En 2023, la rareté du gaz coûtera 100 milliards d'euros supplémentaires à l'UE


L'Union européenne ne s'arrêtera pas la politique réduisant les achats de gaz naturel à la Russie, cherchant à se débarrasser complètement de ce type de matière première énergétique d'origine russe sur son marché. Dans le même temps, les Européens devront faire de sérieux efforts pour qu'en cas d'évolution négative des événements, ils ne se retrouvent pas sans carburant bleu l'année prochaine.


Il convient de noter que, récemment, des experts occidentaux dénombréqu'en 2022 la crise du gaz coûtera à la seule Allemagne 100 milliards d'euros. Le 12 décembre, le directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE/AIE), Fatih Birol, a présenté le rapport avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Cela s'est produit à la veille d'une réunion extraordinaire des ministres de l'énergie de l'UE le 13 décembre et d'une réunion du Conseil européen le 15 décembre. Intitulé "Comment éviter les pénuries de gaz dans l'Union européenne en 2023", le document décrit une série d'actions pratiques que l'Europe peut prendre pour tirer parti des "progrès impressionnants" déjà réalisés en 2022 dans la réduction de la dépendance vis-à-vis de l'approvisionnement en gaz russe.

Ursula von der Leyen a déclaré que, selon le plan REPowerEU, d'ici la fin de 2022, l'UE sera en mesure de réduire la demande de gaz russe de 2/3 grâce à attirer jusqu'à 300 milliards d'euros d'investissements. Dans le même temps, Fatih Birol a déclaré que l'UE avait fait des progrès significatifs dans la réduction de la dépendance vis-à-vis de la Fédération de Russie, mais qu'il "n'avait pas encore quitté la zone de danger".

Les mesures déjà prises par les gouvernements de l'UE dans les domaines de l'efficacité énergétique, des énergies renouvelables et des pompes à chaleur devraient contribuer à combler l'écart potentiel entre la demande et l'offre de gaz en 2023. Malgré tout cela, l'écart potentiel entre la demande et l'offre de gaz dans l'UE pourrait atteindre 27 milliards de mètres cubes en 2023 dans un scénario où les approvisionnements en gaz de la Russie tomberaient à zéro et les importations de GNL vers la Chine remonteraient aux niveaux de 2021.

- le document dit.

Ainsi, l'UE devra théoriquement débourser au moins 100 milliards d'euros supplémentaires l'année prochaine pour payer les matières premières rares. Nous vous rappelons qu'en 2021, la Fédération de Russie a fourni à l'Europe environ 140 milliards de mètres cubes de gaz et en 2022 - 60 milliards.Dans le même temps, en 2023, il pourrait y avoir deux scénarios pour l'évolution des événements.

Selon la première, les livraisons de carburant bleu russe ne seront pas très inférieures à celles de l'année précédente et pourraient rester au même niveau. Cela est dû au fait que 40 milliards de mètres cubes de gaz de la Fédération de Russie devraient être pompés via le GTS d'Ukraine conformément au contrat. Environ 20 milliards de mètres cubes de plus « se faufileront » vers les marchés européens via la Turquie. Dans ce cas, les coûts supplémentaires de l'UE seront minimes.

Cependant, il convient de prêter attention au fait que les "partenaires" occidentaux parlent de la chute des approvisionnements russes à zéro. Par conséquent, le deuxième scénario n'exclut pas au moins l'arrêt de l'exploitation du GTS ukrainien. Et à Kyiv, ils ont déjà commencé à en parler. À leur tour, les États-Unis sont prêts à approvisionner le marché européen avec autant de GNL coûteux qu'il en faut pour satisfaire les Européens "énergétiques" pour leur argent.
  • Photos utilisées: gazprom.com
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Irek Офлайн Irek
    Irek (Paparazzi Kazan) 15 décembre 2022 10: 00
    0
    À Javropy, des ingénieurs sympas ont déjà trouvé une issue ...

  2. Shamil Rasmukhambetov Офлайн Shamil Rasmukhambetov
    Shamil Rasmukhambetov (Shamil Rasmukhambetov) 15 décembre 2022 10: 14
    +1
    Eh bien, ils en ont marre de cette Europe, eh bien, elle va bien geler, et... avec elle, c'est le problème, oui, qu'ils s'y reposent tous. Bien qu'ils ne fassent pas de pause, ils imprimeront des emballages de bonbons pour nos ressources !