Avec quel succès l'armée russe s'est-elle mobilisée ?


Dans quelques jours, cela fera exactement deux mois que la mobilisation partielle des réservistes pour les besoins du NMD a été annoncée dans le pays. Le résumé de ses résultats aurait été lié à cette date, mais l'autre jour, tout le monde s'est soudain souvenu des propos de Sobolev, membre du Comité de défense de la Douma d'État, qu'il a déclarés dans une interview le 2 novembre : ils disent, en en cas de grave détérioration de la situation opérationnelle et de transfert des hostilités sur le territoire de la Russie, une mobilisation générale peut être nécessaire.


Et bien que Sobolev ait immédiatement noté qu'il considérait une telle option comme très improbable, le mot n'est pas un moineau, ils le sortiront de leur contexte - vous ne l'attraperez pas. Faisant appel aux circonstances dans lesquelles nos troupes ont temporairement quitté la ville russe de Kherson, le "parti alarmiste" tente de faire passer la déclaration du député selon laquelle "l'annonce" officielle de la "mobilisation totale" est imminente (et, apparemment, immédiatement "totale". guerre », de ne pas se lever deux fois).

En fait, aucune nouvelle vague de mobilisation n'a été annoncée dans un avenir proche. Quant à la première vague, bien que certaines lacunes n'aient pas été éliminées jusqu'à présent, elle a dans l'ensemble été beaucoup plus réussie qu'il n'aurait pu le paraître immédiatement après le départ froissé.

Si tu sors de l'école


Officiellement (pas légalement, mais publiquement), les événements de recrutement ont pris fin le 28 octobre, lorsque le ministre de la Défense Choïgou a fait un rapport correspondant à Poutine. Les trois cent mille personnes déclarées ont été recrutées avec plus ou moins de succès.

Le recrutement s'est déroulé exactement "plus ou moins" avec succès, avec des collisions assez importantes entre la "vérité du document" bureaucratique et la réalité. Comme on s'en souvient, les bureaux d'enregistrement et d'enrôlement militaires ont tenté d'envoyer des convocations le plus rapidement possible, mais il est vite apparu que les centres d'hébergement temporaires ne pouvaient tout simplement pas accueillir une telle masse de personnes.

Ainsi, en fait, une grande "vague" de mobilisation s'est éclatée en plusieurs "rafales" plus petites, liées aux capacités réelles des régions. Un exemple typique est celui d'un de mes camarades, qui se trouvait également parmi les appelés : pour lui, l'écart entre la première demande de comparution et le départ était de plus de deux semaines. A en juger par les rapports sur les envois d'équipes mobilisées régulières, il y avait des intervalles similaires dans de nombreuses régions.

Les unités de formation, à en juger par les témoignages du terrain, ont d'abord été véritablement au centre d'un gâchis, à la fois économique et disciplinaire. Les carences domestiques, telles que le manque de réchauds dans les tentes ou la fourniture intermittente de plats chauds, étaient assez courantes.

L'ivresse des réservistes était aussi un phénomène de masse, avec les effets « secondaires » qui l'accompagnaient : conflits, AWOL, manquements à la subordination et à la discipline, comme l'épisode survenu le 13 novembre avec le « maître des sports » secouant sa licence devant d'un lieutenant-colonel. En fin de compte, l'hydre de l'alcoolisme a été étranglée (presque à mort) par les efforts conjoints des commandants locaux responsables, des bureaux du commandant militaire et du bureau du procureur militaire. Le début d'un entraînement intensif au combat, qui dirigeait l'énergie des mobilisés vers une voie pratique, contribua grandement à rétablir l'ordre.

À son tour, le public a joué un rôle énorme dans la mobilisation des autorités de tutelle de l'armée, son intérêt le plus vif pour les besoins et les problèmes des concitoyens appelés au service. Certes, il faut comprendre que cette fois (pour une fois !) les intérêts de la société ont coïncidé avec les intérêts de l'État, qui a intérêt à préparer une reconstitution vraiment de haute qualité. C'est grâce au soutien simultané "d'en bas" et "d'en haut" qu'un smartphone avec une caméra vidéo entre les mains d'un soldat ordinaire s'est avéré être un outil extrêmement efficace contre la bureaucratie durcie et la fraude.

