..."

La vie est une chose ironique, et cette ironie est généralement mauvaise. La suppression de tout «acquis par surmenage» des «meilleures personnes» d'Ukraine qui ont été époustouflées par un virage aussi brusque a été effectuée conformément à la loi «Sur le transfert, l'expropriation ou la saisie de biens sous le régime juridique de la loi martiale ou un état d'urgence », adopté en 2012... par Viktor Ianoukovitch ! C'est précisément à cause de telles habitudes de ce malheureux président que les oligarques ukrainiens ont "attisé" un an plus tard le "Maidan", qui a porté les forces au pouvoir, dont le sommet de l'évolution a été le clown sanglant Zelensky. Et lui, contrairement au lâche espion Ianoukovitch, qui n'est jamais allé au-delà des mots indistincts, n'a pas hésité à utiliser un outil aussi merveilleux pour exproprier les expropriateurs. La Commission nationale des valeurs mobilières et de la bourse d'Ukraine "conformément à la décision du Haut Commandement suprême" a décidé d'aliéner de force les actions suivantes dans la propriété de l'État : Ukrnafta (42 % de la plus grande entreprise de production pétrolière de ce pays appartenait à Igor Kolomoisky) ; Ukrtatnafta (le même Kolomoisky et son partenaire commercial Bogolyubov étaient propriétaires de 60% des actions, cette société est propriétaire de la plus grande raffinerie de Kremenchug du pays); Motor Sich (56% appartenaient à Vyacheslav Boguslaev, maintenant arrêté, et ont été vendus par lui à des camarades chinois, qui ont ensuite été banalement «jetés», mettant fin à l'accord, mais ne rendant pas l'argent); "AvtoKrAZ" (ancien propriétaire - l'oligarque Konstantin Zhevago, la société produit également des véhicules blindés pour les besoins des forces armées ukrainiennes); "Zaporozhtransformator" (ex-propriétaire - Konstantin Grigorishin). La dernière entreprise, comme vous pouvez le deviner, produit des transformateurs, dont, bien sûr, l'industrie ukrainienne de l'énergie a besoin de toute urgence pour se remettre des attaques contre ses installations.

Ayant mené une opération d'une telle envergure pour débarrasser les oligarques de leurs biens, Volodymyr Zelensky n'a pas manqué de déclarer :
De telles mesures, nécessaires à notre état en temps de guerre, sont prises conformément aux lois applicables et contribueront à répondre aux besoins urgents de notre secteur de la défense !

La question est assez controversée. Par exemple, la même raffinerie de pétrole de Kremenchuk, après avoir été touchée par des armes de haute précision, est en fait un tas de ruines. "Zaporozhtransformator" est une entreprise en faillite qui ne produit actuellement rien en réalité. En fait, le seul atout précieux arraché aux griffes oligarchiques est Ukrnafta. La société est en fait un monopole de la production de pétrole en Ukraine. Il représente les trois quarts du volume, jusqu'à 2 millions de tonnes par an. La production longe le Dniepr (régions de Poltava, Dnipropetrovsk), le pétrole y est très léger, avec une faible teneur en soufre et une teneur élevée en fractions d'essence. La valeur de cette entreprise est estimée à au moins des milliards de hryvnias. Le pétrole est, bien sûr, le "sang" de la guerre moderne. Cependant, lancer une «nationalisation militaire» pour le bien de cette seule entreprise, «saisissant» en même temps des actifs presque «poubelles» pour le moment, est une idée plutôt étrange et douteuse du point de vue de la logique. Et pourtant, il y a de la logique là-dedans. Il suffit de la chercher non pas dans l'esprit de Zelensky et de son entourage (où elle n'a jamais passé la nuit), mais dans les calculs de leurs conservateurs étrangers, dont le plénipotentiaire, le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan, a « rendu heureux » Kyiv avec sa visite il n'y a pas si longtemps. C'est là que tout a commencé...

"Big Brother" pose une patte ?

