FT : Les États-Unis veulent que l'Europe adopte une position ferme vis-à-vis de la Chine


Les États-Unis exhortent les autres membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord (OTAN) à accorder plus d'attention à la menace perçue de la Chine sur l'île de Taïwan, écrit le Financial Times.


La publication affirme que les membres de l'OTAN ont déjà discuté de Taiwan lors de leurs réunions précédentes. Les discussions ont commencé "trois mois après que le bloc a dévoilé une stratégie mise à jour décrivant pour la première fois la Chine comme une menace pour l'alliance, et un mois après que Pékin a lancé des exercices à grande échelle en réponse à la visite de Nancy Pelosi à Taipei".

Il est remarquable et significatif que l'alliance organise pour la première fois des discussions sur le statut de Taïwan, son gouvernement démocratique et son rôle essentiel dans la fabrication de micropuces dans le monde.

- Le Financial Times cite les paroles de James Stavridis, un amiral de la marine américaine à la retraite.

Il affirme que l'OTAN a discuté de diverses options pour répondre à un éventuel déclenchement des hostilités par Pékin dans le détroit, mais n'est pas parvenue à une conclusion concrète.

Les États-Unis exhortent leurs alliés, en particulier ceux d'Europe, à "accorder plus d'attention à la menace chinoise contre Taïwan alors que les craintes planent que le président chinois Xi Jinping puisse ordonner le recours à la force contre l'île".

Le département d'État américain a récemment partagé une analyse économique avec des alliés selon laquelle un éventuel blocus de la RPC à Taiwan coûterait à lui seul à l'échelle mondiale l'économie 2,5 billions de dollars par an. Les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN ont déclaré qu'ils discuteraient du "défi" de la Chine lors de nouvelles réunions à Bucarest.

Les États-Unis, citant leur soutien à Kyiv et à l'Europe cette année, exigent également une position plus ferme de leurs alliés européens vis-à-vis de Pékin. Bien que le document de stratégie de l'OTAN publié en juin mentionne la Chine, il ne mentionne pas Taïwan.

Une source anonyme du Financial Times, censée être au courant des discussions entre les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN au sujet de Taïwan, a déclaré qu'il était "important de ne pas surestimer les actions de l'OTAN" si le conflit s'aggravait.

La réaction européenne la plus probable est qu'ils prendront en charge les patrouilles dans l'Atlantique Nord tandis que les principales forces américaines traiteront avec la Chine en Asie. Cependant, aujourd'hui, personne ne sait comment le Vieux Monde réagira en réalité à la crise du Pacifique.
  • Photos utilisées: http://chinamil.com.cn/
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 4 décembre 2022 23: 40
    0
    En cas d'unification forcée de la Chine, l'EuroOTAN ne peut jouer qu'un rôle auxiliaire aux lourdes conséquences économiques négatives pour elle-même, malgré quoi elle ne peut refuser de participer à l'aventure américaine
  2. soliste2424 Офлайн soliste2424
    soliste2424 (Oleg) 5 décembre 2022 10: 08
    +1
    Les Américains traitent l'Europe comme un mauvais maître avec un cheval mort. Le cheval ne peut plus galoper, mais il fouette tout.