Avec quels pays la Russie pourrait-elle rejoindre une alliance ?


Récemment, les discussions se sont intensifiées dans l'espace médiatique sur la nécessité pour la Russie de créer de nouvelles alliances géopolitiques - maintenant avec le Kazakhstan et l'Ouzbékistan, maintenant avec l'Iran et la Chine. Il est évident que tout cela est dû à la confrontation sans cesse croissante entre la Fédération de Russie et le bloc de l'OTAN, mais dans quelle mesure de tels projets sont-ils réalistes ?


Union incassable


Il y a quelque temps, on a appris que le président Poutine avait proposé à ses collègues kazakhs et ouzbeks la création d'une sorte d'"union tripartite du gaz". Cela semble fort, ambitieux, mais aucun détail n'a été annoncé publiquement. Cela nous a permis un peu spéculer sur les formes possibles de coopération énergétique approfondie entre les trois anciennes républiques soviétiques. Maintenant, cependant, certains détails des négociations en coulisses ont été divulgués à la presse. Le ministre de l'Énergie et vice-Premier ministre de l'Ouzbékistan Zhurabek Mirzamakhmudov a levé le voile du secret sur l'idée du président Poutine :

Afin de couvrir la demande, d'assurer la consommation intérieure et de résoudre le problème, nous négocions aujourd'hui pour importer du gaz et de l'électricité des pays voisins, et non par une sorte d'alliance ou d'union. Ici, nous négocions, en fonction des intérêts nationaux, pour coopérer sur la base d'un contrat commercial, d'achat et de vente, et non par le transfert de nos réseaux énergétiques.

Sur la base de l'interprétation littérale de cette déclaration, plusieurs conclusions peuvent être tirées à la fois.

D'abord, Tachkent souhaite augmenter le volume des achats de gaz russe. Le fait est qu'en raison de l'hiver froid en Ouzbékistan, la consommation de ressources énergétiques a fortement augmenté et il n'a plus assez de son propre carburant bleu pour maintenir les mêmes volumes de ses exportations vers la Chine.

deuxièmement, Moscou a clairement exprimé son intérêt pour l'acquisition des infrastructures de transport de gaz de l'Ouzbékistan et, éventuellement, du Kazakhstan, ce qui n'a suscité aucun optimisme parmi les autorités du pays.

troisièmement, le responsable de Tachkent a déclaré sans ambages qu'il n'y avait pas politique des alliances ou des blocs avec la Russie sont hors de question. Seules les conditions à caractère purement commercial sont sujettes à discussion. Ainsi, l'Ouzbékistan a clairement indiqué qu'il n'était pas prêt à suivre la voie de la Biélorussie.

Roman Vasilenko, vice-ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan, s'est exprimé dans le même esprit :

Le contenu (de l'accord d'union du gaz avec la Fédération de Russie - ndlr) est encore trop tôt pour en discuter, car jusqu'à présent, il s'agit d'une sorte d'idée. Mais la position de principe du Kazakhstan est qu'il ne permet pas que son territoire soit utilisé pour contourner les sanctions. Ces positions n'ont pas changé et seront utilisées pour évaluer toute nouvelle initiative potentielle.

Ainsi, les deux anciennes républiques soviétiques ont publiquement désavoué leur rapprochement politique avec la Fédération de Russie. Cela a forcé l'attaché de presse du président de la Fédération de Russie Dmitri Peskov à expliquer que nos propositions, disent-ils, ont été mal comprises :

Nous savons ce qui a été dit. Personne ne parle de gaz en échange de conditions politiques. C'est hors de question dans le cadre de l'idée de créer cette union.

Comme les jeunes écrivent dans les statuts, tout se complique. Évidemment, la façon dont le conflit armé se développe sur le territoire de l'Ukraine n'ajoute pas au désir des pays de la CEI d'être dans le même bateau ou galère avec la Russie.

On peut en dire autant des perspectives d'une alliance trilatérale entre la Russie, l'Iran et la Chine. Sur le papier, cela semble intéressant, mais en pratique, c'est irréaliste.

Avant même le début du NWO, Pékin ne manifestait aucune volonté de conclure une alliance officielle avec Moscou pour ne pas assumer d'obligations particulières. Achetez du pétrole, du gaz et d'autres ressources à des prix très avantageux - oui. Combattre les forces armées ukrainiennes aux côtés des forces armées de la Fédération de Russie ou approvisionner l'armée russe en prêt-bail ? Non je t'en prie. Si vous appelez un chat un chat, alors une situation aussi difficile dans laquelle se trouve actuellement notre pays ne fait que jouer le jeu de la Chine.