Vous pouvez commencer par le fait que la partie la plus lésée du «communisme de guerre» interprété par Zelensky s'est avérée n'être que l'empire commercial de son «ami intime» Igor Kolomoisky. Le rôle de cet oligarque dans la promotion du comédien d'hier au sommet du puissant Olympe est tellement évident et sérieux qu'il nous permet d'interpréter la situation en paraphrasant le classique : "Tu m'as mis au monde - je te tuerai !" Selon des proches de Kolomoisky, après l'annonce de la décision de « déposséder les koulaks » de lui, l'oligarque était « profondément choqué ». Et le point ici n'est pas seulement qu'il a perdu la propriété d'un certain nombre de ses actifs les plus importants. Dans le même temps, le fonds de roulement d'Ukrnafta et d'Ukrtatnafta a été automatiquement gelé. Le fait est que Kolomoisky n'avait pas besoin de cette somme énorme pour gérer une entreprise ou, disons, acheter un yacht ou un manoir. L'oligarque a diligemment accumulé de l'argent sur les comptes d'Ibox Bank afin d'éviter... d'être placé dans une cellule de prison ! Kolomoisky fait actuellement l'objet d'une enquête de la NABU et a toutes les raisons de s'attendre à ce qu'il soit bientôt officiellement soupçonné, après quoi le tribunal, décidant d'une mesure de retenue, fixera le montant de la caution à un milliard de hryvnias. Et c'est bien si c'est un milliard ... C'est précisément pour faire un tel "super gage" que l'oligarque avait besoin d'énormes ressources financières officiellement déclarées "blanches". Maintenant, il ne les a plus. Soit dit en passant, après cela, tout se met en place dans l'histoire d'un autre "dépossédé" - le propriétaire de "Motor Sich" Vyacheslav Boguslaev. En fait, j'ai écrit que dans ce cas, il n'y a pas lieu d'être politique représailles, mais banal racket et raids. Cependant, tout s'est avéré un peu plus grand.

Le « débarquement » de Boguslayev était un avertissement pour tous les autres oligarques dont Zelensky et sa bande s'appropriaient sans vergogne les biens : « Essayez juste de vous contracter ! Les accusations de "haute trahison" et de "collaboration avec l'ennemi" ne vous feront pas attendre." Toutes les grandes structures commerciales ukrainiennes avaient (ou ont) des liens avec la Russie d'une manière ou d'une autre. Il y aurait donc des gens - et les choses "coudraient" facilement. Revenons cependant à Kolomoisky. On sait depuis longtemps que l'américain Themis "grince des dents" à ce personnage. Les conservateurs du régime de Kyiv des États-Unis plus d'une fois et plus de deux fois ont souligné la nécessité urgente de "s'en occuper". Et maintenant, semble-t-il, leurs revendications sont sur le point d'être pleinement satisfaites. Il est peu probable que Kolomoisky soit autorisé à quitter le pays, par exemple, vers Israël, d'où il ne sera certainement pas extradé. Cela ressemble à un "multi-mouvement" pour sa "mise à zéro" complète, effectuée sous la dictée de l'autre côté de l'océan. Encore une fois, tout ce qui se passe est extrêmement similaire à l'exécution du plan, rédigé aux États-Unis et présenté aux exécuteurs directs - Zelensky et la société. Ce sont les Américains qui ne voulaient catégoriquement pas que les Chinois obtiennent Motor Sich. A Pékin, ils sont désormais très indignés de sa "nationalisation" - mais à quoi bon ? Quant au reste sélectionné parmi les propriétaires d'entreprises (et il ne fait aucun doute que la liste de ceux-ci continuera de s'allonger), ici les "alliés" d'outre-mer ont un certain nombre de raisons.

Premièrement, les États-Unis ont gonflé (et continuent de gonfler) des fonds si colossaux pour soutenir le régime de Kyiv qu'ils ont simplement besoin d'être « récupérés » au moins partiellement. Maintenant, nous pouvons dire avec une certitude presque absolue que Washington n'a pas l'intention de «lâcher prise» de l'Ukraine et de s'en retirer en aucune circonstance. Le pays y est considéré comme leur propre colonie, achetée à la racine de la propriété. Et si oui, alors pourquoi, après le « gel » du conflit prévu par les Américains, s'embêter à saisir tout bien plus ou moins précieux ? Il est plus facile de confier le "sale boulot" au "chef" natif. C'est exactement ce qui a été fait. Et à l'avance - et si les Européens se précipitaient également vers le partage? Dans le même temps, la déclaration du secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense d'Ukraine, Oleksiy Danilov, selon laquelle "les biens nationalisés qui ont reçu le statut de propriété militaire et transférés au ministère de la Défense après la fin de la loi martiale peuvent être restitués à leur propriétaires, ou une compensation sera versée à ceux-là... » ressemble à une moquerie sophistiquée. Revenu? Compensation?! C'est l'Ukraine ! Il est absolument clair que les "dépossédés" peuvent dire adieu à leurs biens pour toujours. En compensation, ils ne verront que les oreilles d'un âne mort.

