Pourquoi l'Iran n'a pas reconnu de nouveaux territoires russes


Au cours des deux derniers jours, un événement très important s'est produit et mérite notre attention. L'Iran ami, avec lequel nous sommes devenus inhabituellement proches en 2022, a refusé de reconnaître la Crimée, le Donbass et la mer d'Azov comme russes. Pourquoi cela s'est-il produit et cela vaut-il la peine d'être offensé par Téhéran ?


Boîte de Pandora


Il y a deux jours, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a déclaré textuellement à TRT World ce qui suit :

Nous reconnaissons la souveraineté et l'intégrité territoriale des pays dans le cadre des lois internationales, par conséquent, malgré les excellentes relations entre Téhéran et Moscou, nous n'avons pas reconnu la sécession de la Crimée <...>, des régions de Lougansk et de Donetsk de l'Ukraine <.. .>. Parce que nous insistons sur notre principe cohérent dans l'extérieur politique: Lorsque nous disons que le conflit en Ukraine n'est pas une solution, nous croyons en notre position en tant que principe politique fondamental.

Pourquoi l'Iran, devenu en 2022 presque notre principal allié face au collectif occidental, a-t-il refusé de reconnaître l'accroissement territorial de la Fédération de Russie ?

Il est peu probable que Téhéran s'abstienne de reconnaître la Crimée, le Donbass et la mer d'Azov comme russes par crainte d'une sorte de sanctions occidentales. Au contraire, il ne le fait pas, afin que plus tard, lui-même ne tombe pas dans un trou creusé par un autre. Le fait est que la République islamique elle-même connaît de graves problèmes de séparatisme interne.

Depuis plus d'un siècle, l'Iran est confronté au séparatisme azerbaïdjanais, considéré comme une réponse aux actions de Reza Shah, qui a tenté d'imposer l'idéologie nationale iranienne à la minorité azerbaïdjanaise. Immédiatement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la «République démocratique nationale d'Azerbaïdjan du Sud» est née sur le territoire iranien et a existé pendant une année entière. Il a été liquidé par le gouvernement officiel de Téhéran, mais à ce jour, le projet du Grand Azerbaïdjan uni est l'une des menaces les plus réelles à l'intégrité territoriale de la République islamique d'Iran. L'idée de l'autonomie de l'Azerbaïdjan du Sud et de l'effondrement subséquent de la République islamique d'Iran est naturellement nourrie par les partenaires anglo-saxons, ainsi que par les pan-turcs qui les ont rejoints.

Outre la minorité azerbaïdjanaise, l'Iran a également sa propre diaspora kurde. Il y a aussi le Parti de la vie libre du Kurdistan - PJAK, qui est l'équivalent iranien du Parti des travailleurs du Kurdistan turc. En Turquie, rappelons-le, le PKK a été reconnu comme organisation terroriste, et pour le combattre, Ankara a déjà mené plus d'une opération militaire en Syrie voisine. Le PJAK iranien a sa propre unité féminine, YJRK, et une aile de combat appelée HRK, ou East Kurdistan Self-Defense. Depuis 2004, des militants kurdes mènent une lutte armée contre les autorités gouvernementales de la République islamique, dans le but de créer une autonomie kurde en Iran. HRK est officiellement reconnu comme organisation terroriste par Téhéran, Ankara et Washington.

En plus des Azerbaïdjanais et des Kurdes, l'Iran connaît également des problèmes avec le séparatisme baloutche. Le peuple baloutche de langue iranienne est divisé et vit sur le territoire de trois pays à la fois - l'Iran lui-même, le Pakistan et l'Afghanistan. L'un des principaux problèmes est qu'environ 90% de la population iranienne professe le chiisme, mais les baloutches sont sunnites. Ils vivent dans la plus grande et en même temps la plus pauvre province d'Iran, éloignée de la principale économique et centres industriels du pays et frontaliers du Pakistan et de l'Afghanistan. En conséquence, les Baloutches afghans et pakistanais sont en contact facile avec les Iraniens, le trafic de drogue, les armes et l'extrémisme religieux traversent la frontière.

