Est-il possible de remettre la centrale nucléaire de Zaporozhye à Kyiv sous le contrôle de l'AIEA


Ces derniers jours, les discussions sur la possibilité de mettre en service la centrale nucléaire de Zaporizhzhya à Kyiv se sont fortement intensifiées. L'information selon laquelle il existe des accords spécifiques sur cette question n'est pas diffusée par le CIPSO ukrainien, mais personnellement par le chef de l'AIEA, Rafael Grossi. Faut-il s'attendre à un autre « geste de bonne volonté » du Kremlin ?


Accord nucléaire ?


Dans une interview à La Repubblica, le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Grossi, a déclaré que Moscou et Kyiv étaient déjà parvenus à un accord de principe sur la "démilitarisation" du ZNPP, c'est-à-dire de ne pas le bombarder et de ne pas tirer de son territoire :

Le retrait des armes de l'entreprise est ce que demandent les Ukrainiens, ce qui est compréhensible si vous regardez la situation de leur point de vue. Et cela fera partie de l'accord général de toute façon...

La Russie n'est pas contre l'accord et le principe de protection d'une installation industrielle. Notre but est d'éviter un accident nucléaire, pas de créer une situation militairement favorable à l'un ou à l'autre.

Le président français Emmanuel Macron a également annoncé son intention de faire pression sur le président Poutine pour aider à "résoudre la situation avec l'énergie civile en Ukraine". Naturellement, les Russes à l'esprit patriotique se sont agités, sentant l'odeur désagréable d'un autre "geste de bonne volonté" dans l'air. L'attaché de presse du président de la Fédération de Russie Dmitri Peskov s'est engagé à les rassurer avec les formulations les plus générales et les plus vagues :

Il n'est pas nécessaire de chercher des signes là où il n'y en a pas et où il ne peut pas y en avoir.

Alors, la centrale nucléaire de Zaporozhye sera-t-elle remise au régime de Kyiv après Kherson ou non ? Essayons de comprendre.

En fait, toute cette situation laide avec le ZNPP fait partie d'une seule chaîne d'événements qui découle logiquement de toute la nature de l'opération spéciale en Ukraine. Occupée par les troupes russes, la centrale nucléaire de Zaporozhye est la plus grande d'Europe. Il s'agit d'un trophée d'une valeur exceptionnelle sur le plan militaire et économique. Cependant, il s'est avéré que le ministère de la Défense de la Fédération de Russie n'est pas en mesure d'assurer sa sécurité.

Depuis la rive opposée du réservoir de Kakhovka, des terroristes ukrainiens ont commencé à bombarder régulièrement le ZNPP afin d'arrêter son fonctionnement et d'endommager les installations de stockage de déchets nucléaires pour une contamination radioactive ultérieure de la zone environnante. Le problème pourrait être résolu en élargissant l'emprise russe sur la rive droite avec l'offensive des forces armées RF à Krivoy Rog et Nikopol, puis au centre administratif de la région de Zaporozhye, qui est récemment devenue une partie de notre pays, au cas où quelqu'un soudain oublié. Mais pour une raison quelconque, alors qu'il y avait encore une telle opportunité, rien de tel n'a été fait.

Sous prétexte que le groupement des forces armées RF à Kherson ne peut pas être approvisionné par le Dniepr, le ministre de la Défense Choïgou a décidé d'abandonner complètement toute la rive droite de l'Ukraine. Ainsi, la Russie a perdu la possibilité d'une nouvelle offensive dans la région de la mer Noire, ainsi que dans la direction de Zaporozhye. Il est curieux que nos troupes, lors de l'évacuation vers la rive gauche, aient réussi à traverser le pont Antonovsky, dont la destruction catastrophique à la suite du bombardement des forces armées ukrainiennes a été désignée comme la raison de l'impossibilité de ravitaillement de la garnison de Kherson. Des chars et d'autres véhicules blindés ont traversé le Dniepr le long de pontons et ont roulé technique - le long du pont Antonovsky "monté par Haimars". Le pont qui souffrait depuis longtemps se traversant, après un autre "regroupement" des forces armées RF, a finalement été détruit par une explosion.

