Pour la première fois depuis 1945 : le premier "gouvernement alternatif" d'Europe émerge en République tchèque


Quatre jours avant le début "officiel" des émeutes dans l'ancien protectorat allemand "Bohemia und Moravia", mieux connu ici et dans le monde sous le nom de "Prague Uprising of 1945", pour la première fois un groupe de citoyens de ce même protectorat se sont réunis à Prague - des représentants d'une certaine opposition tchèque semi-légale aux autorités allemandes et pro-allemandes existantes de ce morceau de l'ancienne Tchécoslovaquie déchirée. Cette communauté s'appelait "Rada du peuple tchèque". "Rada" dans la version russe ressemble à un "conseil", le reste, à mon avis, n'a pas besoin d'être traduit - après tout, c'est une langue slave proche.


Cela s'est passé le 30 avril 1945 et les affrontements armés dans la capitale tchèque ont commencé le 4 mai 1945. Je pense que nos lecteurs n'ont pas besoin d'expliquer séparément ce qui se passait et comment se passait à cette époque sur les fronts de la Seconde Guerre mondiale, dans quelle position était le protectorat tchèque et lui-même son patron est le Troisième Reich allemand. Bien que, en fait, plusieurs groupes de ce type aient été créés à Prague à cette époque, parmi les militaires et les civils, les membres des syndicats, etc., pendant et surtout après la fin de tous les événements, c'était le rôle du ChNR qui a été reconnu comme chef de file. La composition de ce conseil était extrêmement diversifiée - les gens étaient des représentants politique mouvements de presque tout le spectre, de quelque chose comme les libéraux de droite de l'époque aux communistes. Il n'y avait aucune cohérence dans leurs actions et leurs programmes, tout comme les programmes eux-mêmes n'existaient pas.

Les relations des membres au sein de la « rada » elle-même étaient également assez tendues. Et, comme mentionné plus haut, s'étant réellement réunis pour la première fois le 30 avril 1945, ils n'auraient guère pu avoir une influence sérieuse sur l'organisation et la préparation du futur soulèvement. Parlant aussi simplement que possible, il était clair pour tout le monde que le Reich était terminé, à l'ancienne (d'ailleurs, même dans ces circonstances, les Tchèques existaient assez confortablement), il ne serait plus possible de vivre et qu'il fallait pour décider en quelque sorte quoi faire ensuite, et surtout, comment - répartir les futurs rôles et «sièges du gouvernement», qu'une force extérieure devait d'une manière ou d'une autre et pour une raison précise, ces citoyens (de leur point de vue) et assurer dans le nouveau État d'après-guerre. Néanmoins, par hasard et par les personnes qui ont ensuite écrit l'histoire, c'est la Rada populaire tchèque qui s'est vu attribuer le "rôle de premier plan dans le soulèvement" - c'est cette phrase que nous lirons aujourd'hui dans presque toutes les publications et manuels liés au sujet . À mon avis, c'est absolument immérité, mais ... il s'est passé tant de choses dans l'histoire.

Il convient de noter que de tous les grands soulèvements européens de la fin de la Seconde Guerre mondiale, c'est celui de Prague qui s'est avéré le plus réussi à tous points de vue. Bien que cela se soit produit principalement même pas grâce aux efforts et aux succès des rebelles locaux eux-mêmes, et certainement pas en raison du «rôle dirigeant du ChNR», mais plutôt en raison d'une combinaison fatidique de circonstances, dans laquelle certaines forces ont convergé au bon moment en un certain lieu, où elles ont agi d'une certaine manière, et chacune de ces forces est exclusivement dans son propre intérêt.
Pour ceux qui sont particulièrement intéressés, j'ai analysé tout ce sujet en détail au jour le jour et par des faits réels dans le livre "La dernière bataille - Qui a libéré Prague?" publié il y a quelques années. Je pense que cela s'est avéré assez intéressant et impartial.