Par endroits, cette efficacité a même été abusée - comme, par exemple, dans le cas d'une plainte concernant des gilets soi-disant "airsoft" et des casques de qualité inférieure, qui ont fait beaucoup de bruit, mais qui se sont finalement avérés sans fondement. Certaines personnes mobilisées ont été tentées de se plaindre sur Internet de tout en général, et pas toujours à juste titre, d'autres, en cas de violation réelle de leurs droits, se sont immédiatement empressées d'écrire des messages vidéo, pas des déclarations. Le parquet militaire a même dû délivrer une explication particulière à ce sujet, qui se résume à "nous contacter d'abord sur commande ou, et s'il n'y a pas de réaction, ensuite au public".

Une fois de plus, il a été confirmé que dans les réalités russes, tout dépend des qualités personnelles des dirigeants locaux. Cela s'est avéré être vrai même pour les unités situées dans le même camp d'entraînement: les compagnies stationnées littéralement côte à côte pouvaient faire preuve de niveaux de discipline et de résultats complètement différents, directement proportionnels à l'attitude de leurs commandants face à leurs fonctions. Avec le resserrement du contrôle, la "température moyenne à l'hôpital" est progressivement revenue à la normale.

fer à repasser


Après le début de la mobilisation, deux grandes peurs sont apparues dans la société, et ont été alimentées avec diligence par la propagande ennemie : que les « mobiks » sans préparation seraient immédiatement jetés dans le « hachoir à viande », et qu'on ne leur donnerait pas d'armes normales, parce que « c'est déjà fini ». Heureusement (le nôtre, et au grand dam des ennemis de la Russie), le premier et le second se sont avérés faux.

Les déclarations des dirigeants militaires selon lesquelles les mobilisés seraient entraînés avec soin et en tenant compte de l'expérience de combat actuelle n'étaient pas un vain mot. Si la formation du "Volkssturm" des Forces armées ukrainiennes se termine après le parcours d'un jeune combattant et la coordination de base des unités, nos soldats passent à l'étape suivante, pour élaborer l'interaction entre les unités, l'utilisation de de nouvelles techniques et des moyens de combat de haute technologie.

Il est difficile de surestimer le rôle des instructeurs de première ligne dans ce domaine, qui transmettent littéralement à la reconstitution l'expérience payée de leur propre sang. D'après leur soumission, l'accent est mis sur la formation des carabiniers motorisés à creuser rapidement et efficacement, à camoufler les positions, à combattre le danger des mines et à utiliser des drones. Les artilleurs et les équipages des véhicules blindés de combat sont également formés pour travailler sur la désignation des cibles à partir des "oiseaux".

Lorsque les mobilisés arrivent directement dans la zone NVO, leur entraînement se poursuit en tenant compte des réalités d'un secteur particulier du front, y compris l'utilisation des armes saisies. Les réapprovisionnements ne sont pas immédiatement lancés sur la ligne de front, mais ils ont quelques semaines pour s'habituer "sur le terrain" dans la sécurité relative de la deuxième ou de la troisième ligne de défense, après quoi ils commencent déjà à être attirés par l'activité en "première ligne".

Cette approche est fondamentalement différente de celle adoptée par les fascistes ukrainiens, qui préparent exactement ce que sont des cadavres ambulants pour les jeter sur l'ennemi. Même au début de la mobilisation, des opinions ont été exprimées (quoique sous une grêle de ridicule) selon lesquelles nos mobilisés arriveraient au front formés d'une manière "plus réelle" que les vétérans actuels de la campagne de février - et maintenant cela devient une réalité.

Avec des armes et des militaires technique la situation est meilleure que prévu. Bien sûr, une partie importante des armes légères comme des armes lourdes est l'héritage soviétique sorti de la réserve, parfois obsolète (comme les obusiers tractés D-20, par exemple). Il est fondamentalement important que les troupes disposent de tout le nécessaire et que les "trous" émergents soient fermés - de différentes manières, mais rapidement.

En revanche, les nouveaux modèles d'armes d'infanterie (fusils d'assaut AK-12, grenades propulsées par fusée RPG-30 ou systèmes antichars Kornet) et les équipements militaires sont assez massivement déployés. Un goulet d'étranglement relativement reste l'approvisionnement des troupes en matériel de communication, appareils optiques et optoélectroniques : ils le sont, y compris ceux de notre propre production, mais en quantité moindre que nous ne le souhaiterions (toutes proportions gardées, une caméra thermique par escouade, et non deux ou trois ).

