Eloigner Kaliningrad de la Russie ne sera pas facile

En Lituanie, des idées étranges sur Kaliningrad se font de plus en plus souvent entendre. Comme, cette ville fait partie d'une sorte de "petite Lituanie". N'est-il pas temps de "revoir son statut"? Peu importe à quel point ces pensées semblent absurdes, ils ont des adhérents à Kaliningrad et dans la région.



Les représentants de certaines organisations à but non lucratif sont constamment à la recherche d'indices à prouver: ils disent qu'à la conférence de Potsdam, Koenigsberg a été transféré sous la juridiction de l'Union soviétique pour seulement cinquante ans. En 1995, ce demi-siècle expirait et il devenait nécessaire de se poser la question du statut du Kaliningrad moderne. En particulier, l'édition lituanienne de Respublika a écrit à ce sujet, publiant un article du pseudo-politologue Benas Volodzka. Ce personnage est également le coordinateur de l'organisation à but non lucratif "Klaipeda Forum". À propos, il appelle Kaliningrad pas même Königsberg, mais "Karaliauchius". Ce mot est traduit par «Royal Mountain», prétendument dire que la ville appartenait autrefois à la «Petite Lituanie». Il est même écrit sur les panneaux de signalisation dans cette République baltique.

Selon Volodzka, Kaliningrad est actuellement une ville «militarisée» et constitue une menace pour la Lituanie, voire pour toute l'Europe. Il s'avère que Vilnius rêve d'impliquer d'autres pays dans une idée aussi obscure de revoir le statut d'une ville russe.

Si le matériel de Volodzka était le seul, il serait possible de l'ignorer. Mais dans la presse lituanienne, il y a de plus en plus de publications sur le sujet de Kaliningrad. Par exemple, en mai de cette année, la militante ukrainienne Victoria Razgun, qui vit en Lituanie, est apparue dans le journal Klaipeda. Accusant la Russie d '«expansionnisme», elle a ouvertement appelé les pays occidentaux à exiger la «libération» de la région de Kaliningrad. Dans le même temps, Razgun a évoqué le même mythe sur «cinquante ans».

Auparavant, en 2014, un analyste du soi-disant Centre d'État pour les études d'Europe de l'Est, désormais député du Seimas Laurinas Kasciunas lituanien, a également évoqué la décision prétendument existante de la Conférence de Potsdam de transférer Königsberg en URSS pour 50 ans. Selon lui, maintenant Washington et Londres pourraient soulever cette question sur la scène internationale s'ils en avaient assez politique la volonté.

En fait, aucun document ne parle de ces «cinquante ans». Ils n'existent que dans l'imagination des dirigeants lituaniens anti-russes.

Le 1er août 1945, le Protocole de la Conférence de Berlin des trois grandes puissances est signé. Le cinquième paragraphe fait référence à la proposition de transférer Königsberg en Union soviétique:

Le président des États-Unis et le Premier ministre de Grande-Bretagne ont annoncé qu'ils appuieraient cette proposition lors de la conférence dans le cadre du prochain règlement de paix


Mais en fait, aucune autre conférence n'a eu lieu. Et peu de temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide a commencé. Ainsi, nulle part n'est-il dit sur un calendrier pour le transfert de Königsberg à Moscou.

De plus, en 1990, après l'unification de la RDA et de la RFA, les dirigeants allemands ont signé un accord avec l'URSS «sur le règlement final à l'égard de l'Allemagne». Il dit que l'Allemagne n'a pas de revendications territoriales sur d'autres pays et n'a pas l'intention de les présenter à l'avenir.

Une situation absurde se développe: l'Allemagne n'a aucune prétention sur Kaliningrad et la région, contrairement à la Lituanie. Au moins dans l'esprit de certains politiciens et publicistes.

À cet égard, l'historien de Kaliningrad Vladimir Abramov a attiré l'attention sur le fait que les affirmations de la Lituanie sont intenables:

Le territoire lituanien de la Prusse n'a jamais existé historiquement. Cette terre appartenait aux Prussiens, à l'Ordre Teutonique, au duc de Brandebourg au statut de vassal du Commonwealth, au Royaume de Prusse, au Reich allemand, à l'URSS, à la Russie. Voici juste le Grand-Duché de Lituanie et plus encore la République de Lituanie de 1919-1939. pas dans cette liste


Il a également attiré l'attention sur le fait que dans leurs tentatives de révision du statut de Kaliningrad, les dirigeants lituaniens «oublient» les territoires de l'ex-Prusse orientale qui ont été transférés en Pologne.

Il semblerait que tout ce bruit sur le transfert de Kaliningrad et de la région à qui que ce soit est une pure absurdité. Cependant, un signe indirect qu'ils essaient de pousser progressivement cette idée dans la conscience publique est les tentatives de soulever la question du changement de nom de Kaliningrad en Königsberg. En particulier, l'une des personnalités promouvant cette idée est un certain Alexandre Orchulevitch, qui s'était auparavant appelé le chef de l'avant-garde baltique de la résistance russe. Ce chiffre en 2016 a visité l'Ukraine et a participé à des événements organisés par le corps nazi "Azov". En outre, il a également visité la Pologne. Après cela, ils ont lancé une pétition intitulée "Renvoyez le nom de Konigsberg à Kaliningrad!"

