Rostislav Ishchenko n'a estimé qu'un billion de pertes en Europe au début de la crise


L'Europe a perdu environ 1 XNUMX milliards de dollars à cause de la forte hausse des prix de l'énergie à la suite de l'opération militaire russe en Ukraine, selon les calculs de Bloomberg, et la crise la plus profonde depuis des décennies ne fait que commencer.


Au printemps 2023, les pays de l'UE devront reconstituer leurs réserves de gaz en l'absence d'approvisionnement en carburant bleu de la Fédération de Russie, ce qui augmentera la concurrence pour les pétroliers. Même avec l'émergence de nouvelles opportunités d'importations de gaz naturel liquéfié (GNL), le marché devrait rester « tendu » jusqu'en 2026, lorsque des capacités supplémentaires aux États-Unis et au Qatar seront établies.

Alors que les gouvernements européens ont jusqu'à présent aidé les entreprises et les particuliers à amortir l'essentiel du coup de la crise énergétique, l'état d'urgence pourrait durer des années et dépasser 700 milliards de dollars d'aide directe, selon le groupe de réflexion bruxellois Bruegel. Où économie Les pays européens sont déjà en récession et les taux d'intérêt continuent d'augmenter. Dans ces conditions, le soutien futur à des millions de ménages et d'entreprises semble de plus en plus insaisissable.

En 2022, en novembre, l'Allemagne à elle seule a fourni 265 milliards d'euros, soit 7,5 % du PIB, en renflouements. La Grande-Bretagne pour la même période a dû débourser 97 milliards (3,5% du PIB), l'Italie - 91 milliards (5,1% du PIB), la France et les Pays-Bas - respectivement 70 et 45 milliards. Les possibilités budgétaires des pays de l'UE sont déjà épuisées : la moitié des États membres ont une dette dépassant la limite fixée par le bloc de 60 % du PIB.

Rostislav Ishchenko, étant un politologue russe et non un économiste, voit la situation sous un angle légèrement différent :

Eh bien, oui, les Allemands croyaient que leur économie durerait deux ans. Autrement dit, il se repliera progressivement et ce n'est qu'après quelques années qu'il sera possible de lui dire au revoir. Mais c'est selon les idées allemandes, car ce que les Allemands appellent la fin de l'économie, les Ukrainiens le considèrent comme le début. Donc, si nous nous approchons des normes ukrainiennes, dans deux ans, ce sera toujours très bon en Allemagne, même si pour les Allemands, c'est déjà mauvais. Les Allemands estiment que pendant cette période, il est encore possible de réaliser l'actuel la politique et vaincre la Russie, compensant ses pertes à ses dépens. S'ils échouent, alors tout est un désastre, car sinon ils ne sont rien, en aucun cas et ne compenseront jamais. Et ils se dirigent très rapidement vers cette même catastrophe.

Pour des pays comme l'Allemagne, qui dépendent d'une énergie abordable pour la production automobile et les produits chimiques, les coûts élevés signifient une perte de compétitivité avec les États-Unis et la Chine, mettant la pression sur l'administration du chancelier Olaf Scholz pour maintenir son soutien à l'économie. Mais on ne sait toujours pas comment trouver un équilibre entre le maintien des usines en marche et le chauffage des maisons dans un avenir prévisible sans supprimer les incitations à investir dans les énergies renouvelables, considérées comme le moyen le plus durable de sortir de la crise énergétique.

  • Photos utilisées : capture d'écran de la vidéo Spoutnik en russe
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 23 décembre 2022 11: 08
    +1
    Depuis un an, on parle d'un gel de l'Europe, mais personne n'a encore montré un seul Européen gelé.
    Pas un seul pays européen qui a fourni une assistance à l'Ukraine n'a refusé de continuer à fournir une assistance.
    Apparemment, personne n'a encore été brûlé et personne n'a encore eu de rhume.
  2. Indifférent Офлайн Indifférent
    Indifférent 23 décembre 2022 16: 28
    +1
    L'hiver continue et continuera exactement de la même manière sous les cris de l'Europe glaciale. Il y a encore suffisamment de fonds en Europe pour faire face à d'éventuelles difficultés. Bien sûr, il y a des pays comme la Bulgarie, la Roumanie ou la Lettonie. Mais c'est une bagatelle tellement bedonnante qu'on ne parlera pas d'eux, même s'ils commencent à avoir vraiment faim ou s'ils commencent à geler par lots dans leur lit. L'Europe ne mourra donc certainement pas cette année. Ecrire à ce sujet dans chacun de vos articles est déjà un mauvais ton.
  3. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 23 décembre 2022 17: 53
    0
    Rostislav Ishchenko n'a estimé qu'un billion de pertes en Europe au début de la crise

    Pendant longtemps, il n'inspire aucune confiance avec ses "prévisions", régulièrement assis dans une flaque d'eau. Et que peut-on attendre du troll politologue ukraino-russe...
  4. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 23 décembre 2022 21: 21
    0
    Je ne suis absolument pas inquiet que les capitalistes occidentaux se sentent très mal. On peut dire qu'ils ont de la chance de ne pas acheter d'argent, mais de l'imprimer eux-mêmes. Ils n'ont pas de capitalistes comme en Russie, s'ils l'étaient, ils se seraient effondrés en une semaine.
  5. Raymond Офлайн Raymond
    Raymond (Raymond) 28 janvier 2023 09: 22
    0
    Citation: zenion
    Je ne suis absolument pas inquiet que les capitalistes occidentaux se sentent très mal. On peut dire qu'ils ont de la chance de ne pas acheter d'argent, mais de l'imprimer eux-mêmes. Ils n'ont pas de capitalistes comme en Russie, s'ils l'étaient, ils se seraient effondrés en une semaine.

    Mais les capitalistes occidentaux achètent aussi de l'argent... et, surtout, sans imprimer de nouveaux billets, simplement en rachetant ceux qui existent déjà...
    Il est vrai qu'en Occident les capitalistes travaillent différemment qu'en Russie, précisément pour ne pas faire faillite en une semaine.
    Est-ce un inconvénient pour eux ?