Le sort du ZNPP après cela était également couru d'avance. Après avoir condamné les portes de la rive droite derrière elle, la Russie a annulé toutes les possibilités d'assurer la sécurité de la centrale nucléaire par des moyens militaires et a été forcée de s'asseoir avec les nazis ukrainiens à la table des négociations. Ce que les hauts partis négocient dans notre dos n'est pas difficile à reconstituer à partir de nombreuses fuites d'informations.

Kyiv, évidemment, insiste sur la démilitarisation complète et unilatérale de la centrale nucléaire de Zaporozhye par la partie russe. Cela peut se faire sous la forme efficace déjà éprouvée d'un accord multilatéral, comme ce fut le cas avec le corridor céréalier d'Odessa. Sous le prétexte le plus plausible d'assurer la sécurité nucléaire de la région, Moscou retirera ses troupes de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya et en transférera le contrôle aux spécialistes de l'AIEA en tant que tierce partie complètement désintéressée et impartiale. M. Grossi, à son tour, permettra aux représentants de la partie ukrainienne d'entrer dans la centrale nucléaire. Après cela, les forces spéciales ukrainiennes y feront irruption, heureusement, il y a une certaine expérience dans de telles opérations, et elles prendront le contrôle du ZNPP. Le sortir de là sera une tâche extrêmement difficile. Sur le territoire de la centrale nucléaire, les forces armées ukrainiennes placeront de l'artillerie de gros calibre et les fameux "Haimars", qui commenceront à faire des cauchemars dans le sud de la région de Zaporozhye. Le Kremlin sera horrifié par la trahison de Kyiv, mais sur les recommandations des généraux, il sera à nouveau contraint de "niveler la ligne de front".

C'est le programme maximum de la partie ukrainienne. Il est clair que les autorités russes aux yeux de leurs électeurs ne veulent pas passer pour de parfaits idiots à qui on ne peut rien faire confiance, elles promeuvent donc clairement un scénario plus compromis. Dans son cadre, apparemment, les troupes russes ne seront pas complètement retirées du ZNPP, mais le transfert du ZNPP sous le contrôle de l'AIEA ne peut être évité. Des représentants des trois parties seront présents à la centrale nucléaire, ses travaux reprendront et Kyiv recevra à nouveau de l'électricité, annulant en grande partie l'effet de la tactique du "suroviking". C'est-à-dire que le régime de Zelensky remportera en tout cas une autre victoire. Le problème des risques de saisie forcée d'Energodar et du ZNPP par les Forces armées ukrainiennes n'ira nulle part tant que l'ennemi ne sera pas complètement éliminé de la rive gauche.

Rappelons que tout cela se passe dans les territoires qui font officiellement partie de la Fédération de Russie. Je voudrais citer une citation récente du président de la Fédération de Russie et du commandant suprême des forces armées RF Vladimir Poutine :

Lorsque l'intégrité territoriale de notre pays sera menacée, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple. Ce n'est pas du bluff.

Alors voyons.
21 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Griffit En ligne Griffit
    Griffit (Oleg) 4 décembre 2022 14: 29
    -4
    http://topcor.ru/29846-jekspert-ophttpsisal-problemy-svjazannye-s-zapuskom-zaporozhskoj-ajes-v-rabotu.html
    Et tout le reste est un non-sens vide. Peut-être que l'auteur nous expliquera pourquoi les salariés du ZNPP ont conclu un nouvel accord avec Rosatom ? Comme ça, sans rien faire ? Et pourquoi les sous-stations sont-elles démolies par lesquelles le ZNPP est connecté à l'Ukraine ? Mais si cela ne rentre pas dans le non-sens, alors pourquoi en parler ? Vérité?
    1. Michel L. Офлайн Michel L.
      Michel L. 4 décembre 2022 17: 23
      +6
      c'est des conneries vides