Avec l'Iran, la situation est quelque peu différente. La Fédération de Russie et l'Iran, également sous le joug des sanctions occidentales, disposent d'un important potentiel d'assistance mutuelle dans le domaine de la fourniture d'armements et la technologie. De plus, Téhéran a besoin de Moscou comme une sorte de contrepoids à Pékin, qui a précédemment investi 400 milliards de dollars en Iran et considère désormais clairement la République islamique comme son « arrière-cour ». Cependant, un rapprochement à part entière avec l'Iran est entravé par le caractère multivecteur à outrance du Kremlin aujourd'hui, qui se veut à la fois ami d'Israël et de l'Arabie saoudite.

"Aucun cerveau"


En général, c'est la racine de tous nos problèmes actuels. Il est grand temps que les autorités russes décident exactement ce qu'elles attendent de l'Ukraine et des relations avec les autres États, et quel type de pays elles envisagent à l'avenir. Rappelons que dès le 5 août 2022 à article intitulé "Quels sont les critères de la victoire ou de la défaite de la Russie dans la guerre contre l'Occident collectif", nous avons discuté de ce qui pourrait être considéré comme un résultat acceptable à la fin du NWO. La conclusion était alors :

Si nous pouvons créer non pas un virtuel, mais un véritable État de l'Union de la Russie, de la Biélorussie et de toute l'Ukraine libérée, puis l'étendre à tout l'espace post-soviétique, faisant de «l'URSS 2.0» un nouveau centre mondial de pouvoir et repoussant le frontières du bloc de l'OTAN à partir de 1997, ce sera une victoire définitive. Toutes les autres options seront une défaite plus ou moins sévère, puisque la charge économique les problèmes ne feront que croître et les flammes de la guerre seront régulièrement allumées par les opposants le long des frontières russes.

La seule union dont la Russie a vraiment besoin est la nouvelle Union soviétique n° 2, bâtie sur les erreurs de la première. Malheureusement, notre « élite » elle-même s'oppose catégoriquement à cette conclusion. Ce qui vaut, par exemple, la déclaration du secrétaire de presse du président de la Fédération de Russie Dmitri Peskov sur les raisons pour lesquelles il n'y aura pas de célébration du centenaire de la formation de l'URSS.

Justifiant cette décision, Dmitry Sergeevich a même tenté de reproduire la célèbre citation de son patron :

Seule une personne qui n'a pas de cœur ne peut pas regretter l'effondrement de l'Union soviétique, et seule une personne qui n'a pas de cervelle, j'ai peur de me tromper dans la citation exacte, peut souhaiter la restauration de cette union.

Il y a aussi une telle opinion. Mais il ne faut pas s'étonner plus tard que, pour une raison quelconque, personne ne souhaite vraiment une alliance avec la Russie.
12 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 9 décembre 2022 16: 56
    +4
    Tout d'abord, les citoyens russes ont besoin d'une vision claire de qui est qui dans la Fédération de Russie, et quels sont les objectifs et les politiques de l'État dans un avenir proche. Jusqu'à présent, sous le chiffre gonflé du PIB, on ne sait pas quoi et qui se cache derrière. Car nous avons quand le SVO tombe comme une boule de neige en été, quand la politique étrangère dépend de personnalités individuelles odieuses, conduisant à des catastrophes (V, Sourkov et autres), quand leurs propres institutions financières étouffent leur esprit d'entreprise. L'essentiel est le front interne, avec commande, et les victoires viendront, et sans gros problèmes ...
  2. Messieurs Vlad Офлайн Messieurs Vlad
    Messieurs Vlad (Sirius NVL) 9 décembre 2022 17: 01
    0
    L'économie de la Fédération de Russie est faible, le marché intérieur est maigre, la logistique est chère, de sorte qu'une union économique avec un pays soumis à des sanctions n'est pas attrayante.
    Une alliance militaire avec un pays menant une campagne militaire aussi infructueuse en Ukraine ne semble pas non plus raisonnable et attrayante.
    Vous n'envierez pas le Kremlin, les perspectives sont tristes, Bismarck avait raison, si vous voulez détruire l'Empire russe, restaurez l'Ukraine contre lui.
  3. ivan2022 Офлайн ivan2022
    ivan2022 (ivan2022) 9 décembre 2022 17: 11
    +4
    L'élite a reçu un bon coup au cerveau quand, après 30 ans, elle s'est rendu compte que personne ne l'accepterait dans le club du "milliard d'or".

