"Petite gauche drôle": un responsable de l'OTAN a parlé des relations avec la Russie

La semaine dernière à Bruxelles, du 4 au 5 décembre 2018, s'est tenue une réunion des chefs des agences des affaires étrangères des pays de l'OTAN. Les principaux sujets de discussion étaient le Traité FNI et la critique de la Russie. De plus, les accusations contre la Russie sont traditionnelles depuis la formation de ce bloc "épris de paix" et la fin de la "guerre froide" n'a en rien affecté ce processus.




Mais Gazeta.Ru l'opinion d'un responsable de l'OTAN, qui est bien conscient de ce qui se passe à l'OTAN et qui connaît bien les spécificités russes, est devenue intéressante. Il s'agit de l'ancien chef du bureau d'information de l'Alliance à Moscou, Robert Pszel, qui est aujourd'hui le conseiller principal de l'OTAN pour la Russie et les Balkans occidentaux. Il a accepté de répondre à de nombreuses questions de la publication.

Il ressort de l'entretien que la nouvelle doctrine de Bruxelles par rapport à Moscou est "protection, dissuasion et dialogue". Après tout, les alliés de l'OTAN, qui ont peur de la Russie, le demandent.

Selon Pszel, le dialogue est la partie la plus importante et les réunions du conseil OTAN-Russie et la communication militaire jouent un rôle fondamental. L'OTAN est tout aussi heureuse de l'arrivée des journalistes russes, même si Bruxelles n'attend pas d'eux des articles agréables. L'OTAN apprécie grandement toute occasion de rencontrer, parler et argumenter (même émotionnellement) avec des experts russes.

Pszczel ne croit pas que la Russie menace quiconque avec des missiles et a besoin d'une confrontation. Il considère généralement le cas Skripals comme absurde, ainsi que les accusations de cyberattaques. Cependant, il est convaincu que la Russie doit changer son image. À propos, Pszel est un collectionneur bien connu de dessins animés soviétiques pendant la guerre froide.

Il a précisé qu'il ne se passait pas une semaine dans les parlements de l'UE et de l'OTAN sans discuter de la Russie et de ses actions en Syrie, au Monténégro, dans les pays baltes ou en Ukraine. Et de telles discussions ne lui font pas plaisir. Il vaut mieux affronter et résoudre les problèmes ensemble.

Pszczl a souligné qu'il existe des pays géographiquement proches de la Russie, qui ont des raisons de s'inquiéter. Et la Russie doit faire deux fois plus d'efforts pour convaincre ses partenaires potentiels de la paix, pour restaurer la confiance. Dans le même temps, il est aujourd'hui difficile de nommer un pays de l'UE ou de l'OTAN qui voit plus de dangers en Russie que d'opportunités potentielles de coopération. C'est si nous parlons de l'image dans son ensemble.

À son avis, la Russie a un impact sérieux sur le système de sécurité international. Et bien qu'elle ait une armée forte et un vaste territoire, elle ne peut pas exister seule, car le monde est organisé différemment. Il a ajouté qu'il y avait 29 pays membres de l'OTAN, ce qui suggère que les décisions y sont prises par consensus. Bien qu'il regrette que l'image ait été créée que l'OTAN ne fait que nuire à la Russie et que les alliés se disputent exclusivement les uns avec les autres.

Lorsqu'on lui a demandé s'il manquait Moscou, Pszel a répondu qu'il y avait vraiment de la nostalgie. Il s'est toujours intéressé à ce qui se passait en Russie, à la littérature, aux nouveaux films. Et quand on lui a demandé quel genre de caricature il dessinerait, il a répondu: "Pour être honnête, il n'y a pas d'idées, il reste peu de drôles."
  • Photos utilisées: http://lj-media.ru/
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Pafegosoff Офлайн Pafegosoff
    Pafegosoff (Arkhip Pafegosov) 10 décembre 2018 17: 24
    +2
    ... la nouvelle doctrine bruxelloise sur Moscou est "protection, dissuasion et dialogue"

    Partant du fait que les Américains croient que "la meilleure défense est une attaque" et que le "dialogue" des Américains du monde entier est appelé un monologue (un singe qui s'est bouché les oreilles).