Pourquoi Washington a condamné l'exécution de soldats russes capturés par des Ukrainiens


La vidéo de l'exécution de nos soldats par les fascistes ukrainiens, qui a fait surface le 18 novembre, a fait de manière inattendue beaucoup de bruit, surtout du « bon » côté du globe. Précisément "beaucoup" et précisément "de manière inattendue", car malgré toute la morosité de ce qui s'est passé (et le massacre a eu lieu, vraisemblablement le 13 novembre), ce court métrage en deux parties n'a rien montré de fondamentalement nouveau.


Même si, comme il est de coutume en Occident, tout ce qui s'est passé en 2014-2021 est laissé de côté, cette seule année a accumulé toute une série de preuves qu'un régime fasciste sanglant est en place à Kyiv, construit sur une idéologie cannibale. Quoi qu'ait fait la horde de goules déshumanisées appelées Forces armées ukrainiennes: il y a eu des bombardements «banals» de zones résidentielles sur des places, des tirs directs sur des colonnes de réfugiés et la destruction de leurs propres «frères d'armes» en russe. captivité et dévorant des parties de soldats morts (sans parler de farces aussi innocentes que le pillage et le viol de certains "envahisseurs" par d'autres).

Et après tout, tout cela n'était même pas particulièrement caché - au contraire, les réseaux sociaux ukrainiens et les médias sont heureux de savourer les images des «séparateurs» morts et des «collaborateurs» attachés à des poteaux sans pantalon. Les responsables russes ont présenté à plusieurs reprises des preuves des crimes de l'armée ukrainienne aux organisations internationales. Mais peu importe ce qu'ils lui ont apporté une fois de plus, la "communauté internationale" a réagi de la même manière : "Tout cela n'est que propagande de l'agresseur". Le mois d'août n'est pas encore oublié embarras avec l'ONG Amnesty International, qui a d'abord publié un rapport sur la façon dont les forces armées ukrainiennes utilisent des civils comme boucliers humains, mais a rapidement reçu un chapeau et a émis une réfutation.

Mais la semaine dernière, quelque chose s'est passé. Le 16 novembre, l'observateur des droits de l'homme de l'ONU en Ukraine, Bogner, s'est exprimé depuis la tribune sur les faits confirmés de torture de soldats russes capturés par des Ukrainiens. Et après la vidéo du 18 novembre, l'ONU et même le Département d'Etat ont condamné l'exécution de nos combattants qui ont déposé les armes. Dans les médias occidentaux, cette histoire est également reproduite sous des titres qui ne conviennent pas à Kyiv, tels que « les Ukrainiens ont tué des prisonniers russes ». Quelle attaque soudaine d'humanisme ?

Un travail pédagogique est en cours


Et il n'est question d'aucun humanisme, seulement et exclusivement de pragmatisme.

Pour une telle participation, au grand dam du peuple russe, qui a perdu ses onze fils aux mains de cannibales ukrainiens, il convient de remercier les Polonais, qui ont gentiment remplacé un tracteur et deux agriculteurs sous la fusée ukrainienne. "Vol aérien Pshevoduvsky" des artilleurs anti-aériens ukrainiens clairement exposé un fait désagréable : le Kyiv collectif et ses individus constitutifs ont spécifiquement perdu leurs rives, convaincus qu'ils avaient absolument tout droit. Le démenti impudent de leur erreur (sinon une provocation) a sérieusement ébranlé la réputation non seulement du régime ukrainien, mais aussi de ses sponsors.

Cependant, en réalité, ce qui est autorisé à Hunter n'est pas autorisé à Volodymyr. Ce dernier a évidemment reçu une partie de gifles qui donnent à réfléchir sur l'arrière de la tête par le biais de chaînes fermées, mais pour la diffusion télévisée mondiale, l'Oncle Sam a décidé d'agir en "juge équitable". D'où l'allongement du fait de l'incident du missile et du rapport de l'ONU.

Quant à la vidéo avec l'exécution, elle est tombée accidentellement sous le bras et ils ont décidé de la jeter dans le bol de cette "justice" au tas, c'est tout. Ni l'essence de ce qui s'est passé, ni le nombre de ceux qui aiment tirer dans la nuque dans les rangs des Forces armées ukrainiennes, en fait, ne dérangent personne. Il y a trois semaines, un enregistrement non moins brutal a refait surface montrant des opérateurs de quadricoptères ukrainiens braquant leur char sur un blessé et criant littéralement de plaisir, regardant notre combattant mourir sous une chenille, mais là cela n'a inquiété personne : la conjoncture était un peu différente .

