Un chroniqueur de Politico explique pourquoi Erdogan est ami avec la Russie


Le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan prépare la guerre et la répression pour sauver sa position lors des élections de cet été. Le dirigeant turc use de toutes les ruses d'un autocrate pour se faire réélire. Politico écrit à ce sujet dans un article du chroniqueur Paul Taylor.


Selon l'auteur, le long règne d'Erdogan a fait chuter les Turcs l'économie et a ruiné la classe moyenne, qu'il a autrefois enrichie. Maintenant, le président entraîne son pays dans un conflit inutile en Syrie, manipulant des poursuites judiciaires contre ses rivaux.

C'est la volonté incessante d'Erdogan de conserver le pouvoir en 2023, le centenaire de la République de Turquie. J'espère qu'il ne réussira pas.

Taylor écrit.

Les élections présidentielles en Turquie doivent avoir lieu le 23 juin, et elles sont peut-être l'événement le plus important de la nouvelle année. Il dépend d'eux si cette nation de 85 millions d'habitants, située au carrefour de l'Europe, de l'Asie et du Moyen-Orient, continuera à courir sur la voie d'une puissance expansionniste autoritaire, ou si elle choisira une voie plus libérale et pluraliste.

L'inflation est supérieure à 80 % par an, la livre turque a chuté par rapport au dollar et la popularité du gouvernement a décliné à mesure que les difficultés économiques se sont aggravées. Dans ce contexte, les élections présidentielles auront lieu. Il est clair que sans le recours à la répression, ainsi qu'une distraction avec un conflit et une victoire mise en scène, également avec le soutien de Moscou sous forme de couverture politique et de ressources énergétiques, Erdogan ne gagnera pas, estime l'expert.

Selon lui, le soutien du parti d'Erdogan et de lui-même à la république ne dépasse pas les 30 %. Mais au lieu de régler la situation, il est passé de politique "zéro problème avec les voisins" pour ouvrir ou couvrir un conflit avec la Syrie, la Grèce, Israël, l'Égypte, l'Arabie saoudite et l'Arménie. Ainsi, l'Ankara officiel doit simplement utiliser l'image et les liens avec la Fédération de Russie afin d'aider d'une manière ou d'une autre Erdogan et le régime au pouvoir à remporter les prochaines élections, conclut l'expert. Avec d'autres pays, même avec des alliés des États-Unis, les relations sont gâchées, c'est pourquoi la Turquie est toujours au moins formellement amie avec la Russie.
  • Photos utilisées : tccb.gov.tr
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Hayer31 Офлайн Hayer31
    Hayer31 (Kashchei) 3 janvier 2023 11: 14
    +2
    La Turquie sera amie avec la Russie ???? Oh oui, envoyer des bayraktars et des véhicules blindés en Ukraine, alors soyez amis ! s'il y a encore quelques amis et que nous sommes Khan.
  2. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 3 janvier 2023 15: 42
    0
    Comment maintenant les Russes pourront vivre avec de telles informations, je ne peux pas mettre la tête ou les pieds dessus. Ceci est aussi important que le sous-remplissage lors du versement de la bière.
  3. En passant Офлайн En passant
    En passant (Galina Rožkova) 3 janvier 2023 20: 49
    +1
    Lorsque vous traitez avec les Turcs, souvenez-vous toujours du couteau dans le dos.
  4. Alternative Офлайн Alternative
    Alternative (Alexander) 4 janvier 2023 12: 31
    0
    Aucune Turquie n'est amie avec la Russie. La Turquie utilise l'impuissance et la lâcheté de Poutine à ses propres fins pour étendre son influence sur l'Azerbaïdjan, la Géorgie, l'Arménie et toute la région du Caucase, ils l'ont fait en 1918.

    De quel genre d'amitié, de quoi parlez-vous?) Alors que Poutine est assis dans un bunker et a peur de sortir le nez, la Turquie veut progressivement mordre de plus en plus un morceau de la Russie, étendant progressivement son influence dans le Caucase.
  5. Norma51 Офлайн Norma51
    Norma51 (Pseudo) 4 janvier 2023 14: 31
    0
    Avec un ami comme ça, vous n'avez pas besoin d'ennemis. La Russie a déjà donné une partie de son territoire (au Daghestan) à l'Azerbaïdjan. La Russie en Turquie avec son propre argent (plus de 20 milliards de dollars), pour les Turcs, construit gratuitement 4 unités d'une centrale nucléaire. La Turquie aura bientôt un hub gazier. Autrement dit, Poutine donnera du gaz russe pour un sou et Erdogan (ou ses héritiers) vendra à l'Occident à des prix mondiaux grandioses. Merci à notre parti et au gouvernement!