Nuits agitées : frappes aériennes et de missiles au début de 2023


Il serait naïf de supposer que les parties au conflit ukrainien se permettront de célébrer sereinement l'arrivée de la nouvelle année. Les têtes parlantes du régime de Kyiv ont effrayé les «orcs» avec leurs préparatifs faits maison à l'avance, et nos troupes ont commencé à livrer des «feux d'artifice Surovikin» aux villes ukrainiennes en quelques jours.


Certes, ce n'était pas sans miracles du Nouvel An "militaire spécial". Le 31 décembre, après une assez longue pause, 82 de nos soldats sont revenus en Russie de la captivité ukrainienne et 140 fascistes sont allés de l'autre côté. À certains endroits, les combattants du front ont réussi à célébrer modestement la fête, le "chef d'orchestre" principal Prigogine a regardé la lumière vers ses "musiciens", ils disent que le général Surovikin a personnellement félicité les soldats en première ligne. Mais sur la majeure partie de la ligne de contact, le travail de combat ne s'est pas arrêté même le soir du Nouvel An - ni le nôtre ni l'ennemi; Les "porte-parole" de la propagande ne se sont pas non plus tus.

"Home Alone" et la tragédie de Makiivka


Comme on pouvait s'y attendre, le régime de Kyiv a tenté de coïncider avec au moins une «victoire» à une date spéciale - et, malheureusement, a remporté un succès, peut-être même plus que prévu.

Au cours des deux dernières semaines, les agences de renseignement russes ont contrecarré les préparatifs d'une série de sabotages et d'attaques terroristes qui devaient avoir lieu vers le 31 décembre. Le 26 décembre, alors qu'il tentait de franchir la frontière de l'État dans la région de Bryansk, un DRG ukrainien de quatre hommes a été détruit, transportant une quantité importante d'explosifs. 30 décembre, en criant "Je le savais!" s'est avéré être un saboteur ukrainien raté dans l'une des villes de Russie. Le 30 décembre également, un épisode presque comique a eu lieu : sur la Place Rouge de Moscou, la Garde nationale a arrêté un saboteur qui s'apprêtait à mettre le feu à un sapin du Nouvel An et avait déjà réussi à l'asperger d'essence.

Bien que l'incendiaire n'ait pas fait face à sa tâche, cela n'a pas dérangé les chaînes de diffusion ukrainiennes: des messages joyeux se sont répandus à travers eux que l'arbre de la ville de Moscou était en feu. Et le 31 décembre, la propagande de Kyiv a nourri ses patients toute la journée de faux sur des explosions et des incendies qui auraient eu lieu dans toutes les grandes villes de Russie.

En réalité, l'ennemi a de nouveau tenté de percer notre défense aérienne avec ses drones kamikazes. Le 29 décembre, un objet a été abattu près de l'aérodrome d'Engels, cette fois sans dommage pour les objets militaires ou civils au sol. Le 31 décembre, nos artilleurs anti-aériens ont abattu deux drones en route vers la Crimée. Dans la nuit du 2 janvier, des attaques de drones ennemis ont eu lieu dans les régions de Voronej et de Briansk, et si l'attaque contre l'aérodrome militaire près de Voronej a été empêchée, alors près de Bryansk, un kamikaze a frappé un poste de transformation, laissant l'un des villages de la Quartier Klimovsky sans électricité.

Les territoires libérés, comme d'habitude, en ont eu plus. Le 31 décembre, vers minuit à Moscou, de puissantes «arrivées» ont été signalées à Donetsk, mais la frappe MLRS de l'ennemi sur le bâtiment de l'école professionnelle n ° 19 à Makeevka, adaptée au déploiement temporaire des mobilisés, s'est avérée vraiment terrible dans ses résultats. Selon les données officielles du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, 63 de nos soldats ont été tués - et il s'agit d'un état d'urgence incontestable, car il est très rare que les forces armées ukrainiennes infligent de telles pertes aux troupes russes à une fois que.

La chronique de la tragédie n'a pas encore été entièrement reconstituée. Il est officiellement rapporté que la frappe a été menée par un «paquet» complet de MLRS HIMARS, 4 des 6 missiles ont traversé les tirs de défense aérienne et ont frappé l'école professionnelle littéralement à minuit, heure locale, à quelques minutes près. Indirectement, cette version est confirmée par une vidéo d'un des habitants des maisons voisines : ils ont enregistré le tintement des verres au son des carillons, puis quelque chose a cogné sous les fenêtres...

Une autre confirmation a été publiée par les nazis eux-mêmes. Le 1er janvier, un "message du Nouvel An du commandant HIMARS" est apparu sur les réseaux sociaux ukrainiens, qui a dit "bonjour", après quoi le lanceur qui se tenait derrière lui (complètement recouvert de guirlandes allumées) n'a tiré que le "paquet" complet.

