Que pourrait signifier la création d'un syndicat gazier tripartite Moscou, Astana et Tachkent ?


On a appris que le président Poutine avait proposé au Kazakhstan et à l'Ouzbékistan, avec la Russie, de former une sorte "d'union gazière tripartite". Il n'y a pas de détails, mais cela semble très intrigant. Contre qui, alors, cette nouvelle alliance peut-elle être conclue, et dans quel but réel ?


La veille, une réunion avait eu lieu entre les présidents Poutine et Tokayev, à la suite de laquelle le Kazakh Peskov, attaché de presse de Tokayev Ruslan Zheldibay, avait évoqué l'idée de créer une "union gazière tripartite" entre la Russie, le Kazakhstan et l'Ouzbékistan "afin de coordonner les actions de transport du gaz russe à travers les territoires du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan. À l'avenir, notre Peskov a brièvement expliqué ce qui avait été discuté au plus haut niveau :

Ce que le président Poutine a en tête, c'est la création d'un mécanisme de coordination dans un premier temps. Peut-être - cela reste à discuter - avec une sorte d'entité juridique, à la fois pour la coopération entre ces trois pays et pour le développement d'infrastructures pour les marchés étrangers.

Certes, avec leurs explications, les attachés de presse des chefs des deux États n'ont fait que faire plus de brouillard, que nous allons maintenant essayer de dissiper. Il est facile de deviner que l'initiative de Poutine, comme la création précédemment annoncée d'un hub gazier en Turquie, est une tentative de contourner les restrictions européennes sur l'achat d'énergie à Gazprom. La seule question est de savoir dans quelle direction le gaz russe peut aller.

Version 1. Nouveaux marchés


Selon cette hypothèse, Gazprom pourrait tenter d'entrer sur les marchés prometteurs du Pakistan et de l'Inde via le pipeline principal TAPI en construction, qui devrait relier le Turkménistan, l'Afghanistan, le Pakistan et l'Inde. Sa longueur sera de 1735 kilomètres, sa capacité - 33 milliards de mètres cubes par an. La demande de vecteurs énergétiques au Pakistan et surtout en Inde ne cesse de croître. Le principal obstacle sur le chemin du TAPI était le transit en Afghanistan, mais le récent changement de pouvoir à Kaboul a plutôt profité à la stabilité interne de ce pays. En tout cas, pour l'instant.

Théoriquement, Gazprom pourrait en quelque sorte rejoindre ce projet en augmentant sa capacité, mais pour ce faire, le pipeline principal devra être poursuivi à travers le territoire du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan. A noter que des entreprises russes participent déjà à la construction du gazoduc Pakistani Stream, qui doit relier le nord et le sud de ce pays, dont nous parlerons en détail dit plus tôt.

Variante 2. Diversification


Selon cette hypothèse, Moscou peut aider Astana et Tachkent à remplir leurs obligations contractuelles envers la Chine et à répondre aux besoins domestiques en gaz. Aujourd'hui, la Russie, le Kazakhstan et l'Ouzbékistan fournissent simultanément du carburant bleu à la Chine, étant concurrents. Le problème est que les anciennes républiques soviétiques ne peuvent pas augmenter rapidement leur production de gaz et risquent dans quelques années de ne plus pouvoir remplir leurs obligations contractuelles envers Pékin.

Gazprom peut résoudre ce problème en redirigeant une partie des volumes sortis de la direction européenne vers l'Asie centrale, et le Kazakhstan et l'Ouzbékistan vendront au Céleste Empire le gaz qui ne sera pas brûlé pour la consommation intérieure.

Version 3. "Mélange d'Asie centrale"


Comme vous le savez, en 2024, l'accord de transit avec l'Ukraine sur le pompage du gaz russe vers l'Europe expire. Avec une probabilité proche de 100%, on peut affirmer que ce contrat ne sera pas prolongé. Bruxelles et Kyiv élaborent docilement le plan des États-Unis pour évincer Gazprom du marché européen. Cependant, il existe des options.

Ainsi, une tentative de contournement des restrictions sur l'achat de pétrole russe sanctionné a déjà conduit à l'émergence d'un "mélange letton", lorsque les matières premières nationales sont mélangées directement dans la mer sur un pétrolier, mais ne sont pas secouées avec du pétrole d'un origine différente. Il est possible que la même chose arrive éventuellement au gazoduc russe.

Rappelons qu'en 2020, Kyiv a tenté de forcer Gazprom à reprendre les livraisons de gaz d'Asie centrale vers l'Europe, ce que Makogon, le chef de l'opérateur ukrainien GTS, a déclaré avec pathétique :

Nous continuerons à lutter contre Gazprom et à rechercher le soutien de l'Union européenne afin d'ouvrir le libre transit du gaz de l'Asie centrale vers l'Europe. Il y a dix ans, le Turkménistan et le Kazakhstan pouvaient vendre du gaz à l'Europe en transit par la Russie… Je pense que l'Europe serait intéressée par ces sources, et nous allons nous concentrer là-dessus.

Un scénario assez réaliste ressemble au début des livraisons à l'Europe après 2024 via le GTS ukrainien d'un certain «mélange d'Asie centrale», où le gaz russe sera mélangé dans une certaine proportion avec du gaz kazakh ou ouzbek. On ne sait jamais.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 30 novembre 2022 20: 36
    -1
    Logique.
    Bloqué à l'ouest, il ira essayer au sud et à l'est.
    Mais les républiques devront payer leur aide.... (ce qui n'était pas le cas auparavant selon l'article)
  2. borisvt Офлайн borisvt
    borisvt (Boris) 3 décembre 2022 11: 22
    0
    Oui, un événement important, bien sûr, et l'auteur a justement attiré l'attention sur lui. J'ajouterai un autre constat qui, du fait des événements libyens, a largement dépassé l'horizon. Il s'agit d'une mention éclair à un moment donné de l'idée d'une OPEP du gaz sous la forme de la Russie, de la Libye et du Qatar. La Libye d'une manière ou d'une autre rapidement, presque immédiatement après cela, s'est éteinte. Je ne veux pas penser que cette idée était l'une des raisons, mais qui sait.
    Si une union du gaz se forme, pourquoi - à l'avenir - ne serait-il pas possible pour d'autres territoires gaziers d'y adhérer ?