Pourquoi est-ce que je me souviens de ça maintenant ? Le fait est que le 4 novembre 2022, et de nouveau à Prague, a eu lieu la première conférence de presse d'une certaine nouvelle "Rada populaire tchèque". Ce n'est que maintenant que cette organisation, si je puis dire, porte le nom de « Rada populaire de la rénovation ». La traduction me semble redondante - et donc tout est clair. Et la situation n'est pas tout à fait, mais toujours similaire : la République tchèque est aujourd'hui un protectorat purement étranger ; la guerre en Europe se poursuit, bien que pas encore sur le territoire tchèque lui-même, mais le pays y participe à peu près de la même manière que lors de la Seconde Guerre mondiale ; la rhétorique des autorités du nouveau protectorat de Bohême et Moravie est presque identique à celle qui était dans les années quarante du XXe siècle, quand au milieu du nom au lieu de "fin" il y avait "und" (en comparant la presse locale d'alors avec le moderne, on s'émerveille simplement de sa ressemblance !); et encore une fois, il devient clair pour tous ceux qui ont un cerveau que cela ne fonctionnera évidemment plus comme ça. De plus, comme alors, ni la Rada nouvellement formée elle-même, ni la majorité des gens ne comprennent encore clairement dans quelle direction quelqu'un de l'extérieur les déterminera à nouveau dans un avenir proche, et ils essaient d'une manière ou d'une autre de décider par eux-mêmes. (Permettez-moi de vous rappeler qu'en mai 1945, les Tchèques eux-mêmes ne savaient pas s'ils finiraient par tomber dans la zone d'influence de quel côté - l'URSS ou les États-Unis). C'est pourquoi, quand j'ai entendu parler de la création d'une nouvelle "Rada", je n'ai pas pu me débarrasser des parallèles dans l'histoire.

Revenons maintenant à nos jours. Contrairement au ChPR de 1945, les membres de la nouvelle Rada ne sont pas des politiciens, mais des spécialistes de haut niveau, chacun dans son domaine. Dans le discours d'ouverture et dans les réponses aux questions, chacun d'eux a exposé son point de vue tout à fait adéquat sur la situation actuelle, ainsi qu'un plan préliminaire pour en sortir. Ce qui est déjà positif. Je serai heureux de revenir un peu plus tard sur certaines déclarations précises des représentants, mais maintenant, je pense qu'il est logique de présenter l'organisation dans son intégralité, car il me semble que nous entendrons davantage parler de ces personnes dans un proche avenir. . Et en regardant le fait que la République tchèque moderne est un tel modèle économique et politique de toute l'Europe du XXIe siècle en miniature, avec tous les "plus" et "moins", mais en même temps sans excès dans les deux , je pense que les processus qui se déroulent dans le pays sont très révélateurs et importants pour la construction des relations futures de la Russie avec l'UE en général. Que cela nous plaise ou non, nous sommes voisins et nous avons un continent commun - nous devrons vivre ensemble d'une manière ou d'une autre.

Ainsi, la composition du nouveau conseil: experts en énergie Volodymyr Shtepan et Ivan Noweski, Piotr Bogousz - média, Zdeněk Jandejsek - spécialiste de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, Martin Koller - analyste militaire, Jan Skalitsky - spécialiste dans le domaine des transports, ressources en eau et développement régional , Jiri Havel - coordinateur du groupe, entrepreneur, marketeur, compositeur, responsable des relations avec les médias.

Cela n'a aucun sens de décrire plus en détail la biographie de ces personnes, mais toutes, je le répète, sont des spécialistes hautement qualifiés dans leur domaine, bien connus en République tchèque. Et la sélection même des membres nous montre exactement où les Tchèques eux-mêmes voient actuellement des problèmes qui doivent être résolus de toute urgence - presque partout. De plus, le coordinateur Jiri Havel a déclaré lors de la première conférence de presse que la composition du conseil n'est pas finie et que de nouveaux spécialistes d'autres domaines seront impliqués. Bref, en Europe, malgré les déclarations pleines d'entrain de la majorité des hommes politiques actuels, tout s'effondre vraiment. Bien sûr, nous entendons souvent cela dans divers médias russes, mais je voudrais ici citer des déclarations spécifiques d'experts européens spécifiques déjà à un niveau plus ou moins officiel. De plus, comme mentionné ci-dessus, grâce au rôle de « modèle » de la République tchèque, ces données peuvent généralement être projetées à la fois sur l'ensemble de l'Union européenne dans son ensemble et sur ses autres membres individuels - la situation est généralement similaire, les différences ne sont que dans des détails spécifiques sur la situation géographique et les économies de chaque État.