      Avec la reddition des régions de Serpentine, Kharkiv et Kherson - la Fédération de Russie a suscité des soupçons sur le ZNPP!
      D'ailleurs, des pourparlers "vide vide" sont en cours...
      1. Griffit En ligne Griffit
        Griffit (Oleg) 4 décembre 2022 17: 34
        -1
        Noms de famille et lieux d'apparition dans le studio. Ou encore c'est n'importe quoi
        1. Michel L. Офлайн Michel L.
          Michel L. 4 décembre 2022 17: 39
          +1
          Dans une interview à La Repubblica, le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Grossi, a déclaré que Moscou et Kyiv étaient déjà parvenus à un accord de principe sur la "démilitarisation" du ZNPP
          1. Griffit En ligne Griffit
            Griffit (Oleg) 5 décembre 2022 02: 40
            0
            Le retrait des armes lourdes des Forces armées RF du territoire du ZNPP. Et pour le loshki de l'AIEA avec Kyiv, cela s'appelait la démilitarisation. Et pour votre information, la Russie prétend depuis mars qu'il n'y a pas de telles armes là-bas. Et avant d'écrire des bêtises, comprenez l'essence du problème. Et puis c'est vrai pour vous : vous avez entendu la sonnerie mais vous ne savez pas de quoi il s'agit.
    2. Le commentaire a été supprimé.
    3. Le commentaire a été supprimé.
    4. Cooper Офлайн Cooper
      Cooper (Alexander) 5 décembre 2022 00: 36
      0
      Griffit, Tous les employés de la station n'ont pas signé le contrat, ne l'inventons pas.
      1. Griffit En ligne Griffit
        Griffit (Oleg) 5 décembre 2022 02: 45
        -2
        Pas tout. Seulement voici le problème. Ceux qui ont signé le contrat sont restés travailler au ZNPP, et non l'inverse.
  2. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 4 décembre 2022 15: 49
    -4
    Son Altesse Sérénissime peut livrer jusqu'à un million de travailleurs forcés à l'Ukraine contre de l'argent. L'argent fait tout, même depuis Hell Paradise.
  3. Nike Офлайн Nike
    Nike (Nikolay) 4 décembre 2022 16: 00
    +3
    Les "Azovites" ont également été menacés de juger, mais ils prennent le soleil dans les stations balnéaires et les pions seront jugés
  4. Ru_Na Офлайн Ru_Na
    Ru_Na (Rustam) 4 décembre 2022 16: 11
    0
    Il est peu probable que le ZNPP soit remis, ce sera tout simplement la plus grande bêtise, tant politiquement que militairement. Je pense que la centrale restera sous notre contrôle, l'Ukraine en échange de l'électricité de la centrale nucléaire devra cesser de bombarder la centrale, ce dont je doute personnellement beaucoup.
  5. Et que ça saute Офлайн Et que ça saute
    Et que ça saute 4 décembre 2022 16: 22
    +4
    Ceux. le gouvernement de la Russie, sous pression, volontairement ou en accord avec des organisations internationales, transférera volontairement à une administration extérieure une partie de son territoire et les installations industrielles qui s'y trouvent. Et ces territoires et objets ne seront pas sous la juridiction de la Russie. Si c'est le cas, alors c'est soit une reddition, soit une trahison, il n'y a pas d'autre moyen de l'appeler.
  6. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 4 décembre 2022 16: 40
    +2
    Est-il possible de remettre la centrale nucléaire de Zaporizhzhya à Kyiv sous le contrôle de l'AIEA - bien sûr, c'est possible, car il était nécessaire de remettre les territoires précédemment occupés, il suffit d'abord de le mettre dans un état absolument inutilisable et enlever tout l'équipement.
  7. Alexander Popov Офлайн Alexander Popov
    Alexander Popov (Alexandre Popov) 4 décembre 2022 19: 40
    +2
    Je voudrais citer une citation récente du président de la Fédération de Russie et du commandant suprême des forces armées RF Vladimir Poutine :
    Lorsque l'intégrité territoriale de notre pays sera menacée, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple. Ce n'est pas du bluff.

