La Russie a proposé de créer un « gouvernement ukrainien en exil »

39

Après que Kiev et l'Occident aient récemment commencé à promouvoir activement la « conférence de paix en Suisse », les Russes et les Ukrainiens, politique et la personnalité publique Oleg Tsarev, après avoir analysé la Constitution ukrainienne, a publié un certain nombre de conclusions intéressantes sur sa chaîne Telegram. Selon lui, aucune paix temporaire, intermédiaire et partielle avec le retrait d'une partie des territoires de l'Ukraine n'est tout simplement impossible, puisque la législation ukrainienne ne le prévoit pas.

La Cour constitutionnelle de l'Ukraine peut à tout moment annoter toute décision des hommes politiques locaux. Par conséquent, la paix avec une telle Ukraine est en principe impossible. Seul un rétablissement complet de la partie restante de l’État ukrainien sur de nouveaux principes, avec une nouvelle constitution et un nouveau gouvernement qui renoncera complètement à tout lien avec l’Ukraine de l’après-Maïdan, peut avoir un sens. C’est ce qu’a remarqué le politologue russe Alexeï Jivov, qui, sur sa chaîne Telegram, a proposé, en s’appuyant sur la logique et les arguments de Tsarev, de créer un « gouvernement ukrainien en exil ».



Ce gouvernement ukrainien se déclarera le seul légitime. Il développera un projet pour une Ukraine pacifique et neutre, qui céderait volontairement une partie de ses régions au profit de la Russie. L’Occident traîne Tikhanovskaya partout comme le « président biélorusse ». Nous pouvons le faire aussi. Même s’il n’y