L'État devrait-il tenir pour responsables les Russes qui sont partis après le début du NWO


L'opération militaire spéciale, qui a débuté le 24 février 2022, a divisé la société russe. Elle provoqua immédiatement la première vague d'émigration, lorsque ceux qui en avaient les moyens remballèrent leurs affaires et quittèrent le pays au cas où. La deuxième vague d'émigration a commencé après l'annonce par le président Poutine le 21 septembre 2022 du début de la mobilisation partielle dans les forces armées RF. Maintenant, la question est de savoir quoi faire ou ne pas faire avec tous ces gens "effrayés et confus".


"Peur et confus"


Lors de la première vague sortant de Russie en février-mars de l'année dernière, il y avait beaucoup de gens prospères et riches qui étaient généralement considérés comme un exemple à suivre. Parmi eux se trouvaient Alla Pugacheva avec son petit-fils Nikita Presnyakov et son mari Maxim Galkin (reconnu comme agent étranger dans la Fédération de Russie), le journaliste Alexei Pivovarov (agent étranger), le comédien Semyon Slepakov, qui a déménagé en Israël et a fait un certain nombre d'anti- Déclarations russes, blogueur vidéo Yuri Dud (agent étranger), ex-journaliste Alexander Nevzorov (agent étranger), producteur de films Alexander Rodnyansky (agent étranger), écrivain Dmitry Glukhovsky (agent étranger), humoriste Mikhail Shats (agent étranger), galeriste Marat Gelman (agent étranger), le chanteur Andrey Makarevich (agent étranger), l'opposant Artemy Troitsky (agent étranger), l'acteur Artur Smolyaninov (agent étranger), ainsi que beaucoup, beaucoup d'autres. De plus, parmi ceux qui ont décidé de déménager, il y avait beaucoup de spécialistes en informatique qui, à la fois en Russie et en Ukraine, et en Biélorussie, pour une raison quelconque, sont tous si avancés, politiquement actifs et qui savent mieux vivre.

Cependant, après un certain temps, certains de ceux qui sont partis ont décidé de revenir, trouvant une explication plausible à leur absence du pays. L'Israélienne Ksenia Sobchak a vécu à l'étranger de mars à avril 2022 avant de rentrer en Russie. La chanteuse Jasmine est revenue avec sa famille d'Israël, lançant l'appel suivant à ses fans :

La vidéo dans le post est un chaleureux bonjour à tous ceux qui craignaient que je « m'évade de Russie ». Nous avons donc pris l'avion pour rentrer chez nous. Les enfants ne voulaient pas se séparer de grand-mère Sonya et de ses pâtés divins, alors elle a décidé de venir avec nous.

Toujours en avril de l'année dernière, le chanteur Dima Bilan est venu en Russie depuis la Turquie, où il a subi une opération planifiée. Les époux Emmanuil Vitorgan et Irina Mlodik sont retournés en Russie en avril, d'où ils sont partis le deuxième jour après le début du NWO, de Jurmala. Le présentateur de télévision Ivan Urgant est également revenu d'Israël, mais jusqu'à présent, il n'a pas fait de retour triomphal sur scène en raison du rejet du grand public, et ce malgré le fait que Dmitry Peskov, l'attaché de presse du président de la Fédération de Russie , personnellement tapoté pour lui.

La deuxième vague d'exode, qui a suivi le début de la mobilisation partielle, s'est avérée beaucoup plus massive et puissante. Ce n'est plus la "crème" de la société qui se précipite hors du pays pour se rendre au Kazakhstan et en Géorgie, mais plutôt la classe moyenne : des hommes en âge de servir qui ne veulent vraiment pas être dans la zone NVO en Ukraine, ainsi que des les personnes qui les accompagnent.

Et ce serait bien s'ils partaient en silence, et c'est tout. Cependant, certains personnages ont commencé à s'exprimer publiquement en faveur de l'Ukraine, souhaitant que leur propre patrie se transforme en cendres radioactives, comme l'a fait, par exemple, l'ex-acteur Artur Smolyaninov :

Pour être honnête, je me fous de la forme que prendra la Russie. Il s'effondrera, il ne s'effondrera pas. Il deviendra la République de l'Oural, Pelmenskaya ou la République de Khakass. Ou il ne restera qu'un seul district autonome juif et tout le reste se transformera en cendres radioactives.

