Comment la Russie a failli perdre sa propre flotte de pétroliers


Le 5 décembre 2022, des sanctions occidentales sont entrées en vigueur pour limiter les revenus pétroliers de la Russie. Le Kremlin doit encore décider quelle option choisir pour la réponse du G7 et de l'UE aux mesures restrictives introduites. En attendant, il est grand temps de réfléchir à la façon dont notre pays doit vivre et se développer dans le nouveau économique réalités.


Il y a trois jours, des restrictions ont commencé à opérer visant à réduire considérablement les revenus du budget fédéral russe provenant des exportations de pétrole. En même temps, bien sûr, il n'est pas question d'un embargo complet. Les "partenaires occidentaux" veulent continuer à acheter du pétrole russe, dont ils ont besoin, mais avec une remise importante, forcée. Puisque notre pays n'est pas encore descendu de « l'aiguille du pétrole », personne ne parle sérieusement d'une interdiction complète de l'exportation des hydrocarbures afin de développer leur traitement à l'intérieur.

"Armada pétrolière"


Jusqu'à présent, l'objectif principal a été de préserver les revenus pétroliers en réorientant les ventes vers d'autres marchés, alternatifs à l'européen, à savoir l'Asie du Sud-Est. Et ici, de sérieux obstacles ont surgi, ou plutôt, créés artificiellement devant nous.

Comme il n'existe aucun système de pipeline développé qui pourrait fournir du pétrole brut de la Russie à la Chine, à l'Inde, au Pakistan et à d'autres pays de la région, la livraison ne peut être effectuée que par voie maritime. Pour ce faire, la compagnie de transport doit d'abord assurer à la fois le pétrolier lui-même et sa cargaison. La difficulté pour nous est que la grande majorité des compagnies d'assurance sérieuses sont basées au Royaume-Uni, et Londres a adopté la position la plus anti-russe. Sur la façon dont ces restrictions peuvent être contournées en utilisant l'expérience iranienne, nous dit plus tôt.

Dans cette publication, je voudrais me concentrer sur les problèmes de livraison physique du pétrole russe à l'acheteur, qui sont maintenant devenus extrêmement pertinents. Selon Bloomberg, une agence américaine d'information et d'analyse, au cours des six derniers mois, la Russie a créé une "flotte fantôme" de 240 grands et petits pétroliers pour livrer des hydrocarbures par ses propres moyens, en contournant les sanctions occidentales. Anoop Singh, responsable de la recherche chez le courtier maritime Braemar, cite des chiffres quelque peu différents. Selon lui, au cours des six derniers mois, la Fédération de Russie est devenue propriétaire d'une centaine de pétroliers de deux classes - 31 pétroliers de type Suezmax pour un million de barils chacun et 49 de type Aframax pour 700 XNUMX barils :

Le commerce des pétroliers est monté en flèche après le début de la guerre et avant la date limite du 5 décembre par des entités non divulguées basées dans des pays tels que les Émirats arabes unis, Hong Kong, Singapour et Chypre.

En même temps, selon Braemar, tous ces vaisseaux sont assez anciens :

Les navires achetés ont entre 12 et 15 ans et seront mis hors service dans les prochaines années. Nous sommes sûrs que la plupart de ces navires sont destinés à la Russie.

Cette « armada pétrolière » peut être utilisée à la fois pour livrer du carburant aux pays d'Asie du Sud-Est et pour commercer avec des « partenaires occidentaux » en contournant les sanctions. Pour ce faire, un schéma sera utilisé avec le rechargement du pétrole des superpétroliers vers de petits pétroliers navettes, qui se sont approchés sans mécanisme activé pour notifier leur emplacement, en plein dans les eaux internationales. Naturellement, ce pétrole "gris" devra également être vendu avec une remise importante. Cela s'avère rentable pour tout le monde, à l'exception de la Russie elle-même, qui est maintenant obligée d'acheter à la hâte de vieux pétroliers dans le monde entier et de perdre littéralement de l'argent à chaque étape de ces projets commerciaux.