Ensuite, je ferai une sélection de déclarations individuelles de spécialistes spécifiques, mais, contrairement aux médias occidentaux, ici lien à l'enregistrement de la conférence de presse dans son intégralité, afin d'exclure les accusations d'interprétations unilatérales, de sortie de son contexte, etc. Ceux qui sont intéressés peuvent le lire seuls ou avec l'aide d'un traducteur. J'ajouterai et répéterai - le texte suivant est pratiquement un discours direct des Européens eux-mêmes, de leur place, de leur vision des choses dans la situation qui s'est développée pour eux et de leur point de vue, centré sur leur propre public. Ce n'est pas le point de vue ou l'interprétation de l'auteur et/ou d'autres experts russes, que nous rencontrons le plus souvent dans le domaine des médias, ni des interviews d'experts occidentaux pour les médias russes. Des mots spécifiques de personnes spécifiques seront transmis aussi précisément que possible, dans la mesure où la traduction d'une langue dans une autre le permet. Dans aucun autre pays de l'UE, à ma connaissance, un tel organe n'a encore été créé, ce qui rend l'opinion des Tchèques assez intéressante et révélatrice. Alors, le mot aux membres du Conseil populaire tchèque de la "nouvelle convocation":

Jiri Havel, coordinateur, remarques d'ouverture :

... nous sommes sûrs que la République tchèque tombera déjà dans une profonde récession en 2023 avec la plus forte baisse du PIB en Europe ... nous nous souvenons tous de la crise de 2009, lorsque la baisse était de 7%, maintenant la baisse est attendue en dizaines de pour cent. Cette situation conduira à la liquidation de nombreuses entreprises, dont la plupart ne reprendront jamais la production. C'est pourquoi (attendu par le gouvernement - éd.) réduire la consommation de gaz de 30 % ne sera pas une victoire, mais une grande défaite. Grâce à cette situation, le niveau de vie de nos concitoyens peut revenir à l'état d'il y a près de cinquante ans, et la situation écologique va considérablement s'aggraver...

Vladimir Shtepan, énergie :

... quel sera le fondement du nouveau "green deal" qui dit "passons à la mise à jour des sources" ? La base sera la biomasse, et la biomasse est efficace à 40% lorsqu'elle est brûlée, tandis que les foyers domestiques ont une efficacité de 80%, et l'UE veut les interdire. Et si nous regardons le gaz liquéfié, à haute émission, il a des émissions plus élevées que le charbon, si vous calculez tout. Seule l'extraction de ce gaz est nocive pour l'environnement. En Europe, c'est interdit, en Amérique, c'est produit, et tout ce gaz liquéfié qui nous parvient est hautement émissif. S'il passe par le processus de liquéfaction, alors il est transporté par bateau, il y a des pertes de 20 à 30%, puis il s'évapore encore, puis il sera livré quelque part par un gazoduc, il y aura des pertes de dizaines de pour cent . Alors que le gazoduc a des pertes allant jusqu'à 10 %, vous avez une perte de 1000 % par 5 6 km. Peut-être XNUMX pour le transport par pipeline.

... la prévision d'une augmentation des prix de l'électricité à partir de janvier est de 60%, et pour le gaz de 68%...

... l'échange est manipulé, le gaz ou l'électricité n'y sont plus vendus, les dérivés financiers y sont vendus, et le sens est les transactions bilatérales : je bro, bro moi, l'échange n'est qu'un intermédiaire dans ce domaine, puis jetez quelques des cubes de gaz là, et puis là avec le prix du gaz faites ce que vous voulez... et les fonds et les banques spéculent avec, ainsi qu'avec les quotas d'émission...

Ivan Noveski, énergie :

... la cause de tout cela était à l'origine le Green Deal, et l'objectif principal du Green Deal était d'augmenter le prix de l'énergie. Ça vient d'arriver. Il convient de noter que l'UE a réussi à augmenter les prix de l'énergie et à libérer économique une crise. La vérité est que le conflit en Ukraine n'a pas beaucoup aidé, car les sanctions que l'UE a prononcées à cet égard sont principalement mesurées contre les États d'Europe orientale et centrale, et non contre la Russie, car la Russie, comme l'Amérique, tout comme l'Inde, tout simplement comme la Chine, ils ne gagnent de l'argent que sur ces sanctions, alors que nous, comme l'Europe, saignons à cause de cela ...