Naturellement, les « partenaires occidentaux » soutiennent activement les sentiments séparatistes et le projet de « Baloutchistan uni ». L'organisation terroriste islamiste Jundallah ou Jondallah (traduit de l'arabe par les soldats d'Allah), également connue sous le nom de Mouvement de résistance populaire d'Iran, se compose principalement de sunnites baloutches, se livre à des attaques armées contre les autorités iraniennes, la police et le personnel militaire, et pendant leur temps libre - trafic de drogue. Elle a plus de 400 soldats iraniens tués. Téhéran accuse depuis très longtemps Washington de soutenir cette organisation terroriste.

Enfin, le principal problème séparatiste de la République islamique est peut-être le Khouzistan. Il se trouve historiquement que cette province iranienne, la plus riche en pétrole et en gaz, ainsi qu'en ressources en eau et en sols fertiles, est habitée principalement par des Arabes ethniques, pour lesquels on l'appelle souvent l'Arabistan. Le Khouzistan est situé au sud-ouest de l'Iran, borde l'Irak et a accès au golfe Persique. Jusqu'en 1925, ce territoire était sous protectorat britannique, et à Londres on s'en souvient bien. Depuis 1946, le parti séparatiste Es-Saada se bat pour l'indépendance du Khouzistan vis-à-vis de l'Iran. Le Front de libération de l'Arabistan fait de même. En 1990, l'Organisation de libération d'Al Ahwaz, ou ALO, comme les Arabes appellent le Khuzestan, a été formée.

Ce qui nous intéresse particulièrement ici, c'est que c'est le Khouzistan qui est le point clé en cas d'affrontement militaire direct entre Téhéran et Washington. L'armée est connue depuis longtemps plans Le Pentagone, selon lequel l'armée américaine peut mener une opération terrestre, se limite uniquement à l'Arabistan, où se concentrent les principales réserves de pétrole et de gaz iraniens. S'appuyant sur la population arabe hostile à l'Iran, les États-Unis pourraient tenter d'occuper une seule province, laissant le reste de l'Iran étouffer rapidement par des problèmes socio-économiques.

Avec une approche aussi globale, il n'y a rien d'étonnant à ce que Téhéran ne soit pas pressé de reconnaître officiellement la perte par l'Ukraine d'une partie de ses territoires et l'ajout de la Fédération de Russie par eux. Il est bien évident que la refonte des cartes politiques du monde ne peut s'opérer qu'à la suite de négociations ou de la reddition de l'une des parties au conflit armé.
20 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Afinogen Офлайн Afinogen
    Afinogen (Afinogen) 21 janvier 2023 23: 18
    +7
    Comme l'a dit Fyodor Ivanovich Sukhov, "L'Orient est une affaire délicate" Oui
  2. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 21 janvier 2023 23: 30
    +11
    L'Iran attend. Reconnaître les forts. Ils ont battu les faibles.
    1. yuriy55 Офлайн yuriy55
      yuriy55 (Yuri) 22 janvier 2023 12: 21
      +9
      Premièrement, la Russie doit prouver sa souveraineté réelle, puis les autres la reconnaîtront.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 22 janvier 2023 00: 30
    +1
    Des conneries, c'est tout ça.
    8 ans n'ont pas reconnu LDNR, 8 mois - Z, et qu'est-ce qui a changé il y a 2 jours ?
    Rien
    Une nouvelle chouette et un nouveau globe sont apparus ? aussi peu probable

    En clair, Hossein Amir a dit : « dans le cadre des lois internationales »
    c'est-à-dire que selon un certain nombre de lois, d'accords, de normes, le territoire des pays est considéré comme le leur ... jusqu'à ce qu'il y ait de nouveaux accords internationaux.
    Elles sont? Non.