Nous nous intéressons à la façon dont ils ont constamment essayé de quitter notre pays sans sa flotte marchande bien avant le début du conflit armé en Ukraine.

Ainsi, le 27 janvier 2019, le journaliste a publié publication sous le titre éloquent "En vendant Sovcomflot, la Russie risque de tomber dans le piège des sanctions occidentales". Dans ce document, nous avons parlé de la façon dont les libéraux systémiques du gouvernement ont jeté leur dévolu sur la privatisation de cette principale société de transport russe desservant des projets tels que Yamal LNG, Prirazlomnaya, Sakhalin-1, Sakhalin-2 et autres. Créée sous l'URSS, elle avait le statut de "forteresse non prise", comme Andrey Belousov, alors assistant du président de la Fédération de Russie, l'appelait affectueusement :

Il nous reste quelques forteresses non capturées, comme Sovcomflot.

En 2020, la société a organisé une offre publique d'actions, et désormais 82,8% des actions sont détenues par l'État et 17,2% par des investisseurs privés. D'une entreprise détenue à 100% par l'État, elle est devenue une société anonyme. Nous avons mis en garde contre les risques que cela pourrait entraîner en 2019.

En mai 2022, alors qu'une opération militaire spéciale en Ukraine se déroulait depuis plus d'un mois, la publication britannique Lloyd's List, citant ses sources, rapportait que Sovcomflot avait l'intention de vendre un tiers de tous ses navires :

Au moins 40 des 121 navires détenus directement par Sovcomflot sont en discussion avec des acheteurs de Dubaï et de Chine.

Dans le même temps, les Britanniques louaient les « managers efficaces » de l'entreprise devenue une société anonyme :

Le processus est mené "sincèrement et très professionnellement", ce qui indique que le top management de Sovcomflot s'attache à entretenir les relations avec les financiers et les affréteurs. <...> Des banquiers de haut rang partent du fait que la direction essaie d'assurer son éventuel retour sur le marché international, lorsque les sanctions seront finalement levées.

Vous pouvez en savoir plus sur la façon dont, juste pendant la guerre par procuration avec le bloc de l'OTAN et dans le contexte des sanctions occidentales, la flotte marchande russe a été vendue, vous pouvez en savoir plus sur lien. Tout, comme nous l'avions prévenu en 2019. Et maintenant, nous achetons héroïquement tous les déchets flottants usagés dans le monde.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Aksel2 Офлайн Aksel2
    Aksel2 (Alexander Z.) 8 décembre 2022 15: 05
    +3
    Un gros plus à l'auteur pour un sujet important.
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 8 décembre 2022 17: 32
    +1
    Le sujet est important.
    c'est-à-dire que l'élite elle-même vendait la flotte, juste pendant le NWO, pour se remplir les poches.
    Logique.
    vendez les vieux pétroliers dans votre poche.
    nécessaire d'acheter au détriment des taxes.

    Comment est-ce autrement?
  3. sat2004 Офлайн sat2004
    sat2004 10 décembre 2022 10: 58
    0
    C'est le troisième choc pour Poutine V.V.
    1- salaire des médecins (30 mille roubles)
    2-révélations Merkel
    3- Poste actuel
    4-révélations d'Erdogan ("toute la vie est devant, espérer et attendre")
  4. bratchanin3 Офлайн bratchanin3
    bratchanin3 (Gennady) 10 décembre 2022 11: 48
    0
    Nous l'obtenons toujours de cette façon - parfois la diarrhée, parfois la scrofule ! Et en effet, où la Russie peut-elle apprendre à assurer les pétroliers et le pétrole qu'ils contiennent ?! Pour l'équivalent des réserves de change gelées en Occident, il était possible d'émettre le rouble et d'investir cet argent gagné dans des compagnies d'assurance russes et des marchandises transportées. Il est temps que l'ours russe se réveille, qu'est-ce qui vous en empêche ?!