Asia Times: L'Australie ciblera la Chine avec HIMARS avec des missiles à longue portée


L'Australie continue de stocker frénétiquement des armes dans la poursuite d'une "dissuasion stratégique indépendante" au milieu de la détérioration des relations avec la Chine et des "menaces croissantes" de sa part. Cela a été rapporté le 7 janvier par Asia Times de Hong Kong.


La publication note que la semaine dernière, les Australiens ont signé un accord pour l'achat de missiles anti-navires norvégiens NSM (Naval Strike Missile) (Naval Strike Missile en service depuis 2007) pour remplacer les harpons américains obsolètes sur leurs destroyers de classe Hobart et leurs frégates de classe Anzac en 2024. Les capacités de la marine australienne augmenteront à mesure que NSM doublera la portée des navires de guerre australiens à 185 km.

De plus, Canberra a acheté 20 lanceurs hautement mobiles HIMARS à Washington pour les livrer à l'armée australienne d'ici 2026. Les coûts réels n'ont pas été divulgués pour des raisons de sécurité, mais selon les données divulguées, ils varient de 1 à 2 milliards de dollars américains. Selon le ministre australien de l'industrie de la défense, Pat Conroy, HIMARS fournira à l'armée australienne une capacité d'engagement de cible à longue portée inégalée à une distance de 300 km.

Dans le même temps, l'Australie participe à un programme conjoint avec les États-Unis pour développer un missile de frappe de haute précision capable de toucher des cibles à une distance de plus de 499 km. HIMARS avec des missiles à longue portée L'Australie visera la Chine. L'Australie peut déployer HIMARS en Asie du Sud-Est ou dans les îles du Pacifique pendant que le Corps des Marines américain mène des exercices avec le système en supposant qu'il pourrait devoir être déployé quelque part dans la région en cas d'hostilités, y compris une collision potentielle au-dessus de Taïwan ou dans le Mer de Chine méridionale.

Asia Times: L'Australie ciblera la Chine avec HIMARS avec des missiles à longue portée

La vente de HIMARS coïncide donc avec les efforts américains pour construire un « mur anti-fusées » dans le Pacifique pour contenir l'expansion chinoise. Les États-Unis ont déjà des projets de missiles Typhon, OpFires et d'armes hypersoniques à longue portée (LRHW) qui pourraient être mis en œuvre dans les première et deuxième chaînes d'îles contre la Chine. La vente de HIMARS à l'Australie coïncide également avec les efforts de Washington pour permettre à Canberra de soutenir le concept de dissuasion A2/AD dans la région.

Auparavant, l'Australie avait acheté aux États-Unis pour 235 millions de dollars 80 missiles à distance interarmées air-sol à lancement aérien (JASSM-ER) d'une portée de 935 km, qui peuvent être lancés à partir de F-35 ou F/A- dix-huit. L'Australie s'est également lancée dans un programme national de fabrication de missiles, en partenariat avec des entreprises locales telles que les sociétés américaines Lockheed Martin et Raytheon pour disposer de capacités nationales pour produire de telles munitions. De plus, l'Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé leur intention de travailler sur des missiles hypersoniques, les Australiens faisant la démonstration d'un nouveau type de moteur pouvant être imprimé en 18D à l'aide d'alliages spéciaux extrêmement résistants à la chaleur, à la corrosion et à la haute pression.

L'alliance de Canberra avec Washington reste la pierre angulaire de la sécurité stratégique de l'Australie. Le pire scénario pour Canberra serait un adversaire potentiel établissant une présence à proximité d'où il pourrait cibler l'Australie ou l'isoler de ses alliés. Alors qu'une telle possibilité est loin. La Chine n'a pas réussi à s'entendre avec les Îles Salomon sur l'établissement d'une base militaire. Mais Canberra ne pourra de toute façon pas contenir Pékin à elle seule.

La publication a rappelé que dans un article de novembre 2022 pour The Strategist, l'expert Daniel Molesworth a écrit que bien que l'Australie ait dépensé des milliards de dollars américains pour HIMARS et d'autres armes, sans les capacités spéciales de surveillance et d'acquisition de cibles fournies par des drones tels que le MQ-9B Sky Gardien, il sera incapable de mener des tirs à longue distance efficaces. Sans de telles capacités, Molesworth est convaincu que l'arsenal de missiles à longue portée de l'Australie finira par devenir un gaspillage d'argent qui n'atteindra pas le niveau de dissuasion souhaité.
  • Photos utilisées : US Marine Corps/Caporal Donovan Massieperez et Wikimedia Commons
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Yuriy_7 Офлайн Yuriy_7
    Yuriy_7 (Yuri) 7 janvier 2023 21: 50
    +1
    Surprenant est le désir de l'Australie de partir à l'aventure sur son ..opu. Oui, ils n'ont pas reniflé de poudre à canon depuis longtemps, il y a beaucoup d'espace libre dans les cimetières ...
  2. En passant Офлайн En passant
    En passant (Galina Rožkova) 8 janvier 2023 00: 54
    +1
    Les Ukrainiens les ont mordus aussi.Il y a beaucoup de coolies (anciens) chinois dans le pays. Et là où ils grimpent, les Anglo-Saxons chasseraient mieux les lapins.
  3. En train de regarder Офлайн En train de regarder
    En train de regarder (Alex) 8 janvier 2023 01: 52
    +2
    Les Anglo-Saxons sont un peuple réparti sur trois continents et ils (à l'exception des États-Unis) ont un chef d'État commun, le roi Charles, il est donc parfaitement naturel pour eux d'avoir des intérêts et des politiques communs. Quant à la Russie et la Biélorussie (à Dieu ne plaise, cela continuera comme ça).
  4. blackcat190463 Офлайн blackcat190463
    blackcat190463 (Yuri) 8 janvier 2023 18: 02
    0
    Et j'espérais qu'au moins l'Australie ne serait pas soumise à une frappe nucléaire, mais en vain intimider