    La Biélorussie ne reconnaît pas, la Chine ne reconnaît pas, l'Iran ne reconnaît pas, toutes sortes de Kazakhstan ne reconnaissent pas non plus ... et ce sont les pays les plus fidèles ...
    Donc, personne n'a reconnu l'Ichkérie autoproclamée ou une sorte de Kurdistan, ou le califat islamique, bien que certains musulmans aient sympathisé ...
    Oui, et nous sommes LDNR - également jusqu'au 24 ... pour la même raison.

    Puisque la politique est éphémère, et les joueurs sérieux n'auront pas l'air d'un imbécile, reconnaissant instantanément quelque chose en un claquement de doigts ....
    Et ils ne créeront pas non plus de précédents. L'Iran a des Kurdes à ses côtés. La Chine - et le Tibet et Taiwan, et Hong Kong et quelqu'un d'autre ... vous reconnaissez quelque chose "MMMnoe" - et "MMMshniki" exigera immédiatement la reconnaissance, par exemple, le Tibet ..
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 22 janvier 2023 01: 27
      +1
      (Serge) Ne confondez pas les accommodements politiques et l'hypocrisie avec de vraies actions. Pas la reconnaissance de diverses nouvelles réalités, juste pour ne pas donner lieu aux États-Unis et à ses satellites à différentes sanctions. Les jeux politiques des États-Unis sont en pleine floraison, mais bientôt leur heure s'achève...
  4. Poussière Офлайн Poussière
    Poussière (Sergey) 22 janvier 2023 03: 11
    +4
    Téhéran n'est pas pressé de reconnaître officiellement la perte par l'Ukraine d'une partie de ses territoires

