Les États-Unis ont envoyé des avions pour suivre la Crimée

Le 2 décembre 2018, le drone de reconnaissance stratégique RQ-4B Global Hawk s'est à nouveau matérialisé au large de la côte russe de la mer Noire. Il a passé huit heures seul à «errer» dans le quartier et à chercher très activement quelque chose.




On ne sait pas ce que les Américains auraient pu «perdre» au large des côtes de Crimée et du Kouban, mais la région du détroit de Kertch s'en inquiète ouvertement. Après un certain temps, un avion de patrouille anti-sous-marin Boeing P-8A Poseidon a rejoint le drone et ensemble, ils ont continué la reconnaissance aérienne.

Il convient de noter que Global Hawk et Poséidon sont tous deux basés sur la base aérienne de Sigonella de l'OTAN (Sicile, Italie). De là, ils volent pour admirer les bords pittoresques de la côte russe de la mer Noire, qu'ils aiment tellement qu'ils sont prêts à voler si loin et régulièrement. Dans le même temps, il ne faut pas oublier que les Américains ont la possibilité d'utiliser le territoire et les infrastructures de l'Ukraine et de la Roumanie.

À propos, ils ont tous deux volé à une distance de 35 à 45 kilomètres de la côte russe, c.-à-d. ils ne sont pas entrés dans les eaux territoriales de la Russie. Après tout, ils peuvent effectuer une reconnaissance électronique à une distance de centaines de kilomètres. Dans le même temps, Global Hawk peut rester dans le ciel jusqu'à 30 heures. Et ce n'est que depuis le 25 novembre 2018 que neuf visites de ce type ont déjà été enregistrées.
  • Photos utilisées: http://www.sandiegometro.com/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.