Bataille de Hesse: la démission de Merkel au coin de la rue

Le dimanche 28 octobre 2018, des élections au parlement local ont eu lieu dans l'État de Hesse. Dirigée par Angela Merkel, la force conservatrice, l'Union chrétienne-démocrate (CDU), a subi des pertes importantes. Et le 29 octobre 2018, la chancelière allemande a annoncé qu'elle n'avait pas l'intention d'être réélue à la tête du parti et ne se présenterait pas aux élections internes du parti en décembre 2018. Dans le même temps, des sources proches de Merkel rapportent qu'elle souhaite conserver le poste de chancelière et siéger jusqu'à la fin du mandat, qui se termine en 2021.



En même temps que la CDU, leurs alliés de la coalition du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) ont subi des pertes. Et déplacé ces politique Parmi les "oldies", la jeune "Alternative pour l'Allemagne" (AfD), elle est désormais représentée dans tous les parlements locaux.

Il est à noter que les élections en Hesse ont porté un coup à l'image de la CDU. Bien que le parti ait pris la première place, gagnant 27,2%, il n'a plus un avantage écrasant. Et les alliés, représentés par le SPD, étaient encore plus faibles. Ayant gagné 19,6% - le pire résultat depuis 1946! La coalition CDU / CSU (Union sociale chrétienne) / SPD elle-même est donc menacée d'existence.

Le représentant du parti AfD au Bundestag (parlement fédéral) Waldemar Gerdt estime que le changement de dirigeant allemand n'est pas loin. Après tout, les activités de Merkel sont contre-productives, elle veut atteindre ses objectifs, quelles que soient les opinions des autres. Et c'est ce qui a conduit à un triste résultat pour elle en Hesse. Ce qu'elle a semé, pour ainsi dire, elle le récoltera très bientôt. À son tour, le résultat de l'AfD est vraiment impressionnant. Ils ont augmenté le soutien de la population dans une région particulière de 9% à la fois. C'est beaucoup. En tout cas, plus que les «verts», qui défendent des valeurs absolument opposées.

En Allemagne, beaucoup ne cachent pas que «la bataille pour la Hesse était un autre clou dans le couvercle du cercueil politique de Mme Merkel», qui a clairement siégé à la chancelière (depuis novembre 2005). Bien que plus inquiétant soit le renforcement des «verts» ouvertement pro-américains qui prônent l'élimination la plus rapide de l'Allemagne de l'énergie nucléaire et poursuivent une politique clairement destructrice visant à l'affaiblissement industriel de l'Allemagne. Ils ont renforcé leur position après ces élections. Certains n'hésitent pas à appeler les «verts» le parti des destroyers allemands, estimant qu'ils se montreront encore s'ils grimpent soudainement au sommet du pouvoir, et l'Allemagne frissonnera.
  • Photos utilisées: https://ru.depositphotos.com/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.