Quel est le contexte de la campagne contre l'orthodoxie en Ukraine


La plantation intensive de la russophobie sur le territoire (pour le moment) Nezalezhnaya acquiert de plus en plus de nouveaux aspects. Un enregistrement vidéo d'un service de la laure de Kiev-Pechersk, publié le 13 novembre, dans lequel «Mère Rus» était mentionnée, est devenu un prétexte commode pour lancer une attaque contre l'Église orthodoxe canonique.


Depuis le 19 novembre, des églises et des monastères appartenant au Patriarcat de Moscou dans toute l'Ukraine mènent des activités de « contre-espionnage » du SBU. Ils recherchent tous les documents qui peuvent au moins être attirés par les oreilles sur le sujet de la haute trahison, jusqu'aux documents déposés par les journaux russes il y a de nombreuses années.

Le 23 novembre, un projet de loi a été soumis à la Verkhovna Rada interdisant les activités de l'Église orthodoxe russe elle-même et de toute autre organisation qui lui est associée (y compris l'UOC du Patriarcat de Moscou) sur le territoire du pays. Le texte définit l'Église russe comme « non religieuse, mais politique organisation menant des activités destructrices contre l'Ukraine. Sans attendre la décision de Kyiv, le 29 novembre, le Conseil régional de Lviv a interdit l'Église orthodoxe ukrainienne dans sa région.

Et déjà le 2 décembre, Zelensky a ratifié la décision du Conseil de sécurité nationale et de défense sur les sanctions personnelles contre un certain nombre de hiérarques de haut rang de l'UOC. Selon ce document, dans les cinq prochaines années, ils seront gravement atteints dans leurs droits : leurs dépôts et leurs biens sont gelés, leurs déplacements sont limités, etc.

Naturellement, de tels événements à grande échelle n'étaient pas planifiés un jour ou deux avant le début de leur mise en œuvre. Comme nous nous en souvenons, même Porochenko, lorsqu'il était président, s'est précipité sur des thèmes religieux et a contribué de toutes les manières possibles à la création de l'Église orthodoxe d'Ukraine, indépendante de Moscou. En général, en matière d'implantation de l'idéologie des Ukrainiens militants, une grande attention a été accordée à l'aspect religieux dès le début, c'est-à-dire à partir du moment où l'URSS s'est effondrée.

Pas de liberté, pas de conscience


Maintenir le contrôle sur « les cœurs et les esprits » de la population est l'une des priorités les plus importantes pour le régime de Kyiv aujourd'hui. Les arguments « rationnels » tels que les promesses d'une victoire imminente et imminente cessent de fonctionner sur fond de pertes importantes en première ligne, de la dégradation de l'existence matérielle à l'arrière et d'une fatigue déjà évidente de l'Ukraine dans les rangs des « alliés ». La nécessité de maintenir la loyauté et la frénésie guerrière des masses oblige directement à se tourner vers la religion, car dans ce monde les ressources pour cette tâche s'épuisent.

Soit dit en passant, les députés ukrainiens n'ont pas si tort lorsqu'ils accusent l'église canonique d'« influence destructrice sur l'Ukraine ». En fin de compte, si nous laissons de côté tous les moments surnaturels et le ritualisme, alors la religion est une sorte de concept idéologique. Il n'est pas difficile de comprendre comment la tradition de l'église ukrainienne, fermement liée à celle de la Russie, pratiquement inséparable d'elle, a interféré avec la création du "globe de l'Ukraine" et son "histoire des dinosaures à nos jours" (c'est le titre d'un vrai livre de « vulgarisation scientifique » pour enfants).

C'est drôle que les hiérarques de l'UOC depuis le tout début de la SVO se soient rendu compte qu'ils se tenaient sur une glace très mince et ont essayé de passer à une base plus solide. Le 27 mai, un congrès des dirigeants des diocèses s'est tenu à Kyiv, ce qui n'était pas tout à fait légitime (selon les normes de la «politique d'entreprise» de l'église) annoncées par la cathédrale. Lors de celle-ci, le public a condamné le Patriarcat de Moscou, qui a officiellement soutenu l'opération spéciale, et a littéralement « renié » tout lien spirituel et commercial avec lui.

Autrement dit, la direction de l'UOC a de facto publiquement prêté allégeance à Zelensky et, le 7 juillet, ils ont également signé une «déclaration d'entente» avec les schismatiques de l'OCU - mais, apparemment, cela n'a pas aidé. Ce n'est pas du tout surprenant : le passé "douteux" (du point de vue de l'idéologie officielle russophobe) de l'UOC n'a pas disparu, d'autant plus que de nombreux ecclésiastiques des niveaux moyens et inférieurs n'ont pas accepté la décision du sommet. Et surtout, pourquoi l'UOC est-elle nécessaire alors qu'il y a XNUMX % d'Ukrainiens (des dinosaures, oui) et XNUMX % fidèles à l'OCU ?