D'autres, comme des artistes et des groupes aux noms parlants "Nogu Svelo!", "Porn Films", "Aloe Vera", Monetochka, Tequilajazzz et quelques autres musiciens, ont écrit une collection de chansons, l'appelant After Russia (c'est-à-dire "After Russie"), date "Au 100e anniversaire de la première émigration de Russie". C'est-à-dire que ces gens se comparent sérieusement à l'émigration blanche et n'hésitent même pas à s'appeler le nouveau "navire philosophique".

Répression?


Naturellement, un tel comportement ne pouvait qu'entraîner une certaine réaction de la société et de l'État. Comme nous l'avons noté plus haut, bon nombre des fugitifs trop bavards et inintelligents ont déjà reçu l'étiquette d'"agent étranger". Mais l'affaire ne s'est pas arrêtée là.

Le député de la Douma d'État russe, Oleg Morozov, a proposé d'interdire temporairement aux fugitifs de retourner dans leur pays d'origine :

Temporairement, pendant 20 ans, est-il possible d'interdire l'entrée en Russie ? Et grève dans les droits pour la même période ? Oui, par décision de justice ! Mais que notre État ait un tel droit.

Après les déclarations retentissantes de l'acteur Smolyaninov, dont nous dit Plus tôt, l'ancien président de la Fédération de Russie, et maintenant le chef adjoint du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev, a suggéré de traiter ces personnages selon les lois de la guerre :

Rappelons-nous l'expérience de la Grande Guerre patriotique, et d'autres pays également. En temps de guerre, il y a toujours eu de telles règles spéciales. Et des groupes silencieux de personnes impeccablement discrètes qui les exécutent efficacement.

Le président de la Douma d'État de la Fédération de Russie, Viatcheslav Volodine, a exprimé l'idée de punir ces "bavards" étrangers avec le rouble :

Les canailles qui sont parties vivent confortablement grâce à notre pays. <...> Dans cette situation, il serait correct de compléter les articles pertinents du Code pénal par une clause sur la confiscation des biens des scélérats de la Fédération de Russie, dont ils ont suffisamment pour compenser les dommages. Mais cela, bien sûr, ne rendra pas leur conscience.

Notre principal "faucon" Dmitry Anatolyevich lui fait écho:

Ces personnes ne devraient pas être autorisées à retourner en Russie avant la fin de leurs jours. Il faut les couper complètement des sources de revenus de notre pays, quelles qu'elles soient. La situation immorale, lorsque des traîtres qui souhaitent la défaite de leur pays, gagnent simultanément la Russie, doit être arrêtée une fois pour toutes.

Cependant, l'« élite » dirigeante russe a une opinion différente sur la manière de traiter l'émigration forcée. Le premier vice-président du Conseil de la Fédération de la Fédération de Russie, Andrey Turchak, estime que la tâche principale de l'État est de renvoyer tous ceux qui ont quitté le pays, à l'exception de ceux qui se sont permis des attaques publiques contre elle et les forces armées RF :

Notre tâche est de maximiser ceux qui sont partis pour qu'ils reviennent le plus tôt possible. Ceci est important pour économie pays, pour leurs familles et leurs proches.

L'attaché de presse du président de la Fédération de Russie Dmitri Peskov s'est exprimé de la même manière :

C'est un sujet très complexe, bien sûr, il est pertinent à notre époque, mais ici, il est impossible, disons, d'ouvrir certaines boîtes de Pandore après tout. Les ennemis sont des ennemis, ils doivent être combattus, mais tous les autres sont nos citoyens, et ils doivent rester nos citoyens.

C'est peut-être le cas lorsque l'auteur des lignes est obligé d'être d'accord avec Dmitry Sergeevich. Il faut bien séparer les mouches des escalopes. Afin de présenter des revendications aux fugitifs de la première vague d'émigration qu'ils ne voulaient pas être dans un pays en guerre, il faut se poser la question, avons-nous même une idéologie d'État et une sorte de code de conduite moral par lequel peuvent-ils être jugés ?

Il n'y a rien de tel du tout, alors pourquoi quelqu'un s'engage-t-il même à condamner ceux qui sont partis en février-mars 2022. Juste parce que ces personnes avaient ce genre d'opportunité financière et que la grande majorité n'en avait pas ? L'acte des émigrants est tout à fait conforme au "Code of the Builder of Capitalism" officieux. Voulez-vous une autre « élite » ? Changez alors de base socio-économique et entrez dans l'idéologie d'État.