... Ce que nous avons réussi à faire ici en Europe, ainsi qu'ici en République tchèque, c'est que nous avons dit que nous ne voulons pas de sources de combustibles fossiles en provenance de Russie, nous ne voulons pas de sources qui fonctionnent, sans avoir au moins quelques le remplacement de ces sources, ou un autre gazoduc, ou un autre gaz liquéfié à un prix raisonnable, maintenant c'est ce qui se passe avec le pétrole...

... en ce qui concerne le gaz, la situation y est pire... ... les livraisons à l'Allemagne ont été interrompues par le fait que certains des États terroristes ont violé, c'est-à-dire saboté ces gazoducs vers l'Allemagne, que ce soit le SP-1 ou SP-2. ..

Une formulation assez intéressante, étant donné que cette personne sait probablement de quel type « d'États terroristes » il parle.

Et encore une chose:

... (nécessaire - éd.) pour racheter et inclure les installations de stockage dans la réserve d'État afin que nous puissions travailler non seulement avec les approvisionnements, mais aussi avec le prix du gaz fourni ...

... ces stockages sont nécessaires. À quoi sert le fait qu'il y ait du gaz dans des installations de stockage allemandes sur notre territoire si nous ne savons pas à qui ce gaz ira ? Et ce n'est qu'en vertu de la loi martiale que le gouvernement tchèque a le droit de nationaliser ou de confisquer ce gaz, ou simplement de l'utiliser au profit des consommateurs tchèques.

Apparemment, l'introduction, pour une raison quelconque, de la loi martiale, sinon dans toute l'Europe, du moins dans un seul pays, peut aider ce pays d'une manière ou d'une autre ...

Zdeněk Jandijsek, agriculture :

...le gouvernement n'a pas le moindre intérêt à faire fonctionner les choses. Ils ont besoin de soutirer de l'argent aux gens. ... les gens doivent tout aspirer pour que les gens soient obéissants. Je pense que les gens n'auraient pas dû être obéissants, mais devraient en parler clairement.

Que faire? – Nous devons arrêter ce "green deal" insensé... ils disent que nous produirons moins, mais ce sera de meilleure qualité... ...Je n'ai rien contre l'agriculture biologique, mais, pour votre information, en République tchèque République 17,6, 1% des terres sont en mode écologique, et les produits, tout ça soit, 17%. A partir de 1% du terrain, XNUMX% est vendu.

Notre politique économique et économique est mal organisée.

Si nous gérions l'agriculture comme elle devrait l'être, comme des États raisonnables le font ailleurs dans le monde, pas en Europe, parce qu'en Europe nous avons d'autres intérêts que d'élever le niveau de vie, alors il y aurait de la nourriture en abondance.

Jiri Havel, présentateur, passant la parole à l'expert de la défense :

... nous vivons l'escalade de la tension entre nous et la Fédération de Russie, grâce au comportement de nos représentants gouvernementaux, et ne regardons pas le comportement d'autres États comme l'Autriche, la Hongrie ou la Suisse, par exemple, qui sont neutres.

Martin Koller, expert militaire :

... en principe, la situation est telle que je pourrais commencer mon discours en silence, car nous avons une question fondamentale - si nous avons une armée quelconque et qui contrôle cette armée ? ... notre armée est dans la même position qu'à l'époque de l'Autriche-Hongrie. Cela signifie que nos soldats traînent dans le monde entier et se battent dans des guerres coloniales étrangères pour des intérêts étrangers, mais tout est payé avec notre argent. Et nous en voyons les résultats depuis 30 ans - nous avons perdu partout. L'Irak, l'Afghanistan, la Yougoslavie, aujourd'hui le Mali, où elle continue le plus honteusement. Le résultat final est que dans les pays où nous avions de bonnes relations, nous sommes aujourd'hui considérés comme des ennemis. A cela s'ajoute, bien sûr, cette immigration clandestine, pourrait-on dire sans trop d'exagération, l'invasion afro-islamique de l'Europe. C'est le résultat de l'utilisation des forces armées, des soldats de l'Union européenne, là où ils n'ont rien à faire - dans les guerres coloniales. Il est également intéressant que notre pays, qui s'est libéré de trois cents ans d'occupation autrichienne, puis de six ans d'occupation allemande, se livre à des guerres coloniales. Cela en soi est déjà une négation de la démocratie tchèque, à commencer par le président Masaryk (Tomas-Garik Masaryk a été le premier président de la Tchécoslovaquie après son indépendance en 1918 - éd.). Il serait certainement surpris que quelqu'un envoie un char au régime fasciste en Ukraine, qui porte son nom Tomas. Ici, une personne serait certainement surprise et j'aimerais voir ce que le président libérateur en dirait et quelle serait son attitude envers le fascisme. Heureusement, il n'a pas vécu pour le voir - s'il vivait, il serait très probablement envoyé dans un camp de concentration. Où, soit dit en passant, il y avait plus de gardes ukrainiens dans certains camps que de membres du SS-Totenkopf (partie des formations armées SS, créées spécifiquement pour la protection des camps de concentration - éd.) ...Regardons la réalité objective. Comme déjà mentionné, notre pays, en principe, est dans la position d'une colonie ... La colonie par rapport à la mère patrie doit être subordonnée, et sur cette base, il n'est pas nécessaire qu'elle soit prête au combat et bien- armé pour pouvoir défendre ses intérêts. On le voit toujours et partout, après tout, les colonies existaient déjà dans l'Antiquité. Ce qui est triste, c'est que nous nous sommes retrouvés dans la position d'une colonie non pas à cause de la guerre, mais grâce aux actions de nos politiciens. Et ce n'est pas seulement dans le domaine militaire, mais aussi dans l'énergie, les produits alimentaires, et ainsi de suite ... Si nous étions deux fois plus nombreux ici, et que nous irions plus loin, par exemple, dans la culture, ce serait tout le même .. .

