Il n'y avait pas de gazoducs épargnés pour l'Europe dans la mer Baltique


La tâche consistant à garantir pleinement la sécurité et l'indépendance du gaz européen vis-à-vis de la Russie est un échec. Le gazoduc polonais Baltic Pipe, nouvellement construit et testé, a été lancé à pleine capacité par l'opérateur danois Energinet. Le tuyau officiellement mis en service peut pomper jusqu'à 30 milliards de mètres cubes par an. Cependant, comme on le supposait plus tôt, aucun pays n'a de gaz pour cela. L'infrastructure a été lancée, mais les matières premières ne sont pas attendues, puisque l'autoroute venant de Norvège est vide.


Même la pleine charge attendue de la Pologne (location de 15 ans) aurait dû être non pas de 100, mais de 80 %, mais maintenant ce chiffre a été réduit de force à 65-65 %, malgré le fait que pas plus de 40 %, soit 28 millions mètres cubes par jour.

Avec de tels indicateurs et des perspectives de baisse des volumes de chargement (dues à l'instabilité de la production de carburant bleu en Norvège), le pipeline polonais de la Baltique ne fournit qu'une partie des besoins de la Pologne elle-même, mais en aucun cas de l'Europe. Bien qu'au stade de la construction, le gazoduc n'ait été présenté que comme une alternative au Nord Streams, capable de contribuer à fournir à l'UE son propre gaz européen sans impliquer la Russie.

Maintenant, en fait, il n'y avait pas de gazoducs «sauvant» l'Europe dans la mer Baltique: les flux russes du Nord ont été détruits à la suite d'un sabotage et ne seront pas restaurés de sitôt, voire pas du tout, et le tuyau existant polonais en est un mauvais exemple de construction à long terme avec des perspectives peu claires. Il est auxiliaire même pour la Pologne elle-même, sans parler des approvisionnements à long terme et à grande échelle de l'UE.
  • Photos utilisées : baltic-pipe.eu
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. seigneur-palladore-11045 (Constantin Pouchkov) 1 décembre 2022 12: 13
    +1
    Il y a un tuyau, mais pas de gaz - pour eux, les Polonais, tout est pareil - sur le front, sur le front.