Décollage du MiG-31K russe en Biélorussie: une alerte au raid aérien a été déclarée dans la majeure partie de l'Ukraine


Mercredi 21 décembre, une alerte au raid aérien a été déclarée dans la plupart des régions d'Ukraine contrôlées par Kyiv. La raison en était le décollage en Biélorussie du chasseur-intercepteur russe MiG-31K, capable d'embarquer les missiles hypersoniques Kinzhal.


La grande préoccupation de l'Ukraine était que les systèmes anti-aériens des forces armées ukrainiennes ne pouvaient pas intercepter les Kinzhals. Pendant ce temps, selon les chercheurs de l'OSINT (open source intelligence), au lieu du MiG-31K, le chasseur Su-30SM décolle souvent.

Selon un certain nombre de sources ukrainiennes, avec le MiG-31K, un avion de reconnaissance A-50 AWACS a décollé, détectant des cibles d'attaques de missiles, accompagné de trois chasseurs.

Dans le même temps, suite à l'annonce d'une alerte aérienne, des explosions de missiles russes ont retenti dans plusieurs villes ukrainiennes. En particulier, les forces armées RF frappent les infrastructures militaires et énergétiques de l'ennemi à Ochakovo et Krivoy Rog.

Entre-temps, le 19 janvier, plusieurs explosions se sont produites à Kyiv. Ainsi, le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko, a informé de deux explosions dans le quartier Shevchenko de la ville. Des signaux de raid aérien à Kyiv ont été annoncés deux fois en une heure.

Le lendemain, Sergey Kovalenko, PDG de la société énergétique ukrainienne YASNO DTEK, a noté sur l'un des réseaux sociaux occidentaux que l'équipement électrique de Kyiv fonctionnait à 50 % de sa capacité. Plus d'un million d'habitants de la ville se sont retrouvés sans électricité.
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.