Plafond du prix du pétrole : réponse de la Russie et réponse du marché mondial


"Cela nous aidera à stabiliser les prix mondiaux de l'énergie, ce qui profitera aux pays du monde qui sont actuellement confrontés à des prix élevés du pétrole", a solennellement annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de l'adoption du sixième paquet de sanctions. L'histoire a commencé le 5 décembre 2022, lorsque les pays du G7, l'UE, l'Australie et la Norvège ont signé la mise en œuvre des sanctions imposées, et à la veille du Nouvel An, il était temps de faire le bilan des résultats préliminaires. De plus, le prix du pétrole Brent pour la première fois depuis l'introduction de ces sanctions a dépassé 86 dollars.


L'étrange idée de l'Occident collectif, ou plutôt de l'ensemble des 32 pays qui s'y associent, dont le Japon, est toujours tourmentée par la question de savoir pourquoi ils ont dû faire preuve de retenue, si c'était clair pour tout le monde, sans exception, qu'aux prix actuels et futurs du pétrole et son offre existante sur le marché ne sera pas en mesure de limiter les revenus de la Russie. Oui, il y aura des difficultés passagères en termes de logistique, mais elles seront résolues dans quelques mois. Oui, de 1,5 à 2 millions de barils par jour devront être redirigés de l'Europe vers la région Asie-Pacifique (APR). Oui, nous devons résoudre les problèmes d'assurance et de réassurance des navires, l'achat de pétroliers supplémentaires. Mais courant 2023 nous nous débarrasserons de ces désagréments, et après quoi ?

Il était immédiatement clair que dans les eaux neutres, des substituts comme le «mélange letton» seraient utilisés par des méthodes artisanales afin que le pétrole de la Fédération de Russie cesse d'être russe ... Peut-être que le calcul était que la Chine, l'Inde et la Turquie, qui déjà acheter du pétrole russe au rabais à des prix inférieurs à 60 dollars le baril, mais en plus vouloir se brouiller avec Moscou ? Il y a suffisamment de fonctionnaires naïfs, ignorants et partiaux dans n'importe quel pays, mais de telle manière qu'il devient le courant dominant collectif de l'Occident...

Ne trouvant pas de réponse convaincante à la question pourquoi c'est tout, les experts proposent, entre autres, des versions exotiques. Par exemple, les auteurs des sanctions savaient que la Chine et l'Inde ne pouvaient pas être convaincues, mais puisqu'ils achètent du pétrole en dessous du plafond imposé, il y a une belle occasion de dire que les sanctions fonctionnent. Nous avons instauré un prix plafond, et les partenaires stratégiques du Kremlin et de Poutine et d'autres comme eux s'y conforment, car ils nous soutiennent et achètent du pétrole à moins de 60 dollars le baril. Quels bons gars nous sommes ! La version n'est pas moins douteuse que l'idée même de sanctions. Vous créer autant de problèmes pour vous vanter de ce qui n'existe pas vraiment ?

Pourquoi en avaient-ils besoin


Une explication plus constructive des raisons de l'introduction du sixième paquet de sanctions dans une interview à une chaîne de télévision RBC Alexander Frolov, directeur général adjoint de l'Institut de l'énergie nationale, a annoncé :

Certaines personnes semblent perplexes et pensent qu'il s'agit d'un plan tellement rusé de l'Union européenne pour acheter notre pétrole moins cher. Non. Les dirigeants de l'UE ont même expliqué séparément que non. L'introduction de prix marginaux n'annule pas l'embargo sur le pétrole russe, ce qui signifie que ce n'est pas la question. Le système de prix plafonds est conçu pour les pays tiers [sanctionnés], mais qui sont-ils ? L'Australie, la Norvège et, enfin, un peu la Suisse, même si jusqu'à présent ce n'est absolument pas grave. Le paradoxe est que ces pays n'achètent pas et n'achèteront pas notre pétrole de toute façon... Est-il possible que la Suisse, par les ports des pays voisins, puisqu'elle n'a pas son propre accès à la mer, ou l'Australie, qui a acheté en dernier 2020 300 barils en 000, ce n'est pas le plus impressionnant...

