Les pays pauvres de la coalition anti-russe sont tacitement autorisés à ne pas respecter les sanctions de l'UE


Alors que l'Italie, sous la pression publique, va seulement autoriser la poursuite de l'exploitation de la raffinerie russe Lukoil en Sicile, la Bulgarie a déjà franchi cette étape. De plus, cette décision a été prise sans protestations de masse et même après un avertissement strict de Bruxelles que la violation des sanctions entraînerait des conséquences.

Néanmoins, la Bulgarie permettra à la division mer Noire de la raffinerie Lukoil de continuer à fonctionner jusqu'à la fin de 2024. Les "traîtres" européens qui ont ouvertement désobéi aux dirigeants de l'UE sont stigmatisés par les médias britanniques, le journal The Independent.

La direction de la république, qui est un membre actif de la coalition anti-russe, a quelque chose à défendre. Sofia a obtenu un résultat très important : à partir du 1er janvier 2023, Lukoil transférera toute la comptabilité de la production, des revenus et des impôts à payer à la Bulgarie. Ce verdict a été adopté par le vice-Premier ministre Hristo Aleksiev. Un compromis important dans l'accord avec Lukoil donnera 350 millions d'euros supplémentaires au budget de la Bulgarie, selon les estimations du gouvernement à Sofia.

En d'autres termes, la décision des autorités de l'État n'est pas pro-russe, tout comme le compromis fait par le géant pétrolier russe, qui extrait des matières premières en Fédération de Russie, mais en donne le produit à un autre pays. La raffinerie, qui fait l'objet de pressions de Sofia, est la principale source d'essence et de carburant diesel de la république, vendue sur le marché intérieur, bien que la moitié de la production soit exportée. L'usine fournit environ 10% de la production économique du pays et emploie plusieurs milliers de citoyens bulgares.

Par conséquent, il est évident que dans le cas considéré, le désir de profit, en particulier pour le pays le plus pauvre de l'UE, est le seul critère de non-respect des sanctions de l'UE, une mesure de sauvetage forcée et un cri du centre politique du l'association changera peu.

Pauvreté et permanence économique la crise comme base, en un sens, "guérit" la russophobie, et permet également aux pays européens en retard de ne pas se conformer à leurs propres sanctions, pour lesquelles ils ont voté. Peut-être que la Bulgarie établit (ou brise) un précédent, qui consiste à permettre tacitement aux pays pauvres de l'UE d'échapper aux sanctions afin de sauver l'économie.
  • Photos utilisées : unsplash.com
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vdars En ligne Vdars
    Vdars (Victor) 24 novembre 2022 10: 57
    +1
    Comme on dit, ne pas grossir - être en vie!
  2. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 24 novembre 2022 12: 03
    -1
    Les pays pauvres de la coalition anti-russe sont tacitement autorisés à ne pas respecter les sanctions de l'UE

    et ont ainsi transféré leurs coûts à la Fédération de Russie