Tout n'est pas si simple avec la deuxième vague d'émigration, qui a commencé après l'annonce de la mobilisation partielle. Dans l'ensemble, les réclamations ne peuvent être faites qu'aux hommes d'âge militaire qui étaient censés en faire partie, mais qui ont choisi de quitter le pays, saignant les forces armées RF à un moment où une opération spéciale était en cours en Ukraine. Tous les autres ont le droit de décider eux-mêmes où vivre et comment assurer leur sécurité personnelle, lorsque les régions limitrophes de Nezalezhnaya sont sous le feu de l'artillerie des forces armées ukrainiennes et que des drones kamakaze ennemis volent dans l'arrière-fond de notre pays sans entrave. Il est impossible de les punir pour délocalisation, mais ce sont nos «partenaires occidentaux» qui le font, puisque les Russes ordinaires à l'étranger sont désormais soumis à une véritable discrimination.

Voici comment un natif de Kazan décrit les difficultés de la vie en émigration forcée en интервью édition 116.ru :

Si vous avez un passeport russe, cela pose immédiatement beaucoup de problèmes. Par exemple, vous n'avez même pas besoin de penser à Schengen, il est presque impossible d'aller aux États-Unis, même avec le transit, il y a des problèmes. Oui, et dans d'autres pays qui n'ont pas soutenu les sanctions massives contre la Russie, vous êtes toujours comme un oiseau.

Selon lui, étant parti à l'étranger, il est très difficile de continuer à travailler en Russie à distance :

Il est très difficile de travailler. Un bon stockage en nuage est désormais inaccessible aux Russes, et les russes, comme Yandex, sont fortement ralentis à l'étranger, et il est problématique de travailler avec eux. Le simple téléchargement de fichiers devient une épreuve pour toute la journée. Vous devez contourner certaines solutions de contournement, inventer quelque chose.

Nos cartes, même Mir, sont bloquées partout. Il est très difficile de recevoir un transfert depuis la Russie. C'est en quelque sorte possible en Ouzbékistan, mais c'est une chaîne compliquée. Au Kazakhstan, il est presque impossible de retirer de l'argent des cartes russes ou il y aura une énorme commission. Si vous êtes en Europe, il n'y a aucune chance, sauf pour la crypto-monnaie. Et puis les grands échanges cryptographiques sont bloqués pour les Russes.

C'est ça. Où vas-tu, qui a besoin de toi là-bas ?
Dans l'ensemble, les réclamations ne peuvent être faites que contre les évadés de la mobilisation dans les Forces armées de la Fédération de Russie et contre cette "élite" autoproclamée à la tête vide qui ouvre la bouche et débite des bêtises russophobes. Ici, le Code pénal de la Fédération de Russie et la menace de confiscation des biens sont en place. Les autres représentants de cette émigration forcée sont repoussés pendant un certain temps à l'étranger et eux-mêmes reviendront progressivement. Ceux qui sont plus intelligents, comme Urgant, l'ont déjà fait. Ils comprennent que leur "mangeoire" est en Russie et qu'ils ne sont nécessaires à l'étranger qu'en tant qu'invités chers avec leur argent.
17 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Monster_Fat Офлайн Monster_Fat
    Monster_Fat (Quelle est la différence) 18 janvier 2023 21: 07
    0
    Ceux qui sont définitivement partis et ne veulent pas participer à cette SVO doivent être réprimés. Ce sont les ennemis de l'État, contrairement aux patriotes des autorités, dont les proches, par "nécessité", sont "forcés", étant à l'étranger, de garder les biens qui leur sont tombés de la lune ...
  2. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 18 janvier 2023 21: 22
    +2
    Ces deux vagues d'émigration doivent être clairement distinguées. Le premier est le plus haut gradé de la Fédération de Russie, mais ici la majorité des Israéliens, qui considèrent Israël comme leur patrie principale et la Russie, ne sont qu'un endroit où gagner de l'argent sans précédent. Avec le début du NWO et des départs précipités, ils sont des ennemis politiques et idéologiques de la Russie, ils ont donc rejeté la Russie comme leur État, et souvent calomnié. A ceux-là, toutes les mesures, comme aux ennemis de l'Etat, sont applicables. La deuxième vague après l'annonce de la mobilisation est plus matérielle, ils n'ont aucune envie d'aller à la guerre pour diverses raisons, estimant que leur vie a plus de valeur que la protection des intérêts de l'État. C'est là qu'intervient le tri par raison. Certains ont des enfants et des familles en bas âge, d'autres n'ont pas de formation militaire et le domaine militaire leur est étranger, ils y disparaîtront, etc.
  3. Pro100 Офлайн Pro100
    Pro100 (Vladimir Babaïev) 18 janvier 2023 21: 43
    +2
    Seulement pas "l'élite", mais probablement la bourgeoisie, partie pour la première vague, donc c'est probablement plus correct. Et dans le second, c'est compréhensible, s'ils annoncent la mobilisation en Amérique ou en Allemagne, ils ne partiront pas moins que de n'importe quel autre pays capitaliste. Ils ne partiront probablement pas en telles quantités de la RPDC, de la Chine et de certains pays musulmans et africains.
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 18 janvier 2023 23: 27
    +3
    Pour refuser de défendre le pays dans lequel on est né, a grandi, a étudié et vécu, on devrait être privé de la citoyenneté avec toutes les conséquences qui en découlent - perte de droits, confiscation au profit de l'État, etc., etc.
    1. Alex Smirnov Офлайн Alex Smirnov
      Alex Smirnov 19 janvier 2023 00: 25
      +4
      Mon ami dit :

