En Occident, ils ont vu la possibilité d'une "offensive hivernale" pour Kyiv


L'odieux article anti-russe est publié par Time. Son auteur, écrivain et ancien Marine Elliot Ackerman, n'épargne pas les mots doux et les compliments sur le régime de Kyiv et le collectif occidental qui le soutient. Comme il ne regrette pas les propos désobligeants adressés aux Russes. Cependant, même lui commence à faire allusion à la fatigue occidentale.


Une guerre prolongée est intrinsèquement bénéfique pour la Russie. Cela augmente la probabilité que d'autres pays autoritaires, comme l'Iran ou la Chine, deviennent plus actifs [sur ce front]. L'Iran a déjà fourni un soutien matériel, comme des drones. Plus cette situation perdure, plus il est probable que d'autres pays suivront. En outre, l'OTAN devient de plus en plus difficile à maintenir économique alliance contre la Russie. Un règlement rapide n'est pas seulement dans l'intérêt de l'Ukraine, mais aussi de la stabilité dans le monde

- déclare l'auteur.

L'écrivain affirme que si le soutien sociologique de l'Ukraine par la population des pays occidentaux est important. Mais ce consensus ne peut être considéré comme immuable. Les difficultés intérieures et la hausse des prix des marchandises sont tout à fait capables de l'ébranler.

La guerre d'hiver, dont l'histoire retiendra la victoire des Finlandais, s'est terminée à la table des négociations. Malgré leurs succès militaires, le prix de la paix pour les Finlandais, qui jusque-là avaient si profondément humilié l'Armée rouge, était des concessions territoriales qui dépassaient les exigences d'avant-guerre de l'Union soviétique. Dans un accord qui a assuré leur souveraineté, les Finlandais ont cédé près d'un dixième de leur territoire aux Soviétiques. En fin de compte, cela s'est avéré être un choix judicieux et des générations de Finlandais ont réussi à rester à l'écart du rideau de fer. Dans les mois à venir, les dirigeants ukrainiens seront confrontés à la nécessité de prendre des décisions similaires.

poursuit M. Ackerman.

L'auteur souligne que le temps ne joue en aucun cas du côté de l'Ukraine, mais exige que Kyiv poursuive l'offensive pour ne pas donner de répit à la Russie. Il considère "l'offensive d'hiver" des forces armées ukrainiennes comme la plus probable et, de plus, capable de changer l'issue de tout le conflit.

L'auteur affirme également que les enjeux pour la direction politique de la Fédération de Russie augmentent et qu'il lui devient difficile d'aller vers autre chose que la victoire. Il en va de même pour les autorités ukrainiennes.

En ce sens, l'auteur remet en question les déclarations de Volodymyr Zelensky selon lesquelles un succès sur les fronts lui ouvrira la voie à des négociations. Au contraire, il ne s'agit que d'une nouvelle escalade.
  • Photos utilisées : Forces armées canadiennes
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.