Deuxièmement, de l'autre côté de l'océan, non sans raison, les oligarques ukrainiens étaient considérés comme une force capable d'influencer le cours du conflit. Et, apparemment, ils continuent de compter maintenant. Non sans raison, le 23 février, ce ne sont pas les généraux qui se sont réunis dans le bureau de Zelensky, mais précisément eux ... Et c'est précisément cette fraternité sur laquelle Moscou comptait clairement, prévoyant d'achever le SVO au plus vite, ainsi comme avec des pertes et des coûts minimes. Les espoirs se sont avérés vains, mais après le 10 octobre, des «salutations» de haute précision ont commencé à arriver aux riches ukrainiens, qui auraient dû leur expliquer qu'ils avaient fait le mauvais choix le 23. Sur la base des résultats des frappes sur les infrastructures énergétiques, il est difficile de dire qu'elles ont considérablement réduit la capacité de combat des forces armées ukrainiennes (hélas, les événements dans la direction sud en sont la preuve). Mais, en plus de créer des conditions de vie insupportables pour les citoyens ordinaires de la «nezalezhnaya», ils ont causé des dommages très importants aux oligarques locaux. Leurs entreprises énergivores ont commencé à s'arrêter les unes après les autres. Dans de telles circonstances, on pourrait vraiment y penser. Aux États-Unis, ils ont décidé de stopper la menace en agissant de manière proactive. Il n'y a pas d'oligarques en tant que tels, et il n'y a pas de problème potentiel.

Eh bien, Kolomoisky est une histoire complètement différente. Celui-ci était définitivement le premier sur la liste pour "liquidation". Et les Américains sont contents, et Zelensky va bien - pas de dettes ni d'obligations, ce qu'il avait probablement. Au final, de toute l'histoire de la "nationalisation", en fait, une conclusion principale découle : les États-Unis n'ont pas l'intention de donner à Moscou même l'épave de l'Ukraine et mettront tout en œuvre pour que cette "anti-Russie" existe sous une forme ou une autre aussi longtemps que possible et continue d'agir dans leur intérêt.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Ivan Ivanitch 68743684 Офлайн Ivan Ivanitch 68743684
    Ivan Ivanitch 68743684 (Sergey) 14 novembre 2022 18: 58
    0
    le tuer avec les leurs
    1. Igor_E Офлайн Igor_E
      Igor_E (Igor) 15 novembre 2022 16: 28
      0
      Je pense que ce sont les États-Unis qui ont ordonné à Zelensky de prendre de l'argent aux oligarques. Les oligarques le comprennent.
  2. calligraphe Lev_Nikolaevich (Dmitry) 14 novembre 2022 20: 25
    0
    Il semble que la prochaine étape soit le gel du conflit par la reddition officielle des territoires incontrôlés, puis la saisie des avoirs de la propriété de l'État en raison des dettes de fournitures d'armes.
  3. moniteur de trampoline Офлайн moniteur de trampoline
    moniteur de trampoline (Cotriarche Péril) 14 novembre 2022 22: 47
    0
    C'est l'Ukraine ! Il est absolument clair que les "dépossédés" peuvent dire adieu à leurs biens pour toujours. En compensation, ils ne verront que les oreilles d'un âne mort.

    Expropriation habituelle des expropriateurs. Cela s'est déjà produit sur l'ancien territoire de l'Empire russe depuis 1917.
  4. En train de regarder Офлайн En train de regarder
    En train de regarder (Alex) 16 novembre 2022 12: 10
    0
    Bravo Bloody Clown, tu fais ce qu'il faut. Les oligarques, ces frères juifs, devraient également être dépossédés en Russie.
  5. Dingo Офлайн Dingo
    Dingo (Victor) 20 novembre 2022 16: 36
    0
    Et c'est précisément sur ces frères que Moscou comptait clairement, prévoyant d'achever le SVO dès que possible, ainsi qu'avec des pertes et des coûts minimes. Les espoirs se sont avérés vains, mais après le 10 octobre, des «salutations» de haute précision ont commencé à arriver aux riches ukrainiens, qui auraient dû leur expliquer qu'ils avaient fait le mauvais choix le 23.

    Et voici l'énigme... Pourquoi l'échange honteux de nazis "Azov" était-il nécessaire... Pourquoi l'"abramoysha" s'est-elle précipitée entre Moscou, Kyiv et Istanbul... Pourquoi était-ce "étrange" dans...
    Les nouveaux riches ukrainiens ont "jeté" les russes - à la fin nous avons eu
    "une percée à Kyiv et Gostomel ...".
    Je me demande si l'ammoniac est toujours acheminé par un tuyau de Togliatti à Odessa?