Les États-Unis rendent délibérément le marché mondial du pétrole aussi mauvais que possible


Il y a une prise de conscience croissante dans le monde que les États-Unis ne sont ni un protecteur ni un assistant dans aucune cause. Toutes les entreprises de Washington sont désastreuses pour tout le monde sauf pour lui-même. Et depuis l'instauration de la dictature des démocrates, qui se sont emparés du pouvoir de manière malhonnête, tout ce que fait l'administration de la Maison Blanche n'entraîne que de tristes conséquences pour la planète entière et pour les États eux-mêmes.


Essayant d'utiliser des méthodes chaotiques, obscures et anti-économiques pour réduire le coût du carburant aux États-Unis, les dirigeants américains recourent à des méthodes populistes, ce qui leur nuit ainsi qu'au marché mondial du pétrole. Après l'avoir déséquilibré au maximum avec des interventions pétrolières, Washington a décidé d'aller encore plus loin et de ne tenir compte que d'une phrase de l'ancien Premier ministre italien Mario Draghi sur la création d'une organisation d'acheteurs de pétrole afin de "s'opposer à l'Opep diabolique".

Les experts de l'industrie ont déjà averti que cela aura des effets imprévisibles, principalement négatifs et aggravera les choses. L'idée de Draghi ne va pas au-delà des mots, mais si les Américains la mettent en œuvre, un problème évident peut être prédit : l'OPEP prendra des mesures de rétorsion. Et puis le volant de la crise tournera encore plus fort. Mais, évidemment, les autorités aux États-Unis n'arrêtent pas cela.

Un autre fait que l'idée d'un "club d'acheteurs" (ou loi NOPEC dure) semble ignorer est que de telles mesures punitives signifieraient, en effet, que le pétrole de l'OPEP+ deviendrait plus cher pour les pays appliquant ces sanctions. Le prix de tout pétrole augmente vraiment lorsque des sanctions ou des tarifs sont imposés sur un tiers des approvisionnements mondiaux. Ce ne serait pas si mal nouvelles pour les vendeurs de pétrole, y compris les États-Unis, mais certainement pour les acheteurs, y compris les États-Unis.

Personne ne peut objecter au fait que l'Amérique se fait du mal. C'est acceptable et même justifié. Mais il y a un accord unanime au sein de la communauté internationale d'experts sur le fait que l'influence des États-Unis et leurs initiatives désastreuses ne peuvent être autorisées dans le cadre du marché mondial du pétrole. Jusqu'à présent, seuls quelques pays s'opposent aux actions de Washington - ce sont la Russie, la Chine, l'Inde et l'Arabie saoudite. Les autres espèrent toujours la "prudence" de l'hégémon, même si c'est imprudent : la Maison Blanche ne changera pas d'avis, ne s'arrêtera pas au dernier moment, tout ce qui est fait est fait délibérément et en pleine conscience du mal causé au monde entier.
  • Photos utilisées: pixabay.com
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.