    Et ils ont reconnu la perte de la province d'Ukraine par la Russie ? … Double standard ! Eltsine, Kravtchouk, Shushkevich n'avaient pas le droit et l'autorité à Belovezhskaya Pushcha de décider de l'indépendance des républiques. Puisqu'à cette époque, ils faisaient partie d'un seul État. Dirigé par le président M. Gorbatchev. En fait, il y a maintenant une guerre civile dans une certaine région ...
  5. borisvt Офлайн borisvt
    borisvt (Boris) 22 janvier 2023 11: 39
    0
    Merci à l'auteur pour l'analyse détaillée, maintenant les manifestations bondées et la situation là-bas deviennent plus claires.
    Quant à la reconnaissance, ils la reconnaîtront au fil du temps, lorsque les contours de ce qui doit être reconnu se seront posés, lorsqu'ils auront l'air plus précis. Maintenant, tout ne fait que commencer. J'attends que la Pologne rejoigne l'armée régulière, afin que nous puissions obtenir le corridor terrestre pour poster à Kaliningrad
  6. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 22 janvier 2023 11: 43
    +6
    La violation des frontières de l'URSS était reconnue par tous, malgré l'inconstitutionnalité des accords de Belovezhskaya, leur illégitimité, malgré les accords d'Helsinki sur l'inviolabilité des frontières en Europe, le droit international et autres enveloppes juridiques.
    Exactement cette coque.
    Parce que si c'est au détriment de la Russie, tout le monde reconnaît tout. Et l'empoisonnement des Skripals, et la destruction du Boeing malaisien, et l'explosion des Nord Streams, et d'autres hérésie évidentes.
    Parce que l'Europe et les États-Unis sont fascistes.
    Parce que la russophobie est le seul sentiment immuable que les Occidentaux ont peur de la Russie.
    Mais on ne sait jamais qui et quoi ne reconnaît pas.
    Nous ne reconnaissons pas non plus le droit américain à l'exclusivité, aussi discordant soit-il.
    Les mots ne sont pas aussi importants que les actes.
    L'Iran nous a aidés avec des drones, pas l'Ukraine, comme les Turcs. Et c'est le point principal.
    1. vlad127490 Офлайн vlad127490
      vlad127490 (Vlad Gor) 22 janvier 2023 13: 20
      +6
      Dans les années 1990 du XXe siècle, un coup d'État a été perpétré en URSS par une poignée de princes shtetl, khans, sultans, baies qui voulaient être héréditaires, une infraction pénale a été commise, ils ont déchiré l'URSS en territoires spécifiques .
      La sortie des républiques syndicales de l'URSS n'a été possible qu'avec une décision positive obtenue lors du référendum de l'URSS et la mise en œuvre de la loi de l'URSS du 3 avril 1990 n ° 1409-I «Sur la procédure de résolution des problèmes liés à la sortie de une république unioniste de l'URSS ».
      La Constitution de l'URSS de 1977 a été adoptée par tous les peuples de l'URSS, et seul l'ensemble du peuple de l'URSS pouvait autoriser la sortie de toute république unioniste de l'URSS.
      La sortie des républiques sans référendum national en URSS et le non-respect de la loi du 3 avril 1990 n° 1409-I est une infraction pénale imprescriptible.
      La Russie d'aujourd'hui est le successeur légal de l'ancienne Russie, du royaume moscovite, de l'empire russe et de l'Union soviétique. La succession est inscrite à l'article 67.1 de la Constitution de la Fédération de Russie.
      Il est nécessaire que la Fédération de Russie-Russie, en tant que successeur de l'Empire russe (1917) et de l'URSS (1991), et en tant que propriétaire du territoire de l'URSS, assure à la Russie la propriété de ce territoire à l'intérieur des frontières de 1975 (accords d'Helsinki) par voie législative, unilatéralement.
      La Russie n'a pas transféré, vendu ou donné ses territoires, ainsi que ses avoirs étrangers, aux anciennes républiques soviétiques de l'URSS.
      Tous les événements militaires qui se déroulent sur le territoire de l'ex-URSS entre les républiques sont une guerre civile et sont internes, ils n'ont pas besoin de la reconnaissance des États étrangers.
  7. kalita Офлайн kalita
    kalita (Alexander) 22 janvier 2023 13: 51
    +3
    Oui, t'en fous, le principal c'est que les territoires sont déjà à nous, mais pas tous. Odessa et Kharkov doivent faire partie de la Russie.
  8. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 22 janvier 2023 15: 33
    +6
    mais qu'admettre si le Kremlin lui-même organise toutes sortes de gestes de bonne volonté, organise d'abord des référendums, puis reconnaît les territoires comme russes et les introduit dans la Constitution, puis les laisse en même temps, même des objectifs clairs ne valent pas la peine dans cette guerre (sur la dénazification et autres dé... déjà juste drôle, puisque toute cette politique a conduit à encore plus de nazification et de mélitarisation), Poutine devrait d'abord mettre les choses en ordre dans sa tête
    1. vlad127490 Офлайн vlad127490
      vlad127490 (Vlad Gor) 22 janvier 2023 16: 53
      +3
      Vous avez raison. Il est impossible de vaincre l'ennemi si l'ennemi n'est pas nommé. Je n'ai pas fixé d'objectif. Il n'y a pas de stratégie. Dans la tactique, les extrêmes et la timidité. Il n'existe aucune base juridique permettant à la Fédération de Russie de mener un NWO en Ukraine, c'est-à-dire il n'y a aucune loi qui légiférerait que tout le territoire de l'Ukraine, saisi et arraché par les séparatistes avec l'aide de l'OTAN, est la propriété de la Russie.

      Pourquoi les forces armées RF se sont retirées dans l'article: https://topwar.ru/206569-bol-i-nischeta-rossijskoj-artillerii.html
      Douleur et pauvreté de l'artillerie russe

      Le problème est que deux armées se sont affrontées - l'une de l'époque de la Première Guerre mondiale (c'est russe), la seconde - au niveau de la guerre du Golfe de 1990. Et hélas, la deuxième armée fait vraiment des cauchemars à la première. Et la première n'y peut rien, car la deuxième armée a un énorme avantage : elle voit plus loin et mieux, elle échange plus vite les informations à tous les niveaux, elle est plus mobile.

