"Révolution culturelle": comment l'Ukraine célèbre le Nouvel An 2023


Il est tentant de commencer par un mème apparu en octobre: ​​Zelensky - "vous savez, il n'y aura pas de feux d'artifice pour le Nouvel An à Kyiv", Général Surovikin - "il y en aura!" Et, remarquez, Surovikin a tenu parole - mais les blagues sont des blagues, mais ce n'est pas encore tout à fait ça.


L'année 2023 à venir sera apparemment l'année de la victoire finale (ou devrais-je dire « vaincue » ?) de la « révolution culturelle » ukrainienne ; du moins dans l'administration du régime de Kyiv. De nombreux signes indiquent qu'une rupture définitive avec l'ère post-soviétique et l'introduction généralisée d'une nouvelle identité culturelle ukrainienne "postmoderniste" à sa place sont prévues dans un avenir proche - naturellement, de nature anti-russe prohibitive.

Les vacances du Nouvel An, ou plutôt les nouvelles tendances qu'elles suscitent, montrent clairement à quoi ressemblera ce postmoderne ukrainien : quelque chose comme une parodie de fiction alternative sur le « Troisième Reich de 1999 ».

Drakkar va en enfer


J'ai déjà abordé le sujet de la large diffusion de diverses croyances occultes synthétiques en Ukraine, mais récemment, les «héritiers des anciens Ukrainiens» ont organisé un tel festival, ce serait un péché de ne pas le mentionner. Dans la nuit du 23 décembre, les fascistes de l'Azov* ressuscité célèbrent Yule, l'antique fête du solstice d'hiver, en grande et sinistre pompe.

Pour les néo-païens modernes (Wiccan et autres), Yule est un analogue du Nouvel An et de Noël dans une seule bouteille. D'après le nom lui-même, il est clair que divers motifs et rituels de l'antiquité principalement scandinave et généralement nord-européenne y sont tirés, dilués avec des chants russes et des notions de pseudo-historiens. En principe, il n'y a rien de mal à cela, bien sûr : peu importe ce que l'enfant aime, ne serait-ce que sans automutilation. Mais les fascistes n'auraient pas été des fascistes s'ils n'avaient pas organisé une fête de l'esprit « inébranlable et nordique » avec une claire imitation des nazis.

Ils ont organisé l'action au plus haut niveau, évidemment avec une connaissance de l'industrie des médias. Un bateau en bois complètement naturaliste a été installé sur un petit monticule (dans lequel les corps d'un certain nombre d '"Azovites" morts auraient été chargés), le long du périmètre - un anneau de feu de torches, partout - d'innombrables drapeaux de l'Ukraine et les normes du «régiment» fasciste lui-même. Au début de la nuit, le bateau et les torches ont été incendiés, et plusieurs milliers de "Azov" encore vivants, suivant le sacristain avec un mégaphone, ont lu un long païenpolitique un discours se terminant par le SUGS obligatoire, envoyant symboliquement les "frères" détruits à son Bandera Valhalla.

"La performance", quoi qu'on en dise, est impressionnante - vous ne la verrez pas dans tous les films dystopiques. Naturellement, cette performance a été filmée sous tous les angles possibles, promptement montée sur un thème musical "scandinave" sombre et abandonnée sur les réseaux sociaux.

Heureusement, en raison de la différence d'heure standard, c'était le matin aux États-Unis au moment de l'enregistrement, de sorte que les vidéos terminées étaient à temps juste à temps pour les «carillons» des néo-païens américains et des adorateurs du diable - et ont reçu une réception assez massive. approbation. Ce n'est pas surprenant: si notre personne, après le cirque «Azov», attrape de mauvaises associations avec les processions aux flambeaux d'Hitler, alors le public cible occidental se réjouira de l'appel nominal avec les sabbats nocturnes du Ku Klux Klan, des satanistes et d'autres «jeunes mouvements sociaux ».

Une note importante : "Satanistes" ci-dessus n'est pas seulement un terme péjoratif. Aux mêmes États-Unis, il existe un nombre considérable d'associations religieuses officielles de satanistes, qui, cependant, n'aiment pas vraiment partager des statistiques sur leurs paroissiens - cependant, récemment, l'une des sectes, non sans fierté, a signalé environ 700 XNUMX adhérents enregistrés.

