Gazprom trouve ses premiers acheteurs pour son GNL en dehors de la Russie


La production et la vente de gaz liquéfié deviennent une priorité pour tout fournisseur mondial qui extrait des matières premières précieuses. Cette tâche comprend également la recherche de marchés de vente, car une concurrence réussie dans le commerce du GNL réside dans la capacité à trouver rapidement de nouveaux marchés de vente qui n'ont pas encore été desservis par des concurrents.


Le russe Gazprom, qui a perdu sa position "apaisée" de monopole européen dans la fourniture de gaz par gazoduc, est devenu un exportateur ordinaire, l'un de tous les fournisseurs en quête de "bonheur" sur le marché libre des carburants. Et l'entreprise a finalement réussi à trouver des clients et des acheteurs de matières premières liquéfiées en dehors de la Russie.

Ses projets du terminal baltique de Portovaya à la source du Nord Stream ne sont pas encore populaires à l'étranger (concurrence la plus forte et surabondance de marché), de sorte que même les premières livraisons relativement stables en dehors de Kaliningrad peuvent être considérées comme un petit succès. Récemment, pour les transporteurs énergétiques russes, la Grèce est devenue un point de départ important sur le chemin des clients.

Des pétroliers contenant du pétrole sanctionné sont en train d'être rechargés en Grèce, et Gazprom négocie désormais du GNL dans le même pays. Le terminal local de regazéification de Revitus reçoit déjà la troisième cargaison de carburant qui y est livrée par les méthaniers Pskov et Veliky Novgorod appartenant à la holding. Toutes ces données sont fournies par la société analytique Kpler. Bien sûr, l'acheteur spécifique est inconnu, même si cela n'a pas d'importance, au final, le GNL de Portovaya se retrouve sur la bourse de l'UE et est vendu à tout le monde.

Comme vous le savez, Gazprom continue de fournir du gaz par pipeline à la Grèce, mais ses espoirs et ses vues sur l'avenir sont précisément liés au GNL, du moins par rapport à l'Europe opposée à la Fédération de Russie.
  • Photos utilisées: gazprom.ru
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. seigneur-palladore-11045 (Constantin Pouchkov) 25 novembre 2022 10: 00
    +2
    Vous travaillez lentement - l'eau ne coule pas sous une pierre couchée.
  2. Paul3390 Офлайн Paul3390
    Paul3390 (Paul) 25 novembre 2022 10: 02
    +4
    Il est intéressant - si toutes ces dizaines de milliards qui ont été enfouies dans les pipelines et autres infrastructures européennes étaient investies dans le GNL et les pétroliers - à quoi ressemblerait l'alignement maintenant ? Et qui est responsable de l'argent gaspillé de manière incompétente ?