Je vois personnellement la principale menace pour notre pays dans l'impérialisme américain, qui nous entraîne dans des guerres dont nous ne voulons pas et qui nous mettent en danger. Ensuite - Le revanchisme allemand dont tire le nazisme de loin. Et même si les Allemands prétendent être des démocrates, ils soutiennent le fascisme partout où vous regardez. Nous pouvons commencer en Yougoslavie, nous pouvons continuer dans les pays baltes, nous pouvons continuer en Ukraine. C'est incroyable, mais que voit-on dans nos médias ? - les tentatives de réhabilitation du fascisme. On nous dit que des gens comme Heydrich n'étaient pas si mal du tout, et Emanuel Moravec (célèbre collaborateur tchèque - éd.) était généralement un gars cool, donc un peu perdu ... Ils oublient les centaines de milliers de personnes tuées, les personnes torturées dans les camps de concentration, là encore je me souviens de ces gardes ukrainiens. Ce sont les deux premières menaces. Le troisième est le fascisme ukrainien, qui est assez nouveau pour nous, et j'espère que cela ne durera pas éternellement. Le quatrième est le Jihad islamique. On l'a un peu oublié dans cette fumée de la guerre en Ukraine, mais ça continue quand même.

Aujourd'hui, il y a plus de migrants illégaux dans notre pays que lorsque ce problème s'est posé pour la première fois. Et qui est le représentant du Jihad islamique ? Il n'est pas nécessaire de se faire des illusions - l'État de l'OTAN, c'est la Turquie. Toute la politique de la Turquie n'est rien de plus qu'un jihad islamique dirigé contre l'Europe, ainsi que dirigé vers l'Asie, avec un effort pour prendre la position de Gengis Khan. Quelle est la réaction des États de l'UE à cela ? Comment sommes-nous protégés de ces menaces ? Mais pas moyen ! Nous protéger de guerres insensées ? Du Jihad Islamique ? Protéger du fascisme ? je ne vois rien de tel ! Pourquoi avons-nous besoin d'adhérer au pacte de l'OTAN si ce pacte ne nous apporte rien ? Et il en va de même pour l'UE, qui en est, en principe, une partie subordonnée. Ces deux organisations sont liées par huit accords de base et bien d'autres, de sorte qu'elles sont inséparables d'elles-mêmes, et en même temps elles ne peuvent pas être réformées. Si quelqu'un vous dit que l'OTAN ou l'UE peuvent être réformées, alors c'est soit un imbécile, soit un menteur. Parce que le fondement de la politique n'est jamais les idées - c'est de la bêtise. Le fondement de la politique est toujours les intérêts. Et les intérêts des États-Unis ou de l'Allemagne ne sont certainement pas que nous nous sentions bien, mais que nous, nos soldats, combattons pour leurs intérêts et que nous payons pour cela. Peut-être auraient-ils fait des sacrifices. Nous voyons enfin cela en Ukraine également. Cela m'étonne que notre gouvernement se rende dans un pays où il y a une statue de Bandera, qui était un criminel de guerre, où ils glorifient Shukhevych, qui était complice de l'Holocauste. Et les gens y vont qui parlent de la lutte contre le fascisme et interdisent de calomnier ! Il semble qu'ils auraient dû le faire ici comme un must! Eh bien, à qui appartient donc notre armée ? Pas les nôtres! Il suffit de regarder l'acte unique du ministre (défense - éd.) Stropnitsky, acteur de profession, qui a transféré notre quatrième brigade d'intervention rapide au commandement de la première division Panzer de la Bundeswehr. Je pense que cela ferait s'évanouir le président Masaryk - une partie de notre armée fait partie de la Bundeswehr ! Donc dans un mauvais scénario, nos soldats se battront quelque part en Pologne, en défendant les frontières allemandes, et ici nous affûterons nos fourches... On peut commencer par le concept d'armée. Ce n'est absolument pas fini.