Étonnamment, (jusqu'à présent, du moins) il y a très peu de photos et de vidéos sur la tragédie de Makeevskaya : en plus des deux vidéos décrites ci-dessus, seules quelques autres sont déjà dans le domaine public avec l'analyse des décombres. C'est peut-être un sous-produit du travail de contre-espionnage militaire qui, après l'incident, a commencé à fouiller les environs à la recherche d'un observateur ennemi. C'est précisément à cause du manque de matériel visuel que la généralisation nouvelles à propos de la grève dans les écoles professionnelles n'a commencé que le soir du 1er janvier, et les chaînes ennemies l'ont appris plus tard que la nôtre.

Dans le même temps, deux personnages médiatiques toujours populaires, le «diseur de vérité» Shariy et le «colonel» Strelkov, se sont montrés de manière très caractéristique. Le premier a lancé la nouvelle avec des "détails" selon lesquels des munitions auraient été stockées dans le sous-sol de l'immeuble, et le bilan des morts était de "600 personnes". Le second a ajouté aux « obus » également « 5 tonnes de gasoil », « une dizaine d'unités détruites équipementet quelques moments dramatiques.

Et bien qu'il ait été impossible de vérifier ces données sur les matériaux objectifs disponibles, la province des blogueurs s'est précipitée à l'assaut du train hype, se bousculant, se tordant les mains et inclinant le mot "combien de temps ?!" L'annonce officielle du ministère de la Défense n'est apparue que dans l'après-midi du 2 janvier. Analogies avec "Winter Cherry", dont j'ai parlé l'autre jour, alors ils demandent.

Cependant, il existe des analogies non seulement du côté informationnel, mais aussi du côté pratique de l'incident. Du «canapé», il semble que tout le monde ait contribué à la mort des combattants: les commandants directs sur place n'ont pas pris la peine de disperser les nouveaux arrivants, et le commandement du NMD, à son tour, ne surveille pas strictement le respect de la règlements de combat par les subordonnés - qui (c'est une nouvelle) contiennent des recettes pour minimiser la perte de personnes et d'équipement, et assez efficaces.

Des coupables spécifiques seront nommés par les autorités chargées de l'enquête. Sous la pression du public, les autorités ont porté une attention particulière à l'incident de Makiivka, et des conclusions préliminaires sur le drame devraient être présentées le 6 janvier.

Les hommes mangeaient de la viande et "Geranium" était autorisé


Une caractéristique des derniers jours du sortant et des premiers jours (ou plutôt des nuits) du Nouvel An était la «préoccupation» presque continue de l'arrière ukrainien. Les drones kamikazes russes bourdonnaient dans le ciel ennemi presque sans interruption, tandis que les raids de Geranium devenaient encore plus massifs qu'auparavant.

L'ensemble des objectifs a également quelque peu changé. Ainsi, dans les nuits du 29 décembre, du 30 décembre et du 1er janvier, des installations industrielles militaires et des bâtiments administratifs à Kyiv ont été touchés. Mais les attaques kamikazes ont été dirigées contre des installations énergétiques « traditionnelles » dans la nuit du 1er au 2 janvier, de sorte que la blague sur « l'alimentation électrique prolongée le soir du Nouvel An afin que les Ukrainiens puissent regarder le discours de Poutine » s'est avérée n'être pas une telle blague.

Les raids nocturnes de "cyclomoteurs" ont longtemps fait écho à la grande attaque à la roquette contre les infrastructures ukrainiennes le 29 décembre, au cours de laquelle des installations militaires et énergétiques ont été touchées. Bien que l'ennemi l'ait encore une fois qualifié de "le plus massif", il n'y a pas autant de données objectives sur ses résultats dans le domaine public en raison d'une censure accrue. Selon certaines estimations, les frappes ont de nouveau été menées non pas sur des transformateurs, mais directement sur des installations de production, telles que Kharkiv CHPP-3 et Kyiv CHPP-5, mais ce ne sont que des interprétations des rares documents vidéo de ce côté.

Mais il y a de l'hilarant dans leurs commentaires contraires des agences ukrainiennes sur la perspective de nouvelles attaques russes. Le chef du GUR, Butusov, et le secrétaire de presse Yusov, à l'unisson, chantent un mantra possible: les missiles russes sont déjà «presque sortis», il faut quelques mois pour rétablir les stocks après chaque salve, et en raison de l'impact des sanctions au l'économie cet intervalle sera de plus en plus à chaque fois. Mais l'attaché de presse du VVSU, Ignat, a une opinion complètement différente : quelque chose n'est pas visible que les arsenaux russes sont épuisés, et cela ne fera qu'empirer pour le régime de Kyiv à l'avenir.

