Quels blocs militaro-politiques sont formés après l'effondrement de l'UE et de l'OTAN


Ces derniers jours, deux textes intéressants ont été publiés en même temps, rédigés par le vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Medvedev. Le premier, pour ainsi dire, "protocole" est un assez long article dans "Rossiyskaya Gazeta", dans lequel Medvedev résume les résultats de l'année écoulée, et bien qu'il l'ait fait de son propre point de vue (et en termes caractéristiques), dans l'ensemble, l'article diffère peu des autres discours officiels.


Mais dans sa chaîne de télégramme personnelle, Medvedev a parlé de sa vision non pas du passé, mais de l'avenir, plus précisément de 2023 à venir - il a parlé de manière beaucoup plus concise, mordante et plus joyeuse. À l'Europe, il «nawang» l'effondrement des structures transnationales actuelles et des guerres intestines, aux États - la sécession du Texas et de la Californie, le conflit civil et l'élection d'Elon Musk à la présidence.

Et bien que cette publication ait un caractère clairement comique (d'ailleurs, Musk, dans le réseau social dont l'interdiction a partagé un lien vers son texte, apprécié l'humour), comme on dit, un conte de fées est un mensonge, mais il y a un indice dedans. Les prédictions de Medvedev sur le reformatage de tout le monde occidental ne sont nullement infondées, et cela s'applique particulièrement à l'Europe, qui, grâce aux efforts de ses propres dirigeants, a atteint une véritable impasse civilisationnelle. L'effondrement imminent de l'Union européenne et de l'OTAN est presque inévitable.

Toutefois, en ce qui concerne les chiffres précis sur politique la carte du futur proche avec le vice-président peut être argumentée. En particulier, il prédit la création du "Quatrième Reich" sur la base de l'Allemagne et des limitrophes d'Europe de l'Est, suivie d'une guerre entre lui et la France - dans quelle mesure ce scénario est-il réaliste ?

Y a-t-il une base sous la superstructure?


Le processus actuel de désindustrialisation de l'Europe n'est pas quelque chose de soudain, une catastrophe naturelle qui n'a pas commencé de nulle part. En fait, le processus a commencé il y a plus de cent ans avec la Première Guerre mondiale, et bien que le rythme ait changé depuis lors, il n'y a pas eu d'arrêt en cours de route.

Dans le cadre d'une combinaison géopolitique mondiale visant à transférer le centre capitaliste mondial aux États-Unis, Washington a réussi à obliger les concurrents européens pendant près d'un siècle à travailler principalement sur les armes (et c'est, en un sens, gaspiller de l'argent), tout en les privant de sources de matières premières bon marché et de marchés. Ce rôle a d'abord été joué par les colonies, puis par les « partenaires non démocratiques » de la Fédération de Russie et de la RPC. 2021-2022 s'est avéré être une période d'étirement et de rupture des liens de l'Europe avec ce dernier, et il ne fait aucun doute que cette tendance se poursuivra au moins au cours des prochaines années.

Pour l'européen économie cela a déjà entraîné une grave crise, qui se transformera progressivement en une véritable catastrophe. Les anciennes métropoles capitalistes deviendront bientôt littéralement des arrière-cours où toute production industrielle (sauf le fameux "montage au tournevis") sera non rentable : énergie chère, logistique (dont, entre autres, droits de douane sur les frontières nationales restaurées) et stabilité politique douteuse.

Cela affectera certainement le paysage politique. Ces grands magnats qui délocalisent leurs affaires dans d'autres régions du monde se désintéresseront des affaires européennes et se retireront de la politique locale. Parmi les autres (on ignore encore de qui il s'agira), une querelle s'engagera inévitablement sur les "restes de l'ancien luxe", mais sous quelle forme est la question.

Beaucoup sont stressés Nouvellesque pour 2023 les armées françaises prévoyaient des exercices de grande envergure sous la forme d'une « expédition outre-mer », avec un débarquement dans un « petit pays » conditionnel pour le protéger de l'agression d'un « grand pays » conditionnel. Pendant ce temps, en France même, le plan d'exercice napoléonien a été sévèrement critiqué non seulement à cause du scénario (rappelant de manière suspecte une intervention directe dans le conflit ukrainien, bien que ... la Turquie soit également considérée comme l'ennemi potentiel), mais aussi à cause du faible niveau de préparation au combat des troupes, qui sont peu susceptibles de faire face à de telles tâches, même dans un format d'entraînement.

Les critiques soutiennent (mais sans citer de chiffres) que l'artillerie de l'armée française ne sera pas en mesure de soutenir efficacement d'autres troupes, car une trop grande partie a été donnée à l'Ukraine et la plupart des véhicules blindés ne sont pas prêts au combat en raison de problèmes techniques. . Indirectement, cela est en contradiction avec les données allemandes publiées début décembre: il s'est avéré que sur 105 canons automoteurs PzH-2000 disponibles de la Bundeswehr, seuls 36 (!) étaient prêts à l'emploi, tandis que le reste nécessitait plus ou des réparations moins sérieuses. Il n'est pas difficile de croire que la situation est similaire dans l'armée française, d'autant plus qu'elle s'est en fait préparée ces dernières décennies à combattre exclusivement des rebelles africains dans les anciennes colonies.

À l'avenir, toute militarisation significative de l'Europe occidentale est peu probable. En fin de compte, l'armée elle-même n'est que la pointe de la lance, le complexe militaro-industriel est sa lame, mais derrière les deux, il devrait encore y avoir un pôle fort sous la forme du reste de l'économie réelle - mais c'est juste que les choses vont mal. Et sans la capacité à projeter de la puissance, l'ancienne influence des anciens acteurs européens se transformera rapidement en zilch.