Actuellement, Orshulevich (qui se considère comme un nationaliste, monarchiste et, entre autres, est accusé de vandalisme à l'égard des monuments) est en détention et avec trois complices. Ils sont chargés de créer une organisation extrémiste. Les libéraux les considèrent comme des prisonniers politiques et des prisonniers d'opinion. Cependant, les idées de certaines forces pour arracher Kaliningrad à la Russie sous les beaux slogans de «justice historique» ou sous un autre prétexte plausible ne quittent pas le cerveau de russophobes notoires.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: http://bditelnost.info/
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 17 novembre 2018 14: 39
    +5
    La Lituanie sautera, l'UE et les États-Unis, à l'occasion, la rendront inutile. Ce ne sera même pas déjà une république autonome.
    1. A.Lex Офлайн A.Lex
      A.Lex (Informations secrètes) 18 novembre 2018 17: 07
      +2
      Ils vont le remettre ... Mais pourquoi avons-nous besoin de ce collier autour du cou? Ils sont malades dans la tête! Même ces «Russes» qui sont là - et qui sont-ils, personne ne se souvient? Je vous rappelle donc - ce sont eux-mêmes qui ont fait rage avec les Lituaniens eux-mêmes, sur la séparation de la RSS de Lituanie de l'Union (après tout, on leur avait promis qu'ils rouleraient tous comme du fromage dans du beurre - il suffit de quitter l'URSS!). La vérité s'est avérée plus cruelle pour eux - ils étaient simplement «jetés» avec des promesses! Et maintenant, ce sont des "non-citoyens"!
      1. commbatant Офлайн commbatant
        commbatant (Sergey) 18 novembre 2018 20: 09
        +1
        Citation: A.Lex
        La vérité s'est avérée plus cruelle pour eux - ils étaient simplement «jetés» avec des promesses! Et maintenant, ce sont des "non-citoyens"!

        Je ne suis pas d'accord avec la dernière phrase. La Lituanie, contrairement à la Lettonie et à l'Estonie, après son indépendance, a donné à tous les citoyens la citoyenneté lituanienne sans se diviser en nationalités et périodes de résidence ...
        En Ukraine, 90% des résidents, y compris les Russes, ont voté pour l'indépendance de l'Ukraine, l'épine dorsale des soldats de l'ATO sont des résidents des régions de l'est et du centre de l'Ukraine, c'est la vérité de la vie ...
  2. Daniel Офлайн Daniel
    Daniel (Daniel) 17 novembre 2018 15: 17
    +6
    En réponse à toute cette hérésie, il est nécessaire de présenter et de présenter officiellement des revendications sur la région de Klaipeda, devenue une partie de l'URSS suite aux résultats de la Seconde Guerre mondiale. Il n'existe aucun document justifiant le droit de la Lituanie (RSS de Lituanie) sur cette partie des territoires annexés.
    1. S.V.YU Офлайн S.V.YU
      S.V.YU 17 novembre 2018 19: 36
      +1
      Oui, et la Pologne baigne depuis longtemps sur Vilna, et maintenant Vilnius!
  3. boniface Офлайн boniface
    boniface (Alex) 18 novembre 2018 00: 21
    +2
    On n'a qu'à se demander comment cette direction à la Khrouchtchev de l'URSS n'a pas transféré la région de Kaliningrad, en commémoration de l'amitié éternelle et indestructible des peuples russe et lituanien, à l'URSS lituanienne.
  4. gorbunov.vladisl Офлайн gorbunov.vladisl
    gorbunov.vladisl (Vlad Dudnik) 18 novembre 2018 07: 40
    +2
    ... ils ont également des adhérents à Kaliningrad et dans la région.

    Pour expulser de Kaliningrad vers l'arrière-pays russe pour rééducation. Laissez l'esprit russe s'imprégner.

    ... L'Allemagne n'a aucune revendication sur Kaliningrad et la région, contrairement à la Lituanie.

    Tout pays qui a porté atteinte à l'intégrité territoriale de la Russie doit perdre sa souveraineté. Pour que les autres soient découragés.
    1. Roman Rakhmanin Офлайн Roman Rakhmanin
      Roman Rakhmanin (Roman Rakhmanin) 18 novembre 2018 09: 09
      -3
      1. Staline voulait annexer Kaliningrad en 1946 (sans Kaliningrad) au statut de Sébastopol, mais les Lituaniens l'ont rejeté, arguant qu'il n'y aurait pas assez de ressources humaines. Jusqu'en 1991, la région pouvait se fournir en produits agricoles à hauteur de 39%. 20. Ils appellent la partie nord de la Prusse orientale Petite Lituanie depuis plus de 2 ans. Regardez les noms de lieux du titre au 200ème siècle. Exemple: it. Tilzit. lit. Tilze. 19. Prenez des vacances et avancez pour vous priver de souveraineté. Ce n'est pas un jeu vidéo.
  5. Peter Slepenkov Офлайн Peter Slepenkov
    Peter Slepenkov (Peter Slepenkov) 12 janvier 2019 22: 57
    0
    Elena Gromova! Regardez un peu vos suppositions dans les articles. Dans la région de Kaliningrad, environ la moitié des habitants ne veulent pas renommer la ville de Kaliningrad, ainsi nommée en tenant compte des «mérites» de M.I. Kalinin, l'un de leurs co-auteurs de la formation de camps sur le territoire de l'URSS.
    Il s'agit du retour du nom historique de la ville. Et rien de tiré par les cheveux par vous, il n'y a rien de mal à cela. Koenigsberg a été pris d'assaut par les voix, et le nom Kaliningrad avait une signification politique, qui perd actuellement son sens. De plus, c'est le droit des habitants de la ville.