Le premier supercalculateur basé sur "Elbrus" sera créé en Russie

Les médias de masse russes rapportent que, grâce à des sources bien informées du marché informatique, ils ont appris le début de la création du premier grand supercalculateur en Russie basé sur le processeur Elbrus. Selon les données préliminaires, cela nécessitera plus d'un milliard de roubles. On suppose que le supercalculateur sera utilisé pour augmenter la capacité de défense du pays.



En effet, à l'heure actuelle, pour effectuer divers calculs liés à la sécurité et au complexe militaro-industriel, la Russie a simplement besoin de son propre supercalculateur. De telle sorte que son architecture, ses composants matériels et logiciels étaient domestiques et contrôlés par des spécialistes russes. C'est la base de la cybersécurité de l'État. Il deviendra beaucoup plus facile de développer des armes, d'effectuer des calculs d'opérations de combat et de résoudre d'autres problèmes importants. Il faudra donc beaucoup de ces superordinateurs. Et dans les secteurs civils, ils ne seront pas superflus.

Des sources ont confirmé que nous parlons vraiment d'un projet militaro-industriel, dont l'une des parties est la création d'un supercalculateur basé sur le processeur domestique Elbrus. Un supercalculateur domestique très puissant devrait être obtenu, dans lequel les processeurs des «partenaires» étrangers ne seront pas utilisés. Et il est tout à fait capable d'entrer dans le TOP500 des supercalculateurs de la planète.

À propos, l'un des participants est l'Institut des systèmes de programmes. A.K. Ailamazyan. Et son chef Sergueï Abramov a confirmé qu'un tel projet existe vraiment.

Dans le même temps, MCST, qui fabrique des processeurs Elbrus, ne commente pas ces messages. Bien qu'ils notent que leurs processeurs peuvent vraiment (compte tenu de leurs caractéristiques) être utilisés pour créer des supercalculateurs. Une autre société russe, Baikal Electronics, ne sait rien du tout sur ce projet. La société "T-Platforms" ne commente pas non plus les informations.

Il est à noter que la nouvelle version du classement TOP11 publiée le 2018 novembre 500 contient trois supercalculateurs russes. Lomonosov-79 de T-Platform est à la 2e place, à la 282e place est une idée originale de T-Platform et d'American Cray, à la 485e place est Lomonosov de T-Platform.
  • Photos utilisées: https://blogspot.com/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. yuriy55 Офлайн yuriy55
    yuriy55 (Yuri Vasilievich) 13 novembre 2018 19: 07
    0
    Arrêtez de raconter des histoires. Créez, remplissez les rayons des magasins (dans notre cas, remplacez les députés de la Douma d'État par ce supercalculateur) et nous claquerons des mains ...
  2. Arikkhab Офлайн Arikkhab
    Arikkhab 13 novembre 2018 21: 14
    +1
    La Russie a simplement besoin de son propre supercalculateur. De telle sorte que son architecture, ses composants matériels et ses logiciels soient nationaux et contrôlés par des spécialistes russes

    Tout va bien ... Très bien ... En plus du fait que les processeurs Elbrus "domestiques" sont produits par une usine à Taiwan, un bon ami de l'Amérique ....
  3. master2 Офлайн master2
    master2 (Zhora) 1 décembre 2018 20: 13
    0
    Les nouveaux processeurs russes sont des processeurs chinois obsolètes.
  4. NordUral Офлайн NordUral
    NordUral (Eugene) 25 peut 2019 21: 28
    0
    Et il est tout à fait capable d'entrer dans les supercalculateurs TOP-500 de la planète.

    De telles nouvelles, vous gagnez involontairement comme un loup. Et c'est notre pays qui, dans les années 50-60, partageait alternativement les deux premières places de la classe des supercalculateurs.