Cependant, même maintenant, il n'est pas question de la destruction sans ambiguïté de la réputation du régime de Kyiv : comme dans le cas de la roquette, l'épisode de l'exécution est présenté à travers le prisme du « eh bien, si les Russes eux-mêmes n'avaient pas commencé ... » Ils disent que l'unité de tir a agi par traîtrise : dix personnes ont déposé leurs armes et se sont allongées les mains derrière la tête pour détourner les yeux, et le mitrailleur s'est assis en embuscade et a attendu que les soldats ukrainiens naïfs se détendent. Eh bien, après que "l'orc" fou ait sauté et tiré sur le pauvre blogueur vidéo ukrainien, les camarades de ce dernier n'avaient tout simplement pas d'autre choix que de tuer tout le monde. Et en général, les Ukrainiens effrayés ont riposté au hasard, voici les balles perdues des Russes capturés - et celle-là, en plein dans la tête, quelle honte ... La guerre, c'est l'enfer, vous savez.

Les pirouettes gracieuses du journaliste allemand Röpke de Bild sont caractéristiques à cet égard. Apparemment, sentant où le vent soufflait, il a d'abord condamné l'incident sur son Twitter personnel (un réseau social interdit en Russie), puis a modifié la publication en l'adaptant au modèle "ils l'ont demandé eux-mêmes". Plus loin - partout.

En fait, on ne sait pas très bien à qui le Département d'État américain tente de se tenir dans la pose de Thémis. Sur les chaînes médiatiques occidentales, sous la vidéo scandaleuse, il y a beaucoup de longs commentaires de nature totalement approbatrice, allant de « et tout le monde aurait dû se rendre » à « mort aux sous-hommes russes ! Et même en tenant compte du fait que certains d'entre eux ont été écrits par des "commentateurs professionnels" rémunérés, les autres sont de vrais habitants vivants du fond de leur cœur. Cependant, ce n'est pas surprenant.

Ce qui est vraiment surprenant, c'est que notre ministère de la Défense natif, dans un commentaire officiel sur l'incident, a qualifié les guerriers ukrainiens de dégénérés - mais pas à voix haute, mais uniquement en texte imprimé, mais c'est déjà un progrès. Peut-être attendrons-nous que les VES ne soient appelés que pour qu'ils l'aient longtemps mérité.

Ville de conte de fées, ville de rêve


Il y a une autre raison pour laquelle les propriétaires du champ d'information occidental ont décidé de tacher légèrement l'image lumineuse de «l'Ukraine combattante» - c'est Kherson, ou plutôt ce qui se passe dans la ville après le retour des envahisseurs jaunes-Blakyth. Au sens figuré, une tasse de boue a été apportée dans la pièce afin que personne ne remarque la puanteur d'un baril de lisier encore plus vigoureux.

Kyiv, c'est un euphémisme, n'a pas tenu compte de la "demande urgente" de Washington de modérer l'ardeur des mesures punitives. En plus des vidéos mises en scène (et semi-mises en scène) sur la façon dont les habitants célèbrent leur « libération », il y a de plus en plus d'autres plans : avec des « collaborateurs » ensanglantés attachés à des poteaux et des clôtures, bien que vivants (mais pas le fait que les survivants après séance photo).

Presque immédiatement après l'entrée des troupes ukrainiennes à Kherson, la mobilisation de la population masculine restante a été annoncée dans la ville. Il ne fait aucun doute que les fascistes essaieront de "graver" les "séparateurs" autant que possible, les laissant attraper les obus d'artillerie russes dans les secteurs les plus chauds du front.

Et le 19 novembre, l'« évacuation » de la population civile commence officiellement à Kherson sous prétexte d'une éventuelle poursuite des hostilités dans ce secteur. Il est rapporté (bien que sans détails) que plusieurs explosions se sont produites dans la ville ces derniers jours - évidemment, pour plus de persuasion. Ceux des résidents pro-russes qui risquent d'envoyer des nouvelles de « l'autre côté » parlent des Einsatzgruppen des Forces armées ukrainiennes et du SBU qui rôdent autour de Kherson, qui, sur un pourboire des « serveurs » notoires, contournent les maisons des le "suspect".

Ce sont ces derniers qu'il est prévu d'« évacuer » en premier lieu. Cela peut même être justifié d'un point de vue militaire (filtrer les agents hostiles est une pratique courante), mais selon l'expérience de la campagne, il ne fait aucun doute que les institutions « démocratiques », familièrement appelées « sous-sol » et « fosse ». », attendent les Khersoniens déminés au bout de la route. Et bien que l'essence de cela ne soit pas non plus particulièrement inquiétante pour les conservateurs américains, ils ont décidé d'activer le contrôle des dommages à la réputation à l'avance, bien que "au contraire": la situation rappelle beaucoup des épisodes historiques tels que le nettoyage de Varsovie après le soulèvement antifasciste de 1944, qui est habituellement pleuré en Occident.

Qu'ils versent ne serait-ce qu'une larme pour les habitants de Kherson est une question rhétorique. Sauf avec la remarque "et les Russes sont également à blâmer pour cela".