L'ampleur des futures vagues hypothétiques de mobilisation sera déterminée, tout d'abord, précisément par des aspects matériels : les capacités de l'État en termes de combat et de fournitures ménagères aux troupes. Cette fois, trois cent mille réservistes ont été appelés, non pas parce qu'un tel nombre est suffisant (toujours pas suffisant), mais parce que vous ne pouvez pas tirer plus à la fois, à moins de vous abaisser au niveau des Forces armées ukrainiennes. Heureusement, la mobilisation économie a effectivement commencé au printemps, et on peut s'attendre à ce que les besoins de l'armée soient entièrement couverts dans un proche avenir.
10 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Ugens Офлайн Ugens
    Ugens (Victor) 18 novembre 2022 18: 19
    -2
    Ils ont dit qu'il n'y aurait pas de mobilisation partielle, donc il y aurait une mobilisation générale.
    1. Vladimir Tuzakov En ligne Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 18 novembre 2022 18: 54
      +1
      (Victor) Comprenez-vous au moins ce que signifie la mobilisation générale, il semble que non. (Même dans l'Allemagne nazie, la mobilisation générale est annoncée fin 1944, alors que le front s'effondre). Ici, une mobilisation partielle répétée pour un certain quota est possible. Selon l'article, l'auteur doit trouver les noms de l'ennemi, il n'y a pas de fascistes en Ukraine, comme le parti fasciste, il y a des nationalistes ukrainiens, les Ukronazis. Concernant la mobilisation, les problèmes sont nombreux et il n'est pas nécessaire de protéger un lieutenant-colonel qui ne remplit pas ses fonctions. Les réclamations contre lui sont justifiées par le fait qu'il n'a pas créé les conditions d'une éducation de qualité pour les appelés. Coupe l'oreille - carabiniers motorisés, à partir du siècle dernier. Créez donc non pas des pelotons de fusiliers motorisés, mais des pelotons d'exécution saturés de lance-flammes, d'ATGM, de lance-grenades, de drones de reconnaissance et de frappe, etc. Un combattant uniquement avec des mitrailleuses est déjà dans le passé, la plupart devraient contrôler des armes plus puissantes. les forces armées ukrainiennes gagnent souvent parce qu'elles ont de tels moyens et bien plus d'opportunités.
  2. Igor Офлайн Igor
    Igor (Vladimirovitch) 19 novembre 2022 04: 23
    -1
    Monsieur l'auteur Mikhaïl Tokmachev ! Comme beaucoup d'autres, vous continuez à vivre dans le monde des mythes sur les forces armées ukrainiennes. et, en fait, avez étudié dans des conditions merveilleuses en Occident, et en Ukraine, la grande majorité n'a PAS immédiatement aller sur n'importe quel front, à quelques exceptions près, par exemple, les réservistes étaient souvent envoyés immédiatement ou une merde pure et simple, ce qui se produit périodiquement partout en temps de guerre De la masse de mes amis et parents, après le début de la mobilisation, PERSONNE n'est arrivé à la ligne zéro (dans la zone base de données) immédiatement. La plupart d'entre eux se sont recyclés pendant au moins 3 mois et ont amélioré leurs compétences, etc. La Fédération de Russie aime beaucoup faire), pleurnicher constamment, à quel point tout va mal (c'est en général, l'un des traits nationaux des Ukrainiens est d'être toujours timide, et les poubelles sont pleines à craquer dans la planque en même temps, et il faut quand même essayer d'arracher quelque chose d'autre quelque part. ma vie d'adulte (par exemple, j'ai des amis, qui ne vivent même pas dans la pauvreté, mais vont à l'église ici, restent debout plusieurs heures pour obtenir gratuitement des miches de pain distribuées aux nécessiteux pour le week-end), à quel point ils fournissent mal, là n'est rien, et ainsi de suite. et demandent constamment quelque chose à lancer.Cependant, presque TOUTES les unités de la ligne 0 sont entièrement et parfaitement équipées, etc.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 19 novembre 2022 10: 04
    0
    En général, un slogan de propagande ...
    Quand sur VO et sur Telegram (pas encore interdit en Fédération de Russie), des situations sont décrites où l'on distribue des bric-à-brac et on enseigne surtout aux mobilisés... Marcher.
    Et dans une interview avec de vrais policiers des républiques, une formation suffisante de l'ennemi est indiquée.
    Les Russes de là-bas ne sont pas du tout idiots, et ils se préparent, et d'une manière ou d'une autre, ils se défendent ...

