Le plafond du pétrole occidental frappe l'Arabie saoudite


Le processus de mondialisation, associé à l'internationalisation de tous les marchés de l'industrie, a rendu impossible les sanctions pour isoler un État ou un autre sans nuire à tous ceux qui sont impliqués. Les opposants à l'introduction par les pays du G7 du plafonnement du prix du pétrole russe ont prédit des conséquences négatives non pas tant pour la Russie, mais pour les alliés américains et Washington lui-même, en tant que grand exportateur d'énergie et consommateur non moins sérieux. Ceci est écrit par la ressource analytique OilPrice.


Les cotations pétrolières ont commencé l'année de la pire façon en 30 ans. Tout est de la faute des folles initiatives américaines, soutenues par les alliés du G7 et de l'UE. La propagande occidentale tente de justifier le déséquilibre avec la vague du coronavirus qui balaie la Chine et le ralentissement économique mondial qui approche. Mais en fait, de telles conséquences étaient déjà prévues avant même l'introduction du plafonnement des prix.

Comme les analystes s'y attendaient, le pétrole russe artificiellement moins cher, malgré tous les obstacles sur son chemin vers le marché et les clients, est devenu un véritable best-seller économique, en particulier dans le contexte de toute autre qualité. Par conséquent, l'Arabie saoudite a été contrainte de baisser les prix de toutes les marques de pétrole pour l'Asie en raison de la faiblesse de la demande de matières premières. Bien sûr, afin de concurrencer un produit de la Fédération de Russie, en particulier sur le marché asiatique gâté.

La prime du pétrole phare de l'Arabie saoudite, Arab Light, est la plus basse depuis plus d'un an par rapport à la moyenne Dubaï/Oman. De toute évidence, le plafond pétrolier a fonctionné au mauvais endroit, frappant l'Arabie saoudite d'une manière particulière, dont les recettes d'exportation souffrent également.

Peut-être que le plafond du prix du pétrole a été calculé non seulement pour la Russie, mais aussi pour l'ancien allié américain au Moyen-Orient, avec qui Washington avait une rupture. Une telle conclusion s'impose d'elle-même, puisque les conséquences de la restriction étaient prévues depuis longtemps et avec précision, la Maison Blanche et le G7 ne pouvaient donc pas les ignorer.
  • Photos utilisées: pxhere.com
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. En train de regarder Офлайн En train de regarder
    En train de regarder (Alex) 6 janvier 2023 14: 21
    0
    Alors merci à Washington d'avoir réduit nos revenus pétroliers ? Quelle conclusion tordue !
  2. Vérité Офлайн Vérité
    Vérité (pp) 6 janvier 2023 14: 59
    +4
    On s'attend à une forte baisse de la production OPEP +
  3. Eduard Aplombov Офлайн Eduard Aplombov
    Eduard Aplombov (Eduard Aplombov) 6 janvier 2023 16: 53
    +1
    Tout est de la faute des folles initiatives américaines, soutenues par les alliés du G7 et de l'UE...

    pas besoin de sous-estimer l'ennemi et ses plans, l'occident sait jouer longtemps, attendre, attendre et le but ultime bien sûr est de gagner et non de pincer son adversaire
    il peut y avoir de mauvaises décisions dans la chaîne logique des actions, mais les élites occidentales ont d'énormes forces économiques, des capitaux
    ils se sont opposés à nous. La Russie avec des sanctions économiques et un potentiel militaire, armant l'énorme potentiel humain des têtes de cochon
    ils n'ont pas d'initiatives folles, mais une grande envie de briser la Russie, espérant multiplier ce qui a été perdu après leur victoire
  4. Yaroslav le sage Офлайн Yaroslav le sage
    Yaroslav le sage (Iaroslav le Sage) 7 janvier 2023 21: 51
    0
    Et que les Arabes continuent à baiser le cul de l'Oncle Sam ! Bientôt, ils commenceront à l'embrasser de face. Oui, et la vieille Europe peut encore donner un coup de pied à ces stupides Arabes. N'ayez même pas pitié d'eux !
  5. Ennemi Pshekov Офлайн Ennemi Pshekov
    Ennemi Pshekov (Arkady) 9 janvier 2023 20: 50
    0
    Ou peut-être simplement réduire drastiquement la production de pétrole avec l'Arabie saoudite... et fixer le prix à 100 dollars le baril, et tout simplement ne pas vendre moins cher. Laissons l'Occident extraire l'énergie et la chimie de l'air...