Centrale nucléaire biélorusse: les Baltes ont décidé de se terminer

La Lituanie, avec une persévérance enviable, fait tout pour qu'en raison de l'incompréhensible politique «Principes» pour nuire à leur l'économie... La Lettonie n'a pas manqué d'en profiter.


Ainsi, la Lituanie proteste contre la construction d'une centrale nucléaire en Biélorussie. La sûreté de l'installation a même été confirmée par l'AIEA, mais Vilnius espère former une coalition anti-biélorusse en Europe pour s'opposer à la construction de la centrale nucléaire. Les autorités lituaniennes se sont par la suite interdites d'acheter de l'électricité bon marché produite par cette centrale. Au même, ils ont essayé d'appeler la Lettonie. Mais Riga a doucement éludé une telle décision.

Ce n'est pas la première fois que la Lituanie se prononce contre la Biélorussie, la considérant comme un "agent du Kremlin". Minsk a refusé de faire transiter les produits pétroliers par le territoire lituanien, préférant la Russie. La Lettonie a également réussi à en tirer un certain bénéfice. Elle a commencé à développer des relations avec la Biélorussie dans le domaine du transport ferroviaire. Le flux de marchandises biélorusses vers les ports de Lettonie a augmenté de 50%, tandis que le port lituanien de Klaipeda est resté en marge. La Pologne est prête à intercepter le reste du transit.

Vilnius pourrait développer des relations économiques avec Pékin, mais même ici, ce n'est pas si simple. Il y a deux ans, la Chine voulait inclure la Lituanie dans son projet de nouvelle route de la soie. Des investissements chinois dans le port de Klaipeda étaient prévus, mais l'accord a échoué. Aujourd'hui, la partie chinoise signe un accord de partenariat avec le port de Riga.

Et en Lituanie, il y a une discussion sur la possibilité de coopérer avec un pays comme la Chine qui ne répond pas aux normes de la démocratie. Auparavant, Vilnius, pour les mêmes raisons, avait refusé d'acheter du pétrole russe moins cher, mais «antidémocratique», et achèterait également du gaz liquéfié américain plus cher mais «démocratique». Pendant ce temps, un habitant sur trois de la Lituanie souffre de pauvreté.

Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Pete Mitchell Офлайн Pete Mitchell
    Pete Mitchell (Peter Mitchell) 12 novembre 2018 17: 27
    +1
    Quand il n'y a pas d'accord entre camarades - ici l'essentiel est de ne pas interférer avec eux, eux-mêmes, tous seuls: ils se querelleront eux-mêmes, ils commenceront eux-mêmes à chier les uns les autres, accords entre supprimer zéro, nous recherchons beaucoup d'exemples dans l'histoire, mais ...
  2. Galar Офлайн Galar
    Galar (Timur) 14 novembre 2018 00: 54
    +1
    le peuple de la Lituanie n'est pas responsable de la schizophrénie des dirigeants, ce sont des non-humains, comme toutes les élites.
  3. Georgievic Офлайн Georgievic
    Georgievic (Georgievic) 1 décembre 2018 01: 46
    0
    L'instinct de la prostituée de change a fonctionné!