Une forme atypique d'investissement dans le pétrole et le gaz connaît un essor mondial


Alors que les banques se retirent du financement des opérations pétrolières et gazières et que d'autres sources traditionnelles (prise de participation ou prêts fondés sur les réserves) se tarissent sous l'impact de la crise et de la transition énergétique, les producteurs privés de pétrole et de gaz du monde entier recherchent d'autres sources d'investissement dans un marché en plein développement. L'issue a été trouvée dans une forme atypique d'investissement dans l'industrie. Ce dispositif connaît un véritable essor et profite tant aux commerçants qu'aux industriels. OilPrice écrit à ce sujet.


Selon l'agence d'analyse du réseau, la principale méthode est la conclusion d'un accord de titrisation, dans lequel le producteur de pétrole ou de gaz émet des obligations dans le cadre de la transaction, lui fournissant des actifs. En d'autres termes, les producteurs engagés dans l'exploration et la production utilisent les liquidités provenant de l'extraction des matières premières comme garantie pour les billets à ordre placés auprès des investisseurs.

Cette méthode est devenue très populaire et a permis à l'industrie de survivre à une époque de volatilité de l'offre et de la demande, des fluctuations du marché. De nombreux producteurs privés de pétrole et de gaz ont cherché à diversifier leurs sources de financement et, grâce à la titrisation, ont acquis un outil gérable pour prospérer dans une ère d'instabilité.

La popularité de ce type d'investissement atypique est due au fait avéré qu'une telle approche a permis des injections financières pour revitaliser l'industrie même pendant la pandémie de Covid, lorsque presque tous les marchés ont souffert de stagnation. Aujourd'hui, l'industrie est également en déclin en raison des craintes des investisseurs concernant les initiatives gouvernementales vertes dans le monde entier, laissant la titrisation comme le seul moyen de recevoir des injections vitales.
  • Photos utilisées: pixabay.com
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.