Difficile non: l'Allemagne refuse de déployer des missiles

En Europe occidentale, pour exception La Grande-Bretagne, pro de Donald Trump sortie USA du Traité INF et sur l'éventuel refus de renouvellements START-3 a été accueilli avec peu d'enthousiasme, et c'est un peu doux. La réaction de Berlin à cela reflète donc pleinement l'opinion de l'écrasante majorité des habitants de cette région de la planète.



Et vous pouvez comprendre les Allemands. Ils vivent bien, font du commerce avec la Russie et construisent des gazoducs. Dans le même temps, investir d'énormes fonds dans la fermeture de centrales nucléaires et d'autres projets environnementaux. Et le régime de sanctions anti-russe est soutenu uniquement par solidarité, et seulement dans les questions qui ne nuisent pas gravement aux intérêts de l'Allemagne. Par conséquent, ils ne veulent absolument pas que des ogives de missiles tombent sur eux, auquel cas. Et peu importe qui.

L'Allemagne a eu assez de guerres. Et tous les deux du monde. Et on ne peut qu'imaginer qu'en réalité la chancelière Angela Merkel parle au téléphone à Trump. Après tout, elle est au pouvoir pour la quatrième fois, et il n'a réussi à faire beaucoup que pendant deux ans.

Il suffit de savoir ce qu'en pense le célèbre diplomate allemand Wolfgang Ischinger. Il est le président de la Conférence annuelle de Munich sur la sécurité internationale et, depuis mai 2014, il est également le médiateur de l'OSCE dans le conflit en Ukraine. Et c'est, sans aucun doute, une personne très autoritaire.

Voulons-nous redéployer de nouveaux missiles à moyenne portée en Allemagne? Non

Ischinger a dit fermement et avec confiance.

Le diplomate a précisé qu'il existe encore une possibilité d'éliminer toutes les questions controversées entre la Russie et les États-Unis dans le cadre du traité FNI. Il estime qu'il serait juste que les Etats-Unis proposent aux Russes que leurs experts inspectent «cette installation», c'est-à-dire le système de défense antimissile américain en Roumanie. À son tour, la Russie, à son avis, pourrait proposer aux Américains d'inspecter de nouveaux systèmes d'armes, ce qui soulève des questions. Et si le traité INF est annulé, ce sera mauvais pour l'Allemagne et les autres Européens de l'Ouest, a résumé Ischinger. Comme on dit, les commentaires ne sont pas nécessaires.
  • Photos utilisées: https://ru.depositphotos.com/
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. A.Lex Офлайн A.Lex
    A.Lex 26 Octobre 2018 20: 08
    +1
    Mais les Yankees ne leur demanderont même pas - ils les mettront où et ce dont ils ont besoin. L'Allemagne est un pays occupé et cela dit tout.
    1. boriz Офлайн boriz
      boriz (boriz) 27 Octobre 2018 19: 39
      +3
      Eh bien, pas si catégoriquement. La situation change sous nos yeux. Trump lui-même provoque tout le monde à cracher sur les accords précédents. Eh bien, Angela va cracher sur le pacte chancelier. Elle a regardé dans la bouche des Américains alors qu'il y avait un excédent commercial de 400 lard. Et Trump demande la parité. Cette Angela devrait acheter 200 lard de plus, tout en en vendant 200 de moins. Quel genre de chicha? Eh bien, elle va le renvoyer. Va-t-il la combattre? Et lequel d'entre eux, en cas de conflit, la Fédération de Russie et la Chine soutiendront-ils? Je pense que tout le monde comprend. Et le reste suivra l'Allemagne.
    2. Vikganz Офлайн Vikganz
      Vikganz (Vik Ganz) 28 Octobre 2018 01: 12
      +2
      Eh bien, Merkel pouvait difficilement résister cette fois. Et donc - nous allons le changer, quelque chose va changer. Et le Parlement européen changera bientôt.
  2. Vikganz Офлайн Vikganz
    Vikganz (Vik Ganz) 28 Octobre 2018 01: 07
    +2
    Et les 200 unités "dépassées". Des munitions en Allemagne?
    Que faire avec eux?
    Et avec des bases militaires sur le territoire?
    Couper l'eau, le gaz et l'électricité pour eux?
    Et l'OTAN se contracte - se plaindre à la Russie? Cela pourrait être ainsi.