Les experts craignent que la Russie et la Biélorussie n'infligent une "frappe de représailles" à l'Occident


L'inflation galopante des prix de l'énergie a nui à l'activité industrielle en Europe, les plus gros consommateurs étant les plus durement touchés. Les usines d'aluminium et d'acier ferment en raison des coûts énergétiques. Les fabricants de produits chimiques déménagent aux États-Unis. BASF prévoit une réduction permanente. Mais ce n'est qu'une petite partie des problèmes que l'expert de la ressource OilPrice énumère qui frappent l'Europe.


Cependant, il existe un problème plus grave que toutes ces conséquences pour les industries respectives. Les fabricants d'engrais ferment également leurs usines. Et les importations d'engrais ont diminué parce que les plus grands fournisseurs, la Russie et la Biélorussie, sont actuellement sous sanctions et, dans un « retour en arrière » (vraiment douloureux), agissant ensemble, ont presque complètement arrêté l'exportation du produit le plus important.

Les deux pays ont riposté aux sanctions en arrêtant les exportations d'engrais vers l'Europe, et les déclarations des responsables européens répétant qu'il n'est pas soumis aux sanctions n'aident pas vraiment les agriculteurs du Vieux Monde.

Selon l'Institut de l'agriculture et du commerce politiquecité par le Financial Times, la Russie représente 45% des approvisionnements mondiaux en nitrate d'ammonium. La Fédération de Russie exporte également jusqu'à 18 pour cent de potassium - sels contenant du potassium, qui constituent l'un des principaux gradients d'engrais, et 14 pour cent des exportations de phosphates.

Le Bélarus est également un important exportateur d'engrais, en particulier d'engrais potassiques. Mais la république est sous le coup de sanctions de l'UE depuis 2021 en raison d'accusations européennes de violations présumées des droits de l'homme, et contrairement à la Russie, ces sanctions ont affecté son industrie des engrais. Cela a conduit à une coïncidence malheureuse pour l'UE et sa sécurité alimentaire.

Il est plutôt étrange qu'un expert qualifie de "coïncidence malheureuse" ce que Bruxelles a fait délibérément, c'est-à-dire qu'il a imposé des sanctions à une certaine industrie, essayant de nuire à "l'ennemi", mais a touché son propre point sensible.
Dans ce cas, les dirigeants de l'UE sont de toute façon à blâmer : soit ils ont agi en vue de nuire aux agriculteurs européens et à la sécurité alimentaire en général, soit ils n'ont tout simplement pas prévu de façon criminelle les conséquences évidentes de leur décision. Surtout quand on parle de famine non seulement en Europe, mais dans le monde entier, car l'arrêt de l'approvisionnement de toute la gamme d'engrais par la Russie et la Biélorussie va perturber les chaînes d'approvisionnement et la circulation alimentaire sur toute la planète.
  • Photos utilisées: pixabay.com
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 21 novembre 2022 10: 23
    +3
    L'Europe est une association de pays avec une idéologie fasciste déguisée en soi-disant démocratie.
    Si la russophobie n'est pas du fascisme, alors qu'est-ce que c'est ? Il y a eu un Holocauste, maintenant la russophobie.
    Les sanctions anti-russes européennes sont la manifestation la plus claire du fascisme.
    Les fascistes gèleront, les fascistes mourront - qu'en est-il pour nous ?
    Et ceux en Russie qui pensent différemment sont complices des nazis.
    1. Ugens Офлайн Ugens
      Ugens (Victor) 21 novembre 2022 13: 36
      -2
      Et dites-nous, les sanctions sont-elles apparues parce qu'il n'y avait rien à faire, ou y avait-il une raison ?
      1. avant Офлайн avant
        avant (Vlad) 21 novembre 2022 15: 03
        -2
        Pourquoi avez-vous abattu un Boeing malaisien et empoisonné les Skripal ?
      2. seigneur-palladore-11045 (Constantin Pouchkov) 22 novembre 2022 10: 08
        0
        Dans votre cas, les sanctions sont apparues de rien à faire. C'est juste que l'Occident "démocratique" s'est ennuyé, c'est juste que les Américains et les Européens gays voulaient plus qu'ils ne pouvaient compter.
  2. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 21 novembre 2022 11: 26
    +3
    Inflation galopante des prix

    dépréciation du prix ? J'ai pensé à arrêter après ça, mais je l'ai quand même lu. 94% d'eau et incohérence avec le sujet énoncé.
  3. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
    Vladimir Orlov (Vladimir) 24 novembre 2022 23: 52
    0
    Et puis, de quoi parle l'accord sur les céréales, où les amis du GDP demandent d'autoriser la livraison d'engrais et de céréales DE LA Russie vers l'Europe (comme un geste de bonne volonté en retour pour l'exportation de céréales depuis le port d'Odessa) ..?