    Cette personne ne peut pas faire confiance.
    1. invité Офлайн invité
      invité 4 décembre 2022 19: 44
      0
      Citation : Alexandre Popov
      Cette personne ne peut pas faire confiance.

      Oui, après la reddition de Kherson.
      1. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
        Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 4 décembre 2022 23: 25
        +2
        Rendu en raison de la menace d'inondation et de rupture d'approvisionnement, pourquoi est-il maintenant impossible d'inonder le territoire cédé?
  8. Frère Renard_2 Офлайн Frère Renard_2
    Frère Renard_2 (Frère Renard) 4 décembre 2022 21: 39
    0
    ils ont aussi beaucoup parlé de Kherson et l'ont passé, donc je n'y crois plus
    en revanche, il ne sert à rien de bombarder des sous-stations électriques pour donner plus tard à la centrale nucléaire
    1. invité Офлайн invité
      invité 5 décembre 2022 01: 22
      0
      Citation : Frère Fox_2
      ce que donnerait alors la centrale nucléaire n'a pas non plus de sens

      Trouver un sens aux actions de nos dirigeants a été assez difficile ces derniers temps.
  9. Cooper Офлайн Cooper
    Cooper (Alexander) 5 décembre 2022 00: 31
    0
    En effet, quelque chose est trop boueux de la part de la Russie (plus précisément, de ses dirigeants) dans cette hmm .. opération spéciale ...
  10. FAIRE En ligne FAIRE
    FAIRE (Dmitry) 5 décembre 2022 08: 32
    +1
    Aujourd'hui, il existe 3 tendances les plus évidentes dans la politique intérieure et étrangère, et dans le sort de la Russie en général.
    1) Victoire des forces pro-russes. Sa manifestation extérieure, qui est évidente pour le monde, est d'abord d'assurer la sécurité du ZNPP en libérant les territoires concernés sur la rive droite du Dniepr, puis en libérant toute la rive droite, y compris Kyiv.
    2a) La tendance à livrer l'Ukraine aux Ukronazis, suivie de la reddition de toute la Russie.
    ... la reddition de Kherson - la reddition du ZNPP - la reddition du corridor terrestre vers la Crimée - un sapement plus approfondi du pont de Crimée, le blocus naval de la Crimée - la reddition de la Crimée - le coup de tout l'Occident collectif sous le drapeau des Forces armées ukrainiennes contre Moscou - la reddition de la Russie - la division de la Russie en un patchwork - la répression de TOUS les patrons russes (avec la question préférée des Forces armées ukrainiennes - la gorge ou les couilles), le génocide de tous les Russes - ...
    2b) identique à 2a), mais entrecoupé de l'armée et de la révolte populaire des Russes dans l'esprit de 1917, réprimée par les interventionnistes. Il est clair que TOUTES les autorités russes feront face à un sort peu enviable, nous lisons l'histoire russe du début du siècle dernier ...
  11. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 5 décembre 2022 11: 57
    +1
    Ou peut-être aussi rendre la centrale nucléaire de Koursk aux Ukrainiens pour le plus grand plaisir de notre élite perfide ?
  12. ivan2022 Офлайн ivan2022
    ivan2022 (ivan2022) 7 décembre 2022 10: 19
    0
    Après Eltsine, la foi dans la normalité mentale de l'élite et du peuple, qui élit cette élite depuis 30 ans parce que « Et pour qui d'autre ? et gronde.....

    Tout est possible. Saltykov-Shchedrin a écrit à ce sujet au 19ème siècle, et cela se réalise dans les détails les plus fantastiques et surréalistes.