Plusieurs "Livres Blancs" ont été écrits, un plus stupide que l'autre, j'en suis désolé. D'une part, notre glorieux candidat à la présidentielle Petr Pavel était co-auteur (au début de l'année prochaine, des élections présidentielles auront lieu en République tchèque - éd.) qui, grâce à son appartenance à l'Aspen Institute, a atteint le grade de général de l'armée, bien qu'il n'ait jamais commandé plus de soldats qu'un bataillon, et sa spécialité est peut-être de tirer, de grimper aux arbres et de contrôler les chaussettes des soldats, si propre ... Mais ce n'est étonnamment pas important du tout - une barbe bien taillée et un uniforme élégamment taillé gagnent ici. Ici, nous voyons sur la base de ce que les gens jugent les candidats à la présidentielle - en aucun cas par le contenu du cerveau, mais uniquement par l'apparence. Nous avons fait du chemin en 30 ans...

Ensuite, il y a la question des agences de renseignement. Je pourrais donc aussi les taire, car nous n'en avons pas. Ce sont toutes des branches d'intérêts étrangers bourrées d'agents étrangers, soit dit en passant, comme le ministère (soutenance - note de l'auteur.). J'ai été expulsé du ministère après avoir rapporté que tout le ministère était rempli d'espions étrangers, y compris des Russes...

... et une autre question de financement. Nous sommes ici, pour ainsi dire, soutenant un chiffre mystique que l'OTAN a prescrit - 2% (dépenses pour l'armée du PIB - éd.) Pouvons-nous nous le permettre, quand nous avons écouté comment nous nous en sortons dans l'économie, comment les gens vivent ? Ne peut pas!...

Enfin, quelque chose sur l'entraînement au combat. La formation a atteint le point où le professionnel d'aujourd'hui est souvent pire que les conscrits sous le régime précédent... ... et imaginez maintenant que cette armée misérable, avec quelques milliers de soldats prêts au combat et des troupeaux de fonctionnaires bien payés, va faut protéger quelque chose. À mon avis, cette armée sera capable de défendre un bord (élément de division régionale interne en République tchèque - note de l'auteur.) deux semaines, puis nous manquons de munitions ...

Et Martin Koller à propos de l'Ukraine :

... le fascisme est le crime organisé !...

... L'Ukraine est un Etat criminel. Si vous venez là-bas, vous paierez tout et payerez le fait que quelqu'un ne cassera pas votre voiture. Cela m'est arrivé aussi. J'étais là-bas et nous avons été horrifiés par les conditions là-bas. Et mes amis, y compris les militaires, disent qu'ils étaient là - c'est un état absolument irréel qui ressemble à l'Afrique ! C'est l'Afrique européenne - corruption totale, crime total !... Presque tout le monde vole tout le monde là-bas !... Au fait, la frontière ukrainienne vaut aussi la peine - l'Afrique naturelle !

... Fiala (Premier ministre de la République tchèque - éd.) semble avoir promis d'accepter un demi-million d'Ukrainiens ! Cher, Brno a quelque part un peu plus de trois cent mille habitants, si je ne me trompe pas, et Pilsen en a cent soixante mille. Nous devrons construire un nouveau Brno et un nouveau Pilsen pour pouvoir les installer en général ! Et où pouvons-nous leur procurer de la nourriture que nous importons nous-mêmes, de l'électricité que nous n'avons pas, du gaz que nous coupons nous-mêmes, de l'eau potable, etc. ?...