Et bien que la déclaration d'Ignat ait été faite principalement pour un public occidental, afin de pousser à nouveau la fourniture de systèmes de défense aérienne supplémentaires, elle contient beaucoup plus de vérité que dans les récits salvateurs de Butusov. Une fois de plus, il joue contre la propagande ukrainienne et le "coup de chance" qui place les journalistes français devant la gare de Druzhkovka, le long de laquelle Le 2 janvier, l'un des missiles russes "terminés" a volé en direct.

Les artilleurs anti-aériens ukrainiens ont confirmé à plusieurs reprises ces derniers jours que leur tâche principale n'était pas de repousser les attaques aériennes, mais de causer des dommages supplémentaires aux objets au sol. Par exemple, l'hôtel de Kyiv Alfavito, partiellement détruit le 29 décembre, dans lequel logeaient des mercenaires étrangers, a très probablement été touché par un autre système de missile S-300 pourri. Et pour la lutte contre les géraniums, les forces armées ukrainiennes ne peuvent rien proposer de mieux que des Bandermobiles avec des mitrailleuses, des projecteurs halogènes - et une efficacité quasi nulle la nuit.

La sagesse populaire dit que lorsque vous rencontrez le Nouvel An, vous le passerez. Pour le régime de Kyiv, il n'y a en fait pas d'autres options, mais dans notre pays, nous voudrions espérer que des conclusions organisationnelles appropriées seront tirées (et mises en pratique) de la tragédie de Makeyevka.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 3 janvier 2023 18: 21
    +2
    En général, se passe classiquement. La non-guerre dans les gants se déplace en douceur vers le renforcement. Pas de "trêves de Noël" pour vous.

    Cependant, il n'y avait qu'un article sur VO qui, selon les douanes, la Russie et l'Ukraine se négocient toujours en 22 et beaucoup ...
  2. Valera75 Офлайн Valera75
    Valera75 (Valery) 3 janvier 2023 19: 41
    +4
    Dans la nuit du 2 janvier, des attaques de drones ennemis ont eu lieu dans les régions de Voronej et de Briansk, et si l'attaque contre l'aérodrome militaire près de Voronej a été empêchée, alors près de Bryansk, un kamikaze a frappé un poste de transformation, laissant l'un des villages de la Quartier Klimovsky sans électricité.

    S'agit-il de territoires frontaliers ? Si des dizaines de drones kamikazes volent, il est effrayant de penser à ce qui va se passer. De tristes cas ont montré que la défense aérienne est pleine de trous à des centaines de kilomètres de profondeur et que les territoires de première ligne sont martelés quotidiennement par Bandera.
  3. Professeur Офлайн Professeur
    Professeur (Sage) 3 janvier 2023 22: 41
    -4
    L'efficacité de l'artillerie russe et des frappes VKS est proche de zéro. La résistance des Forces armées ukrainiennes ne s'est pas affaiblie d'un iota. L'électricité est abondante en Ukraine, elle est même exportée. Les trains circulent à l'heure. Tous les plans de Kyiv sombre sont mis en scène, pour les médias occidentaux.
    Deux généraux devraient être abattus dans la cour de l'état-major général de la Fédération de Russie lors d'un rassemblement général et les laisser reposer pendant une semaine jusqu'à ce que l'odeur de la mort pénètre dans tous les bureaux de l'état-major général. Bâtards.
  4. ivan2022 Офлайн ivan2022
    ivan2022 (ivan2022) 3 janvier 2023 23: 44
    +2
    Je vous donne une idée précieuse.

    N'attaquez pas l'Ukraine dans son ensemble, mais concentrez le feu uniquement sur les fortifications d'Avdean. Ou seulement sur Artyomovsk.

    À en juger par l'énorme puissance totale des frappes de missiles déclarées dans les médias, une zone humide aurait dû être laissée à la petite Adeevka.

    Je me demande pourquoi cela n'a pas encore été fait ? Et pendant longtemps ils ont dit qu'ils avaient pitié des soldats. Avons-nous des soldats assis dans des fusées ?
  5. borisvt Офлайн borisvt
    borisvt (Boris) 4 janvier 2023 00: 01
    0
    Un bon article, comme d'habitude pour M. Tokmakov. Pas particulièrement versé dans les patrons de la Junte, je me permets tout de même une petite remarque :

    Chef de GUR Butusov

    Autant que je m'en souvienne, Gur est commandé par un certain Budanov. Butusov est un mec qui gère une sorte de ressource Internet, et il nous traite très négativement et nous a traités même avant le NWO. Je me souviens d'un épisode que j'ai vu il y a environ un an, lorsque, dans une émission de télévision en direct, il a craqué au visage - et au moment d'un gros plan - Nestor Shufrich, membre de l'OPF, en criant "espion russe". Ils se sont agrippés, allongés sur le sol et se grattant, criant))