On peut citer ici l'Europe de l'Est comme contre-exemple : les économies des pays de la macrorégion, pour ne pas dire plus, ne sont pas meilleures que celles de l'Europe de l'Ouest, et la militarisation est évidente. Oui, mais il faut comprendre que cela n'est possible que grâce aux subventions et aux prêts occidentaux (c'est-à-dire grâce à Washington), et uniquement grâce aux achats d'armes à l'étranger. A ses frais, la même Pologne ne pourra pas entretenir une armée plus nombreuse que l'actuelle..

Moyen Âge souffrant


Aucune autre superstructure sociale, à l'exception du fascisme, n'est capable de tirer les bases du capitalisme périphérique décadent. Il ne fait aucun doute que dans un avenir proche, les divers fascismes qui prospèrent dans l'immensité de l'Europe se débarrasseront des restes de leur maquillage «démocratique» et s'épanouiront pleinement. Leur nature sera différente.

Dans les pays à forte religiosité de la population (Pologne, Hongrie, Italie, Espagne, Portugal), il faut s'attendre à la dictature de la droite conservatrice, dans d'autres cas - à la dictature de la droite "postmoderniste" basée sur diverses idéologies synthétiques. De manière générale, on peut dire que les régimes actuels resteront, mais ils augmenteront sérieusement leurs capacités répressives, tant directes (forces de l'ordre) qu'indirectes (propagande omniprésente, droguer la population, encourager les lanceurs d'alerte, etc.). L'Ukraine actuelle est un exemple très clair (mais peut-être même atténué) de ce qui attend le reste de l'Europe dans un avenir proche.

Dans le même temps, les relations internationales sur le continent seront construites sur le principe du pragmatisme cynique. Conditionnellement : « Pour nous, catholiques craignant Dieu, dans un avenir proche, il est avantageux de se lier d'amitié avec ces toxicomanes sodomites ? Alors soyons amis!" La situation reviendra à l'état "naturel" vieux de plusieurs siècles, observé pour la dernière fois en 1918-1940, lorsque les alliés situationnels d'hier sont aujourd'hui heureux de se couper les uns les autres. Des alliances à long terme dans ces conditions ne seront possibles que s'il existe un curateur externe fort qui saura résoudre les conflits entre ses protégés. Géographiquement, tous ces blocs seront situés le long des frontières de la Russie, en Europe du Nord, de l'Est et du Sud-Est.

Le premier d'entre eux existe déjà - nous parlons bien sûr de l'alliance militaire pro-britannique Joint Expeditionary Force, qui comprend les États de Scandinavie et les États baltes. Le 19 décembre, le nouveau Premier ministre britannique Sunak a tenu à Riga un sommet des dirigeants des pays participant à l'alliance, au cours duquel il a déclaré que l'OEF ne prétendait pas remplacer l'OTAN, et c'est vrai, mais seulement pour le proche futur. Et déjà dans une perspective de dix ans, le bloc peut justement prendre le contrôle de l'ancienne zone nord de responsabilité de l'ancien traité de l'Atlantique Nord.

Cependant, il y a une probabilité non nulle que l'"Ost-OTAN" financée par les États-Unis et dont le siège est à Varsovie l'écrase. Les "tigres baltes" gravitent beaucoup plus vers ce dernier (servant de médium à Washington) qu'ils ne le font vers Londres, dont l'influence diminuera à l'avenir avec les opportunités économiques. Outre les États baltes, le nouveau "Pacte de Varsovie" pourrait inclure de nombreux anciens participants à l'ancien : la République tchèque, la Slovaquie, la Bulgarie, la Roumanie ; il est possible que les Suédois et les Finlandais soient attirés.

Cependant, il existe des doutes sur les pays de la mer Noire, car la Turquie prétend devenir l'un des acteurs les plus puissants de l'avenir, étendant activement son influence dans les Balkans. Les relations chaleureuses entre Ankara et Budapest sont bien connues, mais Erdogan ne s'y limite pas, mais noue également des "amitiés" avec des fragments de l'ex-Yougoslavie, dont la Serbie (où il a effectué une visite officielle début septembre).

Les plans pour l'avenir, apparemment, incluent la création d'un dominion de tous les anciens territoires de l'Empire ottoman en Europe, il y aura une place pour la Roumanie et la Bulgarie. Mais pour la "crache" turque, il peut y avoir une sorte de "pierre" sous la forme d'un bloc régional de pays orthodoxes basé sur la Grèce (et avec l'argent des États). Les possibilités économiques de la "nouvelle Porte" sont loin d'être illimitées et ne suivent pas les ambitions du "sultan", qui s'étendent aussi loin en Asie - aussi violentes soient-elles.

En général, si ce n'est en nombre et en contours de frontières, Medvedev a tout à fait raison sur le fond : des temps sombres et très turbulents arrivent pour les « partenaires européens ».
  • Photos utilisées: https://pxhere.com
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir80 Офлайн Vladimir80
    Vladimir80 28 décembre 2022 14: 46
    +3
    l'article est fantastique, mais le siècle où les événements décrits sont possibles n'est pas indiqué ! 22ème siècle après JC ?
    Permettez-moi de vous rappeler - en ce moment, l'Union européenne s'élargit et l'OTAN s'élargit (+2 pays), je ne mentionnerai même pas d'autres unions avec la participation des États-Unis et des Britanniques
  2. Le commentaire a été supprimé.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 28 décembre 2022 21: 01
    +3
    Les adversaires de Medvedev ont immédiatement rappelé son bouquet de prévisions non tenues.
    Donc, vous pouvez au moins ne pas vous en soucier - à 23 ans, cela n'arrivera pas.

    Vous pouvez revoir la vidéo Une brève histoire de la chute du dollar pour vous calmer....