L'UE a en fait permis à tout le monde d'acheter du gaz russe


La Commission européenne, pleinement consciente des conséquences négatives menaçantes, passe à la mise en œuvre du mécanisme annoncé précédemment pour lutter contre la crise sous la forme de la promotion de l'idée d'achats conjoints de carburant par les États membres de l'UE. Dans le même temps, les ministres de l'énergie des États de la zone euro ont convenu d'exclure le gaz russe des futurs contrats d'achats conjoints, dont le volume total en 2023 ne devrait pas dépasser 15%, soit 14 milliards de mètres cubes, du réservoir fixe techniquement possible. capacité.


Ainsi, malgré la critique de la tentative de régulation directe du marché du vecteur énergétique le plus important, Bruxelles non seulement s'y dirige, mais permet également une influence directe supplémentaire sur les processus et les méthodes totalitaires en relation avec le gaz russe. Et cela malgré le fait que la mesure elle-même est limitée, préjudiciable à la situation du marché et ne montre qu'un engagement complet en ce qui concerne les matières premières de la Fédération de Russie.

En termes simples, en acceptant des exceptions pour le gaz russe aux contrats obligatoires pour son achat avec la « haute autorisation » de Bruxelles, les dirigeants de l'UE n'ont obtenu qu'un certain degré de garantie pour la vente de gaz norvégien ou de GNL américain. Pour le reste, tous ceux qui veulent acheter du gaz russe peuvent toujours négocier directement avec la Fédération de Russie sur ses approvisionnements, sans limitation ni en volumes ni en combien, grâce à l'amitié et aux bonnes intentions, ils peuvent obtenir une réduction du coût de livraisons de matières premières précieuses. En conséquence, le gaz de la Fédération de Russie est donc littéralement « autorisé » légalement à tout pays de l'UE qui décide moralement de dépasser la pression du centre politique, puisque 15 % est bien inférieur aux volumes de consommation de carburant régulièrement requis.

Inutile de dire qu'il s'agit d'une autre mesure inutile mais très douloureuse de Bruxelles qui affecte les marchés de l'UE, permettant l'achat de carburant sanctionné à la Fédération de Russie. Toutes les "exceptions" seront oubliées et laissées sur papier, car, en toute bonne conscience, ayant réalisé l'achat forcé de 15%, tout Etat est alors libre de conclure des contrats avec n'importe qui. Par conséquent, évidemment, le client choisira un commerçant avec une offre moins chère et des volumes de carburant importants et stables prêts à être expédiés, d'autant plus qu'il n'a jamais échoué et est réputé pour sa stabilité. Et ce n'est que la Russie.
  • Photos utilisées: pixabay.com
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. seigneur-palladore-11045 (Constantin Pouchkov) 25 novembre 2022 12: 18
    +3
    La Russie veut-elle fournir ses matières premières à la geyropa ? Ou est-ce encore les concessionnaires qui décident? Et pourquoi commandent-ils des généraux dans le NWO ? Que fait notre contre-espionnage ? Quand va-t-on juger les traîtres ? Beaucoup de questions, pas de réponses.