La Russie a-t-elle besoin d'un lointain "Pakistan Stream"


Comme l'a déclaré la veille le ministre russe de l'Énergie, Nikolai Shulginov, Moscou mène des négociations de fond avec Islamabad sur la construction du gazoduc Pakistan Stream et ne voit aucun obstacle particulier à sa mise en œuvre. Dans le même temps, la participation de Gazprom à ce projet énergétique n'est pas envisagée. Comment cela s'est-il passé et la Russie a-t-elle besoin d'un autre gazoduc quelque part là-bas ?


Le ministre Shulginov a commenté les intentions des parties dans une interview avec l'édition étrangère de The Nation comme suit :

Le gazoduc Nord-Sud, rebaptisé Pakistani Stream, revêt une grande importance tant pour la Russie que pour le Pakistan. Le Gouvernement de la Fédération de Russie accorde une grande attention à cette question. Néanmoins, l'approche de la mise en œuvre de tels projets doit être globale, ce qui signifie non seulement la construction du gazoduc lui-même, mais également la disponibilité d'une source de gaz pour celui-ci. Et maintenant, nous discutons du projet à la fois en termes de transport de gaz regazéifié et de gazoduc depuis l'Iran ou via TAPI.

GNL regazéifié, gazoduc iranien et turkmène ? En effet, l'intérêt de notre "trésor national" dans ce projet, à première vue, n'est pas visible. Mais seulement pour le premier.

Le gazoduc Nord-Sud doit relier le port de Karachi, au sud du Pakistan, où un terminal de réception de GNL a été construit, à Lahore, dans le nord du pays, où il est prévu de construire des centrales électriques au gaz. Sa longueur devrait être de 1,1 mille kilomètres, sa capacité - de 12,4 à 16 milliards de mètres cubes par an et son coût, compte tenu de l'inflation - de 2 à 2,5 milliards de dollars. L'entrepreneur de construction était initialement la partie russe représentée par la filiale de Rostec, RT Global Resources, qui devait détenir une participation majoritaire dans le projet, supporter jusqu'à 85% des coûts et agir en tant qu'opérateur de gazoduc pendant les 25 prochaines années.

Cependant, après que la société d'État nationale soit tombée sous le coup des sanctions occidentales, l'entrepreneur a été remplacé et la part de la partie pakistanaise est passée à 74 %. Le nom du pipeline a également été changé en "Pakistan Stream". Il est prévu de pomper du GNL regazéifié, du gaz turkmène ou même iranien à travers le système de pipelines, et il n'y a pas d'odeur de Gazprom ici. Quel est alors l'intérêt de la partie russe, en plus de la construction et de la gestion ?

Tout d'abord, il faut tenir compte du fait que le Pakistan est un marché gazier extrêmement prometteur et en croissance rapide. Il absorbera toutes les ressources énergétiques qui y seront délivrées, et demandera plus de suppléments. Pour la Russie, devant laquelle l'Europe est artificiellement fermée, prendre pied sur le marché énergétique de l'Asie du Sud-Est en général et du Pakistan en particulier est une tâche stratégiquement importante.

D'abord, Islamabad pourra devenir acheteur de GNL russe si les satellites américains commencent à le refuser pour des raisons politiques. En particulier, le projet Sakhalin-2 dessert désormais principalement le Japon, mais toutes les principales "râpes" de Moscou et de Tokyo concernant les îles Kouriles sont encore à venir. Le gaz naturel liquéfié des usines Sakhalin-2, Yamal LNG et Arctic LNG-2 LNG pourra ensuite être acheminé par voie maritime vers le Pakistan, où un système de distribution de gaz sera construit à travers le pays.

deuxièmement, la Russie a atteint aujourd'hui un niveau de rapprochement sans précédent avec l'Iran, où se trouvent des gisements de pétrole et de gaz géants. Le Kremlin a récemment signé un accord avec la République islamique pour investir jusqu'à 44 milliards de dollars dans la construction de nouveaux gazoducs, a expliqué le ministre iranien du Pétrole, Javad Ouji :

Nous avons signé un protocole d'accord avec la Russie d'une valeur de 4 milliards de dollars pour le développement de gisements, ainsi qu'un accord sur la construction de gazoducs et d'installations de production de gaz naturel liquéfié d'un montant de 40 milliards de dollars.

40 milliards de dollars dans de nouveaux gazoducs ? Beaucoup d'argent! Où peuvent aller ces volumes de gaz supplémentaires ? Si vous regardez la carte, alors à l'est de l'Iran se trouve le Pakistan, et plus loin - l'Inde. Il est tout à fait possible que nous parlions de créer tout un consortium international pour fournir du gazoduc iranien au Pakistan et à l'Inde voisins, où la Russie agira en tant que co-investisseur et opérateur.