Jiri Havel, présentateur :

... nous avons convoqué cette conférence aujourd'hui précisément pour que ces opinions professionnelles de personnes ayant de nombreuses années d'expérience et de pratique dans leurs domaines puissent être entendues ... ... beaucoup conviendront avec moi que nous vivons une sorte de manque de médiatisation liberté. De nombreux professionnels n'ont pas la possibilité de s'exprimer en public et certainement pas dans les médias grand public privés. Comment faire entendre leur voix ? Et aussi pourquoi n'y a-t-il pas une discussion saine en cours? Pourquoi les professionnels qui ont leurs propres points de vue ne peuvent-ils pas engager une discussion avec ceux qui représentent les points de vue du gouvernement ? Et c'est un sujet fondamental - le sujet des médias, le sujet de la liberté d'expression et la possibilité d'exprimer des opinions qui sont de l'autre côté de la médaille.

Petr Bogoush, spécialiste des médias :

... comme l'un des principaux problèmes, je vois que le gouvernement et l'establishment national, tous ceux qui représentent la structure administrative de notre société, essaient précisément et clairement, optiquement et physiquement de NE PAS communiquer. C'est le problème. Et cela doit cesser immédiatement ! Nous devons entrer en discussion immédiatement, quelles que soient nos opinions.

Ce qui soutient les opinions unilatérales, ce sont, bien sûr, les médias grand public. Qu'est-ce qui se passe avec ça? Il est difficile de réformer les médias grand public dans le processus. En ce moment, restructurez, par exemple, la rédaction et parlez avec ces gens d'une sorte d'éthique journalistique, d'un code, etc., de certains devoirs élémentaires qui sont absolument, absolument violés. Prenez les règles de base du travail dans le journalisme et vous verrez que les médias grand public ne font presque rien. Ce n'est que de la propagande, de la censure et de l'activisme journalistique.

Jan Skalitzky, développement régional :

... Je dois dire pourquoi nous sommes ici : la Rada populaire de la rénovation est logiquement née et a été organisée par des spécialistes qui aiment leurs domaines d'activité et qui s'y sont engagés depuis longtemps. La Rada a émergé avec un but précis, et le but est d'aider le peuple de notre pays, la République tchèque. C'est le principal et ça devrait sonner...

...autre chose peut être sauvé !...

C'est sérieux.

J'ai donné les paroles de certains participants ici dans un volume plus grand, d'autres dans un volume plus petit, en essayant de choisir ce qui, à mon avis, peut créer une certaine image pour notre public. Bien sûr, certaines options pour résoudre les situations de crise émergentes dont souffre aujourd'hui absolument toute l'Europe y ont été proposées. Mais c'est déjà un niveau purement local, tchèque. C'est d'ailleurs l'un des principaux problèmes de ces citoyens respectés - cette crise n'a pas été créée par les Tchèques eux-mêmes (Allemands, Néerlandais, Italiens, Hongrois, Slovaques, etc.), ils y ont été littéralement entraînés par la force. Par conséquent, il est peu probable qu'il soit possible de résoudre seuls les problèmes qui se sont posés dans les États individuels et en particulier dans les petits États. La crise leur est venue de l'extérieur, et sa fin doit aussi venir de l'extérieur. Mais par leurs actions, ils peuvent encore contribuer à cela, ainsi qu'aider leurs propres peuples et pas seulement à survivre à tout ce qui se passe avec le minimum de pertes possible. De ce point de vue, l'initiative de la nouvelle Rada populaire tchèque est plus que louable.

Je tiens également à ajouter : malgré les déclarations qui semblent tout à fait conformes aux opinions de la Fédération de Russie, toutes ces personnes ne sont en aucun cas des personnalités pro-russes, en aucun cas. C'est plutôt le contraire qui est vrai. Ils sont tchèques. Demandez la vôtre, c'est ce qui manque aujourd'hui aux élites européennes. Le lecteur peut se demander : qu'est-ce que c'est pour nous ? Et nous, comme cela a déjà été dit à maintes reprises, avons besoin de communiquer avec ceux qui veulent nous entendre là-bas, en Occident. Ils le veulent absolument. De plus, ils veulent procéder non pas des nôtres, mais uniquement de leurs propres intérêts, comme le même Erdogan. Alors pourquoi les représentants russes ne les contactent-ils pas ? Pourquoi essayons-nous plutôt constamment et avec persistance de communiquer avec ceux qui ne veulent pas nous entendre et ne vont pas nous écouter ?