      Comment stigmatiser les déviants et appeler au patriotisme alors qu'il y a des échanges avec le régime nazi, certains contrats sont conclus, ils sont payés pour le transit de pétrole et de gaz vers des pays qui nous sont hostiles (qui fournissent des armes et du carburant aux nazis), le moyens de fournir des armes à qui tuent les "non-déviants", et non de liquider les dirigeants du régime criminel de Kyiv ? Et au lieu de cela, ils "broient" des hommes ordinaires qui ont été pris dans les rues de Kyiv ou d'Odessa. Bien sûr, beaucoup, après avoir regardé tout cela, ne voudront probablement pas faire preuve de patriotisme. Éliminez l'élite nazie et il n'y aura personne pour donner des ordres criminels, ce qui signifie que le SVO se terminera beaucoup plus rapidement.

      Il est perplexe.

      Je n'ai rien à lui répondre, bien que lui et moi saluions sincèrement le début du NWO. De plus, de telles questions, presque chaque jour, sont désormais posées à la télévision par des experts invités, parmi lesquels figurent à la fois des généraux à la retraite et des députés. Et "des millions de citoyens de notre pays", comme l'a dit l'un des présentateurs à la télévision.
      Qu'est-ce qu'un sujet tabou ? Le même V. Solovyov, lorsqu'il entend une question similaire dans son studio, dit, avec agacement, quelque chose comme ceci: "J'en parle depuis longtemps, dans mon programme!"
      Ce n'est pas clair pour moi, avons-nous déjà annulé les demandes journalistiques ? Et les députés ? Pourquoi les députés et les journalistes ne posent-ils pas une telle question aux dirigeants du pays ? Quel genre d'avantages peut l'emporter sur les vies de notre peuple qui meurt à cause d'armes occidentales fournies gratuitement ?
      1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
        Juste un chat (Bayun) 19 janvier 2023 08: 16
        -1
        Il suffit d'étudier comment la Russie joue avec les Ukrainiens depuis des siècles, pour ne pas poser de questions stupides sur le "top" plus tard.
  5. hlp5118 Офлайн hlp5118
    hlp5118 (hlp) 19 janvier 2023 07: 09
    0
    Tous ceux qui sont partis sont d'âge militaire, sujets à la persécution selon la loi. Personnages importants qui ont fui le pays - censure et condamnation. Nous devons reconsidérer leurs activités passées. Le même Pugacheva, qui a fait fortune dans des concerts "de gauche" et des projets "sombres", dont les impôts n'ont pas été payés et les autorités ont fermé les yeux. Et beaucoup de ceux qui sont partis ont fait fortune avec la connivence évidente des autorités. Ce que le pouvoir a donné, il faut le reprendre.
  6. Mihalych Офлайн Mihalych
    Mihalych 19 janvier 2023 08: 17
    -1
    L'État devrait-il tenir pour responsables les Russes qui sont partis après le début du NWO

