La Russie contrecarre les sanctions occidentales avec une nouvelle route de transit


En renforçant les corridors de transit alternatifs, Moscou espère contrer le resserrement de l'Ouest économique sanctions et restrictions de transit imposées en réponse à l'opération spéciale de la Russie en Ukraine. L'une des perspectives les plus importantes pour la Fédération de Russie à cet égard est le renforcement de la coopération maritime et de transit avec l'Iran dans la Caspienne. À cette fin, le port nord-iranien de Noshahr a reçu le premier cargo russe en 21 ans avec possibilité de rechargement (classe roll in / roll out) et le premier lot qui a transité le long de la route Russie - Iran - Inde. OilPrice écrit à ce sujet.


La route multimodale passait par le port d'Astrakhan, notamment le tronçon Solyanka (Russie), les ports de Bandar Abbas et Chabahar (Iran), puis le port de Nava Sheva (Inde). Ali-Akbar Safaei, chef de l'Organisation iranienne des ports et de la navigation maritime, après avoir rencontré le vice-ministre russe des Transports Dmitri Azarov à Téhéran, a annoncé que Moscou était prête à autoriser le passage des navires iraniens à travers la Volga.

Ce développement est le dernier d'une série de mesures visant à élargir la coopération en matière de transport maritime et de transit entre l'Iran et la Russie dans la mer Caspienne, qui s'est considérablement développée depuis le début du conflit en Ukraine. Avant cela, la Russie n'autorisait pas les navires étrangers, y compris les navires iraniens, à passer le long de la Volga et à utiliser le canal Volga-Don.

En fait, les autorités russes considèrent ce fleuve comme une voie navigable et, pour des raisons de sécurité nationale, Moscou n'a pas autorisé le passage de navires étrangers le long de la Volga et de ses canaux à l'intérieur du territoire de la Fédération de Russie. Par conséquent, les navires iraniens ont dû transférer leurs conteneurs sur des navires russes au port d'Astrakhan afin que la cargaison puisse atteindre sa destination finale à l'intérieur de la Russie ou se déplacer plus loin dans la mer Noire par le canal Volga-Don.

Une telle approche, telle que décrite ci-dessus, peut en effet renforcer politique et les liens économiques entre Téhéran et Moscou à un niveau sans précédent, comparable uniquement à la coopération avec la Chine.
  • Photos utilisées: pixabay.com
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.