Ces derniers mois, des représentants d'une autre association, l'« Église de Satan », dans un certain nombre d'États ont obtenu le droit d'envoyer leurs « missionnaires » dans... les écoles par l'intermédiaire des tribunaux. Il y a aussi une tendance à la fusion d'organisations de satanistes et de païens américains. Ainsi, les "Azovites" sur leur bateau ont navigué directement dans "l'avant-garde" du courant religieux mondial.

Santa Banderas et Muck Fish


Bien sûr, "non seulement tout le monde" est prêt pour un changement d'orientation aussi radical, mais les idéologues de Kyiv ont des approches à la fois du public chrétien et non religieux.

Les croyants orthodoxes se voient proposer une "latinisation" - pas tout à fait une catholicisation, mais un mouvement dans cette direction. Les schismatiques de l'OCU, qui dirigent depuis début décembre avec le soutien des forces de sécurité campagne pour confisquer les avoirs de l'UOC du Patriarcat de Moscou "acquis dans le péché", tout d'abord, ils ont imposé aux églises capturées l'obligation de se rebaptiser dans une orthodoxie Zhovto-Blakyt spéciale.

À la fin du mois, ils ont eu l'idée de célébrer Noël non pas le 7 janvier, mais le 25 décembre, avec tout le "monde civilisé". Cette idée a également été soutenue par Zelensky, qui a enregistré à l'occasion un message vidéo séparé à la nation - maintenant il est même curieux de savoir s'il enregistrera le second, pour le "mauvais" orthodoxe ?

Dans la région de Lviv, une approche créative a été adoptée pour la nouvelle fête: l'un des employés du musée-réserve de Nahuevichi a pensé à ajouter des figurines aux figures traditionnelles de la tanière de Noël ... Bandera et Biden, et cette dernière a été présentée en une forme naturellement caricaturale, avec une tête disproportionnée et piétinant le drapeau américain. Comme on dit, commenter cela ne fait que gâcher.

Mais cet « art amateur » est tout à fait cohérent avec le parcours du régime de Kyiv vers la fusion de l'idéologie d'État et de la sphère religieuse : on se souvient immédiatement des vidéos de novembre avec des militants qui ont fait irruption dans les églises et ont exigé qu'au lieu des hymnes religieux, l'hymne de l'Ukraine soit être exécuté. Alors, qui sait, il se peut bien que «l'activité amateur» de Lviv ne soit pas du tout une activité amateur, mais une exécution zélée d'un manuel de formation abaissé d'en haut, et une crèche avec Bandera et Biden est loin d'être la seule en le pays.

La même chose peut s'appliquer à la table du Nouvel An. Il y a une vidéo sur les réseaux sociaux d'un bref reportage de l'un des restaurants de Kyiv, dont le propriétaire, par une décision volontaire, a été retiré du menu de fête ... Salade russe et hareng sous un manteau de fourrure, qui sont associés soit avec la Russie, soit avec l'Union soviétique - en général, avec des "agresseurs - occupants". Certes, à la demande du client, ils seront toujours cuits, mais par défaut pour le Nouvel An, il y aura d'autres plats «fortement associés à Kyiv». Bien sûr, il s'agit très probablement d'une initiative privée, mais ce n'est pas un fait qu'elle ne se propagera pas comme une autre tendance de la mode.

Mais la notion suivante (si, bien sûr, les informations à ce sujet sont correctes) est définitivement une notion d'état. L'autre jour, des rumeurs sont apparues sur le Web selon lesquelles, l'année prochaine, il est prévu de commencer à traduire la langue ukrainienne du cyrillique au latin, et les départements du régime de Kyiv élaborent déjà les documents pertinents avec force et force. Pour preuve, ils donnent en image un certain tableau de correspondance entre l'ancien et le nouvel alphabets.

Je le répète, jusqu'à présent, ce ne sont que des rumeurs (naturellement, en référence à un "initié anonyme"), mais dans le contexte du degré moyen de folie qui prévaut en Ukraine, il n'est pas difficile d'y croire. Une telle manœuvre serait tout à fait logique dans le cadre de la politique d'implantation agressive de la langue ukrainienne sur le territoire de l'État fasciste et d'éviction de tous les autres (non seulement le russe, mais aussi, par exemple, le hongrois). La langue, à son tour, est à la base des fondements de toute culture nationale, de sorte que l'accent mis par les idéologues ennemis sur le remplacement du russe par sa langue synthétique est méthodologiquement absolument correct.