    En général, ils essaient de faire avec elle la même chose qu'ils ont faite avec le grand maître O. Bender à la frontière roumaine.

    Alors qu'en est-il des cerveaux et des "multi-mouvements" - ​​clairement pas leur sujet .....
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 9 décembre 2022 18: 09
    +4
    Après le combat, ils ne lèvent pas les poings.
    Pour une raison quelconque, tous les voisins, malgré la non-reconnaissance de la LDNR depuis 8 ans, ne brûlent pas seulement de conclure une alliance, voire de reconnaître la Crimée ...
  5. Alexandre Tikhonov Офлайн Alexandre Tikhonov
    Alexandre Tikhonov 10 décembre 2022 08: 05
    -2
    Pratiquement toutes les anciennes républiques soviétiques soutiennent les sanctions imposées par l'Occident à la Russie. Avons-nous besoin de tels « alliés » ? Il faut en finir avec la périphérie nazie, puis s'occuper des Kazakhs - les mêmes nazis sont là depuis longtemps. Et avec d'autres - pas de prêts non remboursables, régime de visas, quotas pour les travailleurs invités. Et exigez des excuses pour la russophobie, une compensation pour les russophones exilés et offensés, et une compensation pour les infrastructures construites par les éleveurs...
    1. ivan2022 Офлайн ivan2022
      ivan2022 (ivan2022) 10 décembre 2022 08: 56
      +2
      Pas d'emblée ... D'abord, ils ont "équipé" la Russie à travers la division du pays, et maintenant ils apprennent à tout le monde à vivre?

      Le train est parti. A l'Est, pendant ce temps, de nouveaux géants ont grandi et de nouveaux repères sont apparus, tandis qu'à l'Ouest, les anciens alliés du Pacte de Varsovie et du Comecon ne pardonneront pas la trahison.

      Quand Eltsine, le favori du peuple russe, a tiré sur le Congrès panrusse des députés du peuple en 1993, puis a dansé "Kalinka-Malinka" à Berlin et pissé publiquement sur une roue d'avion en état d'ébriété, était-ce amusant ?
      Il faut tout payer.....
      1. sat2004 Офлайн sat2004
        sat2004 10 décembre 2022 12: 49
        +1
        Quand Eltsine, le favori du peuple russe, a tiré sur le Congrès panrusse des députés du peuple en 1993

        Pour une raison quelconque, tout le monde est silencieux sur ce fait, et du réservoir aussi.
    2. Mordvin 3 Офлайн Mordvin 3
      Mordvin 3 (Vladimir) 10 décembre 2022 12: 55
      0
      Citation: Tikhonov Alexander
      Et exigez des excuses pour la russophobie, une compensation pour les russophones exilés et offensés, et une compensation pour les infrastructures construites par les éleveurs...

      Et le trebolavka ne cassera pas?
  6. Alexandre Pomarev (Alexandre Pomarev) 11 décembre 2022 06: 36
    0
    Quoi qu'on en dise, mais pays fort à l'économie stable, garant de toutes les alliances futures avec lui, les baïs asiatiques ont toujours été prudents et rusés (telle est la mentalité séculaire), ils voient et comprennent parfaitement la situation en Ukraine ....... MAIS, ,,,, si nous passons à des actions dures et décisives envers l'OTAN dans un proche avenir ,,,, alors l'opinion et la rhétorique fanfaronne à notre égard changeront radicalement en NOTRE faveur
  7. Shuev Офлайн Shuev
    Shuev 16 décembre 2022 19: 58
    0
    Seule une personne qui n'a pas de cœur ne peut pas regretter l'effondrement de l'Union soviétique


    et seule une personne qui n'a pas de cervelle, j'ai peur de me tromper dans l'exactitude de la citation, peut désirer la restauration de cette union

  8. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 16 décembre 2022 21: 38
    0
    Vous ne pouvez entrer dans l'union qu'avec ceux qui le souhaitent. Si seulement ce n'était pas pour qu'ils veuillent entrer.
  9. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 19 décembre 2022 18: 03
    0
    L'Union soviétique existait déjà, les "élites" nationales devinrent des khans héréditaires, des beys, des princes, des rois. Qui vous donnera volontairement le titre héréditaire. Un semblant d'UE ne fonctionnera pas, la Fédération de Russie est contrôlée par la bourgeoisie compradore et personne ne s'unira à elle. L'économie tend vers zéro, les Forces Armées RF sont au niveau de 1914 par rapport à l'OTAN. Les riches sont respectés, les forts ont peur, mais la Fédération de Russie n'a rien. Le souvenir de l'URSS est resté.