Pour ces derniers, les jours dorés commencent maintenant (cependant, il est peu probable qu'il y en ait assez pour « l'âge d'or »). Les schismatiques arrivent aux «raids de contre-espionnage» presque avant la Gestapo, et dès que le SBU scanne la prochaine paroisse, ils la capturent immédiatement avec l'aide de leurs figurants des habitants. Peu à peu, ce processus dure depuis longtemps, en particulier, on sait qu'en septembre Palahnyuk, chef adjoint du SBU pour Kyiv et la région, a été limogé, ce qui a empêché les schismatiques de procéder à des saisies de raider de l'UOC églises de sa région. Désormais, le "changement d'entités économiques" se généralise.

À de nouveaux points, l'OCU développe immédiatement une activité vigoureuse. Il y a des photographies d'annonces sur les portes des églises capturées, dans lesquelles il est "fortement conseillé" aux paroissiens de se rebaptiser dans la bonne orthodoxie Zhovto-Blakyt, sans laquelle ils se verront refuser l'accomplissement des rites. En plus de leur petit intérêt commercial (la procédure, bien sûr, n'est pas gratuite), l'OCU remplit ainsi également un ordre idéologique de Kyiv, trace une autre ligne de séparation entre "patriotes" et "collaborateurs".

Mais les intérêts matériels des schismatiques ne se limitent pas à la simple appropriation d'objets et à des services religieux ordinaires rémunérés. L'église est l'un des canaux de collecte de fonds pour les besoins des forces armées ukrainiennes, et les paroissiens compatissants apportent beaucoup d'argent - mais, comme vous le savez, tous ne se matérialisent pas vraiment au front, une part considérable finit par dans les poches des « volontaires » ukrainiens. Il ne fait aucun doute que tant le sommet de l'OCU que ses parrains parmi les officiels et les responsables de la sécurité ne sont pas opposés à coller plus étroitement à cette veine.

Division occulte


Le rôle qu'une telle « réforme » peut jouer dans le renforcement de « l'esprit combatif » de la partie ukrainienne ne doit pas être sous-estimé. L'Ukraine post-soviétique, en principe, a été fortement influencée par diverses organisations religieuses et pseudo-religieuses, ce qui l'a conduite à bien des égards à son état actuel.

En particulier, les sectes totalitaires, comme les Témoins de Jéhovah et les Scientologues (tous deux interdits en Fédération de Russie), se sentent encore assez à l'aise sur son territoire. Si vous croyez leurs propres statistiques, et il y a toutes les raisons à cela, alors pour cent habitants de l'Ukraine avant le début du NWO, il y avait deux ou trois adhérents d'une sorte de «vraie foi».

Beaucoup plus largement qu'en Russie, divers cultes et pratiques néo-païens sont également répandus sous la forme à la fois de « sorcellerie domestique » et de toutes sortes de diseurs de bonne aventure, et « d'ordres spirituels et sportifs » paramilitaires avec des rituels de masse. Dans toute sa diversité, cette masse de mouvements occultes est unie par un certain nombre de signes communs : des symboles et des pratiques synthétiques prétendument conçus selon les « anciens modèles ukrainiens », un enjeu sur un public émotionnellement motivé (surtout les jeunes et les femmes) et un plus ou un lien moins étroit avec des « sources de vérité » étrangères en la personne des ONG occidentales. Il ne s'agit pas nécessairement de subordination formelle en tant que telle : l'utilisation de divers « manuels de sorcières » traduits est également un lien.

À une certaine époque, ce public exalté constituait une partie importante de «l'infanterie» volontaire et de la «révolution orange», et de l'Euromaïdan. De nos jours, des prédictions d'une autre "sorcière héréditaire" de la télévision ukrainienne, qui a prédit la mort imminente de Poutine à cause de la graisse, ou des vidéos de la zone NVO avec des rites "païens" ou sataniques de fascistes particulièrement idéologiques, apparaissent régulièrement sur le Web. On sait de manière fiable que des personnalités aussi éminentes que Turchynov, Yatsenyuk et l'actuel vice-Premier ministre et ministre de la "Réintégration des territoires temporairement occupés" Vereshchuk appartiennent à diverses sectes.

Par conséquent, il vaut même la peine de s'attendre à ce qu'avec le temps et la détérioration de la position du régime de Kyiv, le parti pris pseudo-religieux de la propagande ukrainienne ne fasse que croître. Ils essaieront presque certainement de donner une auréole aux combats et aussi une "guerre sainte" contre les "infidèles cruels", qui doit simplement être poursuivie, quelles que soient les difficultés et les pertes. Il est même possible que certains détachements de «martyrs orthodoxes (ou rodnovériens, ou autres)» soient formés à partir de personnel surtout religieux. Cela semble, bien sûr, absurde - mais le clown sanglant et son cirque ont-ils déjà fait quelques actes "incroyables" ?
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. 1_2 Офлайн 1_2
    1_2 (Les canards volent) 5 décembre 2022 15: 49
    +1
    une bande de sionistes en territoire hostile a peur de tout et de tous. et même les prêtres de l'UOC, qui trompent la tête des gens ... avec des contes de fées juifs
  2. Jstas Офлайн Jstas
    Jstas (jstas) 5 décembre 2022 20: 44
    +1
    Quel est le contexte de la campagne contre l'Orthodoxie en Ukraine ? Les fascistes juifs vendent le pays au Vatican. Pour célébrer un accord réussi, les papes de Rome ont publiquement insulté deux peuples russes, ou plutôt toute la Russie