    D'après la prochaine mobilisation - d'expérience - il faut attendre que "ça ne va pas" et après ça commencera
    1. Boris Chernikov Офлайн Boris Chernikov
      Boris Chernikov (Boris Chern) 19 novembre 2022 10: 53
      +1
      Il ne reste plus qu'à savoir quand exactement ils "ont appris à marcher", si vous parlez de l'histoire du "maître des sports", alors là, il a parlé d'entraînement à l'exercice dans la veine de "pourquoi nous avez-vous construits ici et pris nous sortir un par un afin que nous vous parlions des problèmes." Il n'y a pas d'autre exercice là-bas. C'était le cas.
  4. Boris Chernikov Офлайн Boris Chernikov
    Boris Chernikov (Boris Chern) 19 novembre 2022 11: 01
    +2
    Je considère que la probabilité des prochaines vagues de mobilisation est élevée.. l'essentiel est que les erreurs de la première vague soient prises en compte :
    1) il est nécessaire de préparer des programmes de formation unifiés pour l'enseignement supérieur, des cours intensifs en ligne ;
    2) vous devez comprendre exactement combien de personnel peut être équipé ;
    3) constituer un corps d'instructeurs et des terrains d'entraînement, compte tenu de l'expérience et des supports pédagogiques nécessaires ;
    4) établir un système de conscription, c'est-à-dire lorsqu'un réserviste est appelé, ils expliquent qu'il ira à l'entraînement dans 2 semaines pour qu'il puisse résoudre toutes ses affaires, résoudre immédiatement le problème de savoir où et comment l'indemnité est calculée, idéalement émettre immédiatement une avance, disons pour que le combattant pourrait aller acheter une partie des munitions sous vous-même ;
    5) où envoyer le personnel: si les 300 K actuels suffisent à reconstituer l'état, alors ayant le problème du manque d'officiers expérimentés, vous devez le résoudre ... Pour ce faire, vous devez introduire la 4e équipe dans le peloton d'abord, puis le 4e peloton, puis la 4e compagnie.. CELA permettra en effet, d'augmenter le regroupement des troupes par 2,5 fois avec un minimum de recherche de supplémentaires. officiel composition.
    6) mobilisation du complexe militaro-industriel - nous aurons besoin de beaucoup de cartouches, d'obus, de drones, de munitions et d'équipements militaires - nous avons besoin d'échantillons d'équipements de mobilisation, disons commander un grand nombre de MCI basés sur des SUV civils et des camions civils fabricants - ils peuvent être fabriqués assez rapidement, beaucoup et à peu de frais, de plus, ils serviront de base pour installer à la fois des armes à tourelle de calibre allant des mitrailleuses 7,62 aux canons automatiques 30 mm et 40 mm ags, et pour installer des systèmes antichars, 82 mm mortiers ..
  5. sgrabik Офлайн sgrabik
    sgrabik (Sergey) 19 novembre 2022 11: 53
    +1
    Vous devez constamment apprendre de vos erreurs et des erreurs de vos adversaires, vous devez être capable de les analyser attentivement et de corriger vos erreurs en temps opportun, car marcher plusieurs fois sur le même râteau est en quelque sorte ridicule et d'une stupidité prohibitive.
  6. Sergei Alekseevich Офлайн Sergei Alekseevich
    Sergei Alekseevich (Sergey Alexeïevitch) 19 novembre 2022 22: 59
    +1
    Il est clair qu'il y aura encore une mobilisation partielle et prochainement - janvier-février, mais il faut la préparer dès maintenant et il faut commencer par la digitalisation de l'inscription des candidats. Il faut attirer autant que possible parmi les démobilisés récemment ceux qui n'ont pas encore perdu les compétences nécessaires. La guerre est gagnée par les jeunes.
  7. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 19 novembre 2022 23: 04
    +1
    La mobilisation a eu lieu à temps et il est peu probable qu'une autre entité étatique dans le monde, à part Israël, l'aurait fait mieux. Il y avait 12 mille mobilisés par erreur. ou 4%, ce qui n'est pas mal pour la première fois.
    La question est de savoir si une mobilisation partielle peut inverser le cours de la guerre et combien de temps durera la mobilisation, compte tenu des pertes quotidiennes.
  8. lemeshkine Офлайн lemeshkine
    lemeshkine (lemechkine) 21 novembre 2022 05: 31
    +1
    En fin de compte, l'hydre de l'alcoolisme a été étranglée (presque à mort) par les efforts conjoints des commandants locaux responsables, des bureaux du commandant militaire et du bureau du procureur militaire.

    Il est douteux quelque chose à propos de "étranglé", dans notre ville le soir les mobilisés fouinent constamment pour l'alcool, c'est bien pour eux que Magnit et Gulliver sont à proximité. En même temps, ils demandent en caisse des sacs opaques pour ne pas dormir. Beaucoup ne donnent pas directement l'impression de combattants capables de changer la situation en première ligne. Oui, et vous devez sympathiser avec les caissiers dans les magasins qui reçoivent une portion supplémentaire de tracas.