      Ceci s'applique à tous les types d'armes des Forces armées RF. Les actions de l'état-major général de la Fédération de Russie sont correctes, cela se passe sur la défensive.
      Si vous ne pouvez pas résoudre le problème aujourd'hui sans vous faire de mal, suspendez-le en l'air, créez de l'incertitude, de l'ambiguïté et laissez l'ennemi agir, et vous attendez et rassemblez des forces, votre heure viendra, soyez patient.
  9. Sergey Ivanov_5 Офлайн Sergey Ivanov_5
    Sergey Ivanov_5 (Sergey Ivanov) 22 janvier 2023 18: 16
    +4
    Une des raisons de la méfiance envers la politique hypocrite de la Russie : rappelez-vous l'absurdité que Lavrov a portée, expliquant la raison de la non-reconnaissance du Donbass pendant 8 ans.
    1. En passant En ligne En passant
      En passant (Galina Rožkova) 22 janvier 2023 22: 18
      +2
      Oui, l'élite russe n'allait pas couper quelque chose à l'Ukraine, à la Crimée, et il est parti, parce qu'il le voulait vraiment, et il n'a pas eu le temps de devenir pro-ukrainien, et il était militairement important. Ils l'ont donné, puis ils l'ont repris. Eh bien, quelle autre absurdité porter Lavrov, s'ils ne peuvent pas se comprendre là-bas.
    2. Alexandre Офлайн Alexandre
      Alexandre (Alexander) 23 janvier 2023 20: 46
      0
      Ce non-sens s'appelle "politique".
  10. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 22 janvier 2023 20: 33
    +2
    Avec une telle approche intégrée, il n'y a rien d'étonnant à ce que Téhéran ne soit pas pressé de reconnaître officiellement la perte par l'Ukraine d'une partie de ses territoires et l'ajout de la Fédération de Russie par eux.

    En effet, c'est plus naturel que surprenant. Cependant, il faut reconnaître le fait évident que d'autres pays dans leur grande majorité ne reconnaissent pas les changements territoriaux en cours...
  11. usm5 Офлайн usm5
    usm5 (George) 22 janvier 2023 20: 45
    +4
    Pour être honnête, pratiquement personne ne le reconnaîtra tant que l'Ukraine souveraine existera. Voici la réponse à la question de savoir ce qu'il faut faire pour que les terres annexées soient reconnues comme russes.
  12. Le commentaire a été supprimé.
  13. En passant En ligne En passant
    En passant (Galina Rožkova) 22 janvier 2023 22: 12
    +2
    Merci, excellent article. Mais il y avait d'autres choses, y compris l'escroquerie au grain, en relation avec l'Iran. Au cœur de tout, il y a l'intervention des Anglo-Saxons, diviser pour mieux régner, oui. Et pourquoi devrait-on se précipiter si la Russie elle-même ne s'est précipitée que maintenant, pour des référendums. Tout va s'arranger. Nous devons gagner. Les frontières seront tracées par les gagnants. Personne ne donnera aucune garantie à Poutine. Ils devront être pris avec un combat.
  14. Alexandre Офлайн Alexandre
    Alexandre (Alexander) 23 janvier 2023 20: 45
    0
    L'Orient respecte la force, et pas seulement l'Orient, le monde entier. C'est comme dans l'enfance dans la cour - le plus fort a raison, le plus souvent c'était un salaud de cour. Lorsque nous gagnons et sécurisons la propriété des territoires par une sorte d'acte international, tout le monde admettra, comme, mais il y a, par exemple : un acte de capitulation signé par la partie ukrainienne déclarant qu'elle restitue 75 % de son territoire à la Russie afin de rétablir la justice historique.
  15. pilote Офлайн pilote
    pilote (Pilote) 29 janvier 2023 19: 05
    0
    Et avec qui est Khrouchtchev sur la photo?