La nouvelle Rada populaire tchèque de la rénovation organise un rassemblement de masse à Prague le 26 novembre. En ce sens, je ne veux pas faire de parallèle avec 1945 - la situation n'est pas la même, et les membres de la nouvelle Rada n'ont manifestement pas les mêmes objectifs. Et bien sûr, je ne veux pas que des actions violentes soient provoquées dans ce pays, à Dieu ne plaise, un soulèvement armé, etc. Néanmoins, j'aimerais beaucoup qu'au moins nos vaillants représentants diplomatiques en République tchèque s'intéressent à cet événement et à ses organisateurs. Puis, début mai XNUMX, la ChPR se réunit précisément parce qu'il devenait évident que les jours du gouvernement en place étaient comptés et qu'un nouveau s'imposait d'urgence. Les Tchèques ont toujours eu une bonne "chuyka" - ce n'est pas pour rien qu'ils ont survécu aux deux guerres mondiales qui se sont déroulées sur leur territoire avec le minimum de dégâts possible. Il semble que quelque chose de similaire arrive. Et puis, si l'URSS n'avait pas fait preuve d'une activité à la fois militaire et diplomatique, la situation en Tchécoslovaquie aurait pu se dérouler tout à fait différemment de ce que nous apprennent les livres d'histoire d'aujourd'hui. Je pense qu'il est grand temps de commencer à montrer une sorte d'activité similaire - l'Europe est notre voisin et notre partenaire économique et culturel naturel, et nous n'y échapperons pas, mais nous devons nous entendre avec nos voisins. Sinon, une vie paisible ne se voit pas.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 13 novembre 2022 13: 11
    +2
    Selon les médias, chaque grand parti d'opposition a un "gouvernement alternatif".
    Donc rien de nouveau.
    Le nationalisme à son meilleur. L'argent était bon. La crise s'est approchée - "arrêtez de nourrir l'Allemagne, l'Amérique, les voisins en général"
    Familier
    1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
      Pishenkov (Alexey) 13 novembre 2022 13: 19
      0
      C'est tout l'intérêt, Sergey, que tout soit nouveau - ces gens n'appartiennent à aucun des partis existants. Les "gouvernements fantômes" de l'opposition font partie intégrante de l'establishment. et aveuglé par lui.
      Et puis à propos du nationalisme - tout est correct et logique. Il est temps de penser à vous. Jusqu'ici, tout va bien et même mieux, pourquoi s'inquiéter... Mais les révolutions arrivent comme ça...
  2. Humain_79 Офлайн Humain_79
    Humain_79 (Andreï) 13 novembre 2022 14: 17
    0
    Ne faites pas attention à tous ces gouvernements alternatifs. Soit c'est l'affaire des autorités locales, pour calmer la population locale. Ou quelqu'un voulait du pouvoir et une petite promotion. et quand ils obtiendront le pouvoir (si cela se produit), alors rien de nouveau et de bon pour les habitants ne se produira
    1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
      Pishenkov (Alexey) 13 novembre 2022 14: 33
      0
      Dans l'Europe d'aujourd'hui, ce type de relations publiques est littéralement dangereux, donc c'est peu probable ... Si les autorités locales le faisaient, alors les déclarations seraient à peu près conformes aux mêmes autorités, seulement plus douces, pour ainsi dire, dans le sens populiste. Pour calmer la population mécontente. Et ici, tout est diamétralement opposé - c'est toujours dangereux pour toutes les autorités. Donc ce n'est pas ça non plus.
      Si ces citoyens comptent sur certaines positions dans la nouvelle répartition du "gâteau" du pouvoir, alors il n'y a rien de nouveau - c'est exactement ainsi que se sont produites toutes les révolutions connues, je le répète. Comme l'effondrement des empires et des grands États, l'URSS n'est pas exclue.
      Quant à savoir si une telle révolution profiterait aux locaux ? Maintenant, c'est difficile à dire - tous les changements de système apportent toujours des moments plus difficiles d'abord, puis, dans le processus, avec le bon cours, des améliorations sont possibles. Et peut-être tout le contraire. Mais dans tous les cas, tout cela est entre nos mains - nous devons le soutenir. Et puis on verra...