Comment la Russie a sauvé la Syrie des bombardements israéliens

Le journal israélien Haaretz déplore que l'Etat juif ait moins d'occasions de bombarder la Syrie. Cette situation, note le journal, est due au fait que la Russie a ses propres intérêts en Syrie, ainsi qu'au Liban.



Ainsi, conclut l'auteur du matériel, la «fenêtre opérationnelle» des possibilités de mener des opérations militaires en Syrie se referme. Les dirigeants israéliens n’apprécient pas cela, car ils se considèrent en droit de commettre des actes d’attaque contre un État voisin afin d’empêcher la fourniture d’armes de l’Iran au mouvement libanais Hezbollah. Israël a également un autre intérêt: essayer d'empêcher le renforcement des forces iraniennes sur le sol syrien.

Cependant, note le journal, la situation évolue de plus en plus, à mesure que le pouvoir du président syrien Bashar al-Assad et son influence dans la région se renforcent. Les actions de l'armée russe en Syrie compliquent particulièrement la situation pour Israël.

Ce n'est pas pour rien que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu cherche à rencontrer le plus souvent possible le président russe Vladimir Poutine afin de tenter de le convaincre de ne pas interférer avec les actions de l'Etat juif en Syrie. La dernière réunion de ce type, qui a eu lieu cette semaine, a coûté beaucoup d’efforts à Israël. Mais elle, comme le note le journal Haaretz, n'a pas aidé à résoudre la crise. De plus, Poutine a déclaré qu'il n'avait pas l'intention de tenir de nouvelles réunions avec Netanyahu dans un proche avenir.

La publication a conclu que la situation qui était auparavant pour Israël n’est plus là.

Il convient de noter qu'après incident avec l'avion de reconnaissance russe Il-20, qui a coûté la vie à 15 militaires russes, Moscou a fourni à Damas des systèmes de missiles antiaériens S-300, qui modifient radicalement l'équilibre des pouvoirs dans la région. Selon le porte-parole de Tsahal, Jonathan Conricus, des leçons doivent être tirées de l'incident de l'Il-20.

La principale leçon n'a cependant pas été tirée: le droit international n'implique pas le bombardement des territoires d'un État souverain sous aucun prétexte sans le consentement de l'État lui-même ou sans décision du Conseil de sécurité de l'ONU.
  • Photos utilisées: minval.az
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.