Il est fort probable que la Chine soit également impliquée dans le projet, puisque c'est Pékin qui a agi en tant qu'investisseur dans la construction d'un terminal GNL à Karachi. Évidemment, pour la RPC, il s'agit d'une tentative de diversifier les risques du blocus de la marine américaine sur le détroit de Malacca, puisque, si nécessaire, un pipeline peut être prolongé jusqu'à la RPC à partir du port pakistanais et de son réseau de pipelines. Oui, ce ne sera pas si facile de le faire à travers les montagnes, mais les Chinois n'ont pas peur des difficultés.

troisièmement, à terme, notre Gazprom pourra toujours rejoindre directement le projet. Jusqu'à récemment, le projet de pipeline TAPI était considéré comme anti-russe. Pourtant, il était censé fournir 33 milliards de mètres cubes de gaz par an du Turkménistan à travers l'Afghanistan et le Pakistan jusqu'à l'Inde ! Il était objectivement avantageux pour Moscou et Pékin qu'Achgabat soit fermement liée aux marchés russe et chinois. Cependant, après le début du NWO en Ukraine, beaucoup de choses ont changé.

Maintenant, le marché européen se ferme progressivement avant Gazprom et il doit chercher de nouveaux marchés de vente en Asie du Sud-Est. Il est fort probable que dans le cadre de la « triple union du gaz » annoncée par le Kremlin entre Moscou, Astana et Tachkent était supposé rejoindre TAPI en élargissant sa capacité. Le gazoduc russe traverserait ensuite le territoire du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan jusqu'en Asie du Sud-Est. Mais ce n'est clairement pas une question d'avenir proche.

Il s'avère que le lointain "Pakistan Stream" est très, très rentable pour les entreprises énergétiques et métallurgiques russes.
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 19 janvier 2023 14: 44
    +1
    La participation à de tels projets de construction à grande échelle est toujours rentable, à la fois économiquement et politiquement. La Fédération de Russie a une bonne expérience dans la construction de gazoducs et la production de conduites. Ici, même les tuyaux seuls donneront un profit suffisant. Certainement besoin de participer à de tels projets.
    1. Vladimir80 Офлайн Vladimir80
      Vladimir80 19 janvier 2023 16: 19
      0
      Ici, même les tuyaux seuls donneront un profit suffisant

      à qui? michelson et renard?
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 19 janvier 2023 15: 33
    +1
    La souche est nette, rentable.
    Tuyaux, profit, pose, partage, intérêt, profit, argent, émirats, immobilier.

    Le Kremlin est évoqué, les investissements, les volumes, mais pas les investissements et les taxes...
  3. Vladimir80 Офлайн Vladimir80
    Vladimir80 19 janvier 2023 16: 18
    +2
    assurer assurer assurer
    Le sort des ruisseaux du nord ne nous a-t-il rien appris ???? et ils disent aussi que hoh.lov a des clowns au gouvernement !!!
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 19 janvier 2023 17: 21
    +2
    Le Pakistan entretient des liens étroits avec les États-Unis et est proche des principaux fournisseurs mondiaux de pétrole et de gaz.

    avant Gazprom, le marché européen se ferme et il doit chercher de nouveaux marchés

    mais il n'y a pas et il n'y aura pas de véritable remplaçant pour l'UE, et donc tout espoir de commerce avec l'UE via des intermédiaires
  5. sat2004 Офлайн sat2004
    sat2004 19 janvier 2023 17: 37
    +3
    Bien sûr, nous devons aider le Pakistan, qui est au bord du défaut, dans la production d'obus pour aider l'Ukraine. Récemment, NEZZAVIIMAYA GAZETA a commenté les livraisons.
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 19 janvier 2023 18: 01
      -2
      Certains commentaires sont clairement pessimistes et à sens unique - si les pommes sont pourries, si le miel est alors amer. C'est ce qu'on appelle l'engagement politique ou l'unilatéralité. Tout n'est pas si mauvais en Fédération de Russie et la tendance à l'amélioration est clairement définie.
  6. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 19 janvier 2023 20: 14
    +1
    Moscou mène des pourparlers de fond avec Islamabad sur la construction du gazoduc Pakistan Stream

    Rien ne change. Ma tête est remplie d'une seule pensée - "Traiter avec la patrie!" Il est nécessaire de changer toute la politique économique de l'État, et elles concernent toutes la leur.
  7. Constantin N. Офлайн Constantin N.
    Constantin N. (Constantine N) 21 janvier 2023 09: 25
    0
    ouais, seuls les États-Unis diront à l'Inde, ou des ressources de l'Iran et de la Russie, ou pas de technologies occidentales comme en Chine. en théorie, ils peuvent? il y a beaucoup de pays en Asie qui se feront un plaisir d'installer des usines occidentales, le Vietnam a commencé.