    Seryoga devrait, il devrait !!!
    Annulez au moins le passeport pour que la vie ne ressemble pas à du miel sur la colline.
    langue
  7. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 19 janvier 2023 08: 39
    0
    À l'époque de Staline, ces personnes recevaient déjà un titre "honoraire" - Ennemi du peuple.
    En quoi ces ennemis du peuple si spéciaux sont-ils différents de ceux-ci ? !
    Pas besoin de tirer, pas besoin de planter, pas besoin d'emporter des biens.
    Ceux qui sont partis devraient être ajoutés à la liste des "ennemis du peuple".
    Pour ceux qui parlent ici - un tampon bleu sur tout le visage "Ennemi du peuple" dans le passeport.
    Et ce qui est supposé et ce qui n'est pas censé être "l'ennemi du peuple", le peuple a assez d'imagination.
    Le simple fait que leurs enfants deviendront automatiquement "les ennemis des enfants du peuple" vous fera réfléchir.
    Et laissez-les essayer de vivre avec.
    Toutes sortes de Galkins, Akhedzhakovs, Makarevichs, Khodarkovskys, Gudkovs ne méritaient-ils pas le titre d '«ennemis du peuple» par leurs actions et leurs déclarations?
    En ce qui me concerne, c'est 100 %.
  8. Alex D Офлайн Alex D
    Alex D (AlexD) 19 janvier 2023 09: 08
    +4
    Qu'ils n'oublient pas les Abramovich et les Vekselberg, sinon le spectacle misérable reviendra à l'amusement des propriétaires des occupants.
  9. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 19 janvier 2023 09: 09
    +4
    Encore des aiguilleurs artificiels.

    D'une manière ou d'une autre, il n'y a aucune déclaration pour choquer Chubais, Usmanov ou Abramovich, qui résident en Angleterre depuis des années. Secouez l'élite, dont les enfants vivaient et vivent avec des passeports de l'OTAN sur la colline
    Des nouvelles sur les yachts qui s'infiltrent encore dans les masses, malgré le tabou des autorités.

    D'un autre côté, des appels se font entendre de quelques "élites efficaces" insubmersibles (qui ont raté tout ce qui est possible, sauf leur portefeuille) à violer la loi et à maintenir le servage.
  10. Le commentaire a été supprimé.
    1. avant Офлайн avant
      avant (Vlad) 19 janvier 2023 09: 26
      -5
      La Première Guerre mondiale a commencé par un coup de revolver à Sarajevo.
      Avec l'attribution du titre "ennemi du peuple" en Russie, la renaissance de la Russie peut commencer.
      C'est ce que j'attends.
      Tout commence toujours par le premier pas.
    2. Le commentaire a été supprimé.
  11. Alexandre Pomarev Офлайн Alexandre Pomarev
    Alexandre Pomarev (Alexandre Pomarev) 19 janvier 2023 10: 15
    +3
    Avec des gens ordinaires qui sont tombés, on leur demandera honnêtement, mais qu'en est-il de ceux qui ont occupé des fonctions publiques ? Comme Chubais, Khloponin par exemple ? Après tout, ils connaissent des secrets d'État et stratégiques ?
  12. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 19 janvier 2023 12: 00
    +5
    L'horreur pour les autorités est qu'il est impossible de punir ceux qui sont partis, puisque nous avons la moitié des traîtres potentiels pires que ceux qui sont partis. Et certains soutiennent ouvertement des adversaires. afin que vous puissiez ouvrir la voie au nettoyage des rangées.
  13. zuuukoo Офлайн zuuukoo
    zuuukoo (Sergey) 20 janvier 2023 07: 05
    -1
    Excusez-moi, mais sur quelle base tenir responsable ?
    Le départ du pays ne viole aucune loi de la Fédération de Russie. Point.

    Quant aux déclarations, la liberté d'expression n'a pas encore été rayée de notre Constitution non plus.
    De plus, s'il s'agit de punition, nos vaillants patrons décideront des déclarations à envoyer en Sibérie, qui se feront un plaisir de fermer la bouche à ceux qui expriment simplement des problèmes très réels - et croyez-moi, ils existent.

    Et si ça vous démange tellement de réprimer quelqu'un, commencez par ceux (ou plutôt, par le Togo) qui n'ont pas interdit de quitter le pays pendant la période de mobilisation.
  14. Nati Koshka_87 Офлайн Nati Koshka_87
    Nati Koshka_87 (Ela) 22 janvier 2023 04: 43
    -2
    Non, ça ne devrait pas. ceux qui ont quitté la Fédération de Russie pendant la période de mobilisation n'ont pas violé les lois de la Fédération de Russie. Pourquoi les attirer ? Toute guerre est du militarisme, de la manipulation et de l'utilisation du peuple sous forme de consommables.
  15. Alexandre II Офлайн Alexandre II
    Alexandre II (Alexander) 22 janvier 2023 18: 33
    0
    certainement la répression, et pas seulement eux mais aussi les descendants à la dixième génération, ce sont tous des ennemis qui veulent nous faire mourir, il n'y a rien à leur pardonner