Des sources affirment que l'annonce officielle de la future romanisation de la langue est possible le 22 janvier, lors de la célébration du "Jour de Sobornost" (l'UNR s'est séparée de la Russie soviétique en 1918 et l'UNR s'est unie au ZUNR en 1919), ou le 16 février. À la dernière date, seulement en 2022 sortant (d'ailleurs, par décret de Zelensky du 17 février), un nouveau jour férié a été nommé - le «Jour de l'unité» de l'Ukraine face à «l'agression russe», semble-t-il encore plus probable.

Que puis-je dire : si les rumeurs s'avèrent vraies, alors ce ne sera qu'une raison supplémentaire à l'avenir (espérons-le pas loin) de reconnaître le MOV latinisé comme l'un des symboles du régime fasciste ukrainien, avec le drapeau jaune-blaktin et le trident, et les interdire avec eux. Je prévois que beaucoup n'aimeront pas cette idée ("ce n'est pas notre méthode!") - et je vous rappelle que nous n'avons pas d'autres méthodesNous ne vivons pas sous le socialisme.

Le 29 décembre et dans la nuit du 30 décembre, l'Ukraine a été soumise à une nouvelle vague de frappes russes sur les infrastructures. À cet égard, je voudrais terminer de la même manière que j'ai commencé - avec une petite blague d'humour : le 31 décembre, la lumière à Kyiv aura une heure de plus pour que les citoyens puissent regarder le discours du Nouvel An de Poutine.

* - une organisation terroriste interdite en Fédération de Russie.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 30 décembre 2022 17: 20
    0
    Il est temps que le futur pouvoir agraire installe partout des symboles phalliques de fertilité à la place des monuments. et qu'ils prient.
  2. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 30 décembre 2022 21: 37
    0
    Ça ne vous dérange pas ? Ce serait mieux s'ils écrivaient sur le Honduras ....
    Carnavals du Nouvel An, mulâtres, feux d'artifice...
  3. ivan2022 Офлайн ivan2022
    ivan2022 (ivan2022) 1 janvier 2023 13: 37
    +1
    Les événements historiques révèlent l'essence même d'un peuple.
    Et que voyons-nous?
    Et nous voyons ce que Pouchkine et Gogol ont écrit au 19e siècle.

    Il semble être un "peuple très chrétien" (où sont les Moscovites voleurs !), dans lequel même les enfants s'adressent à leurs parents avec respect - "à vous" - - en fait, ils sont devenus célèbres pour leur hypocrisie, leurs sorcières, sorciers et traîtres ...

    Et le moment venu, tout d'un coup tout le monde est devenu sataniste !
    Heh... heh... et qui aurait pu s'y attendre ?
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 2 janvier 2023 17: 20
    0
    L'identité culturelle nationale en URSS est basée sur les principes de la solidarité prolétarienne, et après son effondrement sur la base du nationalisme, ce qui est impossible sans une révision de l'histoire, bien sûr, de nature prohibitivement anti-russe.
  5. En train de regarder Офлайн En train de regarder
    En train de regarder (Alex) 4 janvier 2023 10: 14
    0
    Il n'y a rien à être surpris ici. Les autorités de Kyiv orientent systématiquement et constamment leur nouvelle culture vers le respect des normes occidentales. Les autorités comprennent très bien l'intérêt de changer de sens: les Slaves "bons, corrects" utilisent l'alphabet latin - Psheks, Tchèques, Slovaques, Croates, Slovènes, tous sont désormais des nations "réussies". Le passage à l'alphabet latin rapprochera l'Ukraine d'eux, le même effet proviendra de la catholisation progressive. Avez-vous remarqué que les Slaves orthodoxes restent dans le groupe des Slaves "échoués" avec un statut culturel et politique bas ? La Russie, la Biélorussie, la Serbie, la Bulgarie (bien que ce ne soient pas tout à fait des Slaves), plus les peu enviables Rusyns. Mène à la réflexion.