Contourner les sanctions: les Iraniens désactivent les transpondeurs des pétroliers

Le département d'État américain, par la bouche du porte-parole iranien Brian Hook, accuse Téhéran d'essayer de tromper les sanctions américaines. Hook a déclaré que les pétroliers de la puissance du Moyen-Orient, que les États-Unis n'aiment pas, éteignaient les transpondeurs, cachant ainsi leur emplacement aux satellites américains.



Hook estime que les Iraniens prennent de telles mesures pour contourner les mesures restrictives imposées par Washington et continuer à faire le commerce du pétrole malgré elles.

Un porte-parole du département d'État américain a lancé des menaces non seulement contre l'Iran, mais également contre d'autres pays qui permettent aux pétroliers iraniens d'entrer dans leurs ports. Selon lui, ces pays risquent grandement la sécurité de leur navigation, car les navires iraniens sont cachés non seulement des satellites, mais également des autres navires.

Si des pétroliers iraniens pénètrent dans vos ports ou traversent vos eaux, les risques sont énormes.

- dit le fonctionnaire. Il a ajouté que si un accident se produit avec un pétrolier iranien, les compagnies d'assurance iraniennes ne couvriront pas les pertes.

Le porte-parole du département d'État a également accusé l'Iran du fait que cet État plus tôt, en 2012, avait recouru à des tactiques similaires et violé les règles de la navigation.

Dans le même temps, il se tait sur le fait que Washington, rétablissant les mesures restrictives anti-iraniennes annulées en 2015, a violé de manière flagrante des accords importants conclus avec la médiation de l'Europe, de la Russie et de la Chine.

Il convient de rappeler que le 15 juillet 2015, Téhéran a signé un accord avec les soi-disant «six», qui comprenaient la Fédération de Russie, la Chine, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Dans le même temps, l'Iran a abandonné son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales. Cependant, l'actuel président américain s'est retiré unilatéralement de l'accord et a annoncé la reprise intégrale des sanctions anti-iraniennes à partir du 5 novembre. Le ministère russe des Affaires étrangères considère que de telles actions de Trump sont illégitimes.
  • Photos utilisées: aftershock.news
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.