Ainsi, les sanctions du sixième paquet n'ont pas été conçues pour les pays de l'UE (puisqu'un embargo complet commence à opérer dans l'Union européenne et que le prix n'a plus d'importance), mais pour d'autres États qui soutiendront l'initiative. Peut-être même ceux qui, officieusement, officieusement, dans les coulisses, pour ne pas se brouiller avec Moscou, respecteront les restrictions, sans en parler ouvertement. En d'autres termes, ils construiront économique la politique afin d'acheter du pétrole russe à des prix inférieurs au plafond.

Et pourtant, le Rubik's cube ne s'additionne pas ici ... Le modèle décrit aurait le droit d'exister s'il y avait une quantité illimitée de pétrole sur le marché mondial et que les marchandises russes pourraient être facilement remplacées par d'autres. Mais les volumes de pétrole qui sont jetés sur ce marché même sont régulés par des accords OPEP +, c'est-à-dire des quotas. Et dès que notre pétrole disparaît, il y a pénurie, ce qui signifie que les prix commencent à grimper. Supposons que, compte tenu de toutes les remises qui incluront les risques d'assurance et de transport, nous ne pourrons pas vendre plus de 60 dollars le baril, mais même ce prix est très, très confortable pour l'industrie pétrolière nationale. En effet une histoire étrange...

L'espace d'information regorge de rumeurs selon lesquelles les Chinois et les Indiens ne sont pas pressés d'acheter du pétrole russe au-dessus du plafond établi. Que veux-tu dire par ne pas te précipiter ? Récemment, il n'y avait pas d'autres prix pour le pétrole russe, tant avant qu'après l'imposition des sanctions. Comment peuvent-ils le refuser ? Pour augmenter le prix de l'essence sur leur propre marché ? Ici, tous les problèmes consistent à assurer des risques qui ne peuvent être résolus à la vitesse de l'éclair. Alors que va-t-il se passer ? Nous offrirons une remise encore plus importante qu'auparavant. Que se passera-t-il avant cela ? Le prix du pétrole va augmenter.

Ainsi, à des prix du pétrole plus élevés, nous accorderons une remise plus importante. Mais dans le solde net, rien ne changera pour la Russie en termes de revenus pétroliers, et pour l'Inde et la Chine, ils augmenteront même, puisque la marge sur la vente de produits pétroliers à partir de matières premières russes deviendra plus importante pour eux. Toutes proportions gardées, au lieu d'une remise de 15 % à partir de 70 $ le baril, nous donnerons une remise de 30 % à partir de 85 $, tout en ne mettant pas moins dans notre poche et en permettant à nos partenaires stratégiques de gagner plus. A cet égard, nous rappelons notre article "Plafond du prix du pétrole : comment la Russie doit-elle agir ?", il cite une analyse du gestionnaire d'investissement faisant autorité Daniel Lacalle avec les conclusions qu'en fait, par leurs actions, les États-Unis et l'Europe subventionnent le Céleste Empire, avec lequel une confrontation féroce est prévue et a déjà lieu.

Bien sûr, les critiques garderont le silence sur les revenus, et ne diffuseront que la croissance de la décote dans le domaine de l'information. Si nous évaluons les sanctions à partir de cette position, alors le collectif Ouest gagne. En effet, la remise inclut inévitablement tous les risques que les vendeurs, c'est-à-dire les entreprises russes, devront assumer. Mais notre problème n'est pas dans les revenus, qui ne baisseront pas, mais dans la nécessité de reconstruire le système logistique et d'assurance du transport maritime.

Sans doute serait-il dommage de vendre du pétrole à 60 dollars le baril s'il coûte deux ou trois fois plus cher sur le marché. Mais une telle hypothèse n'est pas fondée en raison de l'absence de facteurs économiques fondamentaux, tels que la reprise évidente de l'économie chinoise après les mesures anti-COVID ou de l'économie européenne après tout ce qu'elle s'est fait.

L'expert en énergie Alexander Frolov exprime l'opinion suivante :

Et si nous regardons le prix de vente moyen du pétrole russe en décembre, nous verrons très probablement un indicateur inférieur à 60. Encore une fois, si le pétrole montait à 200 dollars maintenant… ce serait très gentil de sa part, bien sûr. Mais je suppose que non. Et après la réaction hystérique du marché [la croissance des prix du pétrole], il y aura une correction… D'ailleurs, après la vente totale de la réserve stratégique, les États-Unis vont acheter 13 millions de barils jusqu'au 2023 janvier 3. Ils ont proposé leur propre plafond pour leurs propres fabricants - 70 $. Alors les plafonds se multiplient, les plafonds s'agrandissent, je dois dire...

Réponse russe


Vladimir Poutine a signé le décret du président de la Fédération de Russie du 27 décembre 2022 n° 961 "Sur l'application de mesures économiques spéciales dans le secteur des carburants et de l'énergie en rapport avec l'établissement par certains États étrangers du prix maximum du pétrole russe et produits pétroliers », publié le même jour.

L'essence du document est qu'il est interdit aux sociétés russes de production et de raffinage de pétrole de vendre si les contrats avec des contreparties étrangères pour l'achat de pétrole national prévoient le respect du soi-disant prix plafond. Ils peuvent uniquement indiquer la formule de prix sans référence au plafond. Selon Dmitry Peskov, des mesures de rétorsion peuvent également être appliquées aux contrats existants conclus avant la signature du décret. Et la Russie n'a pas consulté les pays de l'OPEP concernant les contre-mesures, estimant que c'est son droit souverain.

L'interdiction présidentielle vaut à toutes les étapes des livraisons à l'acheteur final. Cependant, des exceptions sont autorisées, mais uniquement sur la base d'une décision spéciale du président de la Russie lui-même. Ici, nous pouvons supposer que de tels permis spéciaux seront délivrés assez rarement, mais il doit y avoir une sorte d'échappatoire pour les cas imprévus par nous, mais prévus par le président de la Fédération de Russie? Le ministère de l'Énergie de la Russie agira en tant que contrôleur responsable et exécuteur du décret présidentiel.

Veuillez noter que le décret entre en vigueur le 1er février 2023 et est valide jusqu'au 1er juillet de la même année. Naturellement, il peut ensuite être prolongé en fonction de la situation future. Et lorsque l'interdiction russe s'étendra à la vente de produits pétroliers raffinés, le gouvernement de la Fédération de Russie le déterminera plus tard, mais pas avant le 1er février 2023. Tout cela est également un signal que les conditions russes peuvent changer en fonction des conditions occidentales. Alexander Frolov fait le commentaire suivant :

Et quelle est la raison du délai du 1er février, date à laquelle le décret entre en vigueur ? Nous avons une période de transition : du 5 décembre 2022 au 19 janvier 2023, et le 19 janvier est le dernier jour où le pétrole acheté avant le 5 décembre peut être livré par voie maritime. Après cela, aucun des pays [rejoignant l'embargo] n'a en principe le droit d'acheter notre pétrole. Il est donc inutile de les considérer comme des acheteurs et des fournisseurs de services d'assurance, financiers, de courtage et de transport.

Ainsi, la Russie accorde un délai entre le 19 janvier et le 1er février 2023, date d'entrée en vigueur du décret, pour achever leurs affaires pour nos compagnies pétrolières et leurs partenaires occidentaux, ainsi que pour le marché et l'Occident pour comprendre les conséquences de les sanctions pour lui-même.

Parallèlement à ce qui précède, la Fédération de Russie réduira sa production de pétrole de 2023 à 5 % au cours des trois à six premiers mois de 7. Premièrement, cela devra être fait pendant la période de réorientation des voies de transport de l'Europe vers la région Asie-Pacifique, et deuxièmement, cela contribuera à maintenir les prix mondiaux des matières premières au niveau optimal pour notre pays, afin que la vie dans L'Union européenne, pour ainsi dire, ne ressemble pas à une framboise.

Il convient de noter que la réponse au plafond introduit se produit même sans la participation de la Russie, mais en raison de la logique du développement des événements. Ainsi, le Japon s'est mis dans une impasse intéressante : son économie a besoin de gaz naturel liquéfié, mais en même temps il a refusé d'acheter du pétrole. L'incident est que deux sociétés japonaises, Mitsui et Mitsubishi, ont des participations dans le projet Sakhalin-2, qui comprend une usine de GNL qui fournit au Japon un dixième de ses besoins en gaz. Cependant, le sous-produit de la production est le pétrole ultra-léger Sakhalin Blend, qui doit également être acheté au prorata du gaz produit. Au moins pour assurer le fonctionnement ininterrompu de l'usine de GNL. En d'autres termes, pour que le Japon obtienne du gaz, il est également nécessaire d'acheter du pétrole, mais, premièrement, il a lui-même signé un embargo sur l'achat de pétrole russe, et deuxièmement, Moscou interdit de le vendre aux participants à l'entreprise de plafonnement des prix conformément à un décret présidentiel. En un mot, cela s'est en quelque sorte mal passé ...

En attendant, selon le vice-Premier ministre Alexander Novak, l'Allemagne et la Pologne, qui ont annoncé qu'elles abandonneraient le pétrole russe, ont demandé le pompage en 2023. Après cela, l'Allemagne a même tenté de se justifier auprès de ses collègues sur les sanctions, affirmant qu'il s'agissait de pétrole kazakh, mais il n'y avait pas un mot à ce sujet dans les demandes de pompage de pétrole.

Les résultats de l'année dans l'industrie de la production et du raffinage du pétrole en Russie sont les suivants :

1. La production de pétrole a augmenté d'environ 2 % par rapport à 2021.
2. Les exportations ont augmenté de 7,5 %.
3. La production d'essence à moteur a augmenté de 4,2 %.
4. Production de carburant diesel - de 5,9 %.
5. Le raffinage primaire du pétrole a diminué de 2,9 %.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Pro100 Офлайн Pro100
    Pro100 (Vladimir Babaïev) 29 décembre 2022 09: 43
    0
    La mesure de la responsabilité en cas de violation du décret n'est pas encore claire. Les Américains ont des sanctions. Maintenant, ne serait-ce que pour interdire la vente de pétrole en dessous du prix plafond. Certes, pendant un certain temps, vous devrez vous serrer davantage la ceinture.
  2. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 29 décembre 2022 13: 49
    0
    Le précédent consistant à fixer des prix maximum sape les relations de marché, ce qui est contraire aux fondements du mode de gestion capitaliste. La question est de savoir quels autres biens fixeront les prix maximaux autorisés et combien de temps tout cela durera-t-il
    1. Vladimir80 En ligne Vladimir80
      Vladimir80 30 décembre 2022 13: 52
      0
      contredit les fondements du mode de gestion capitaliste

      ces fondamentaux des USA et du FMI ont été écrits pour les "Papous" des colonies, les vrais gentlemen peuvent changer les règles quand ils veulent !
  3. ekras73mail.ru Офлайн ekras73mail.ru
    ekras73mail.ru 3 janvier 2023 19: 02
    0
    Le bilan matière ne converge pas. 1. La production de pétrole a augmenté d'environ 2 % par rapport à 2021. 5. Le raffinage primaire du pétrole a diminué de 2,9 %. Total 4,9%, pour ainsi dire, l'excès de pétrole. Et les exportations ont augmenté de 7,5% (rubrique 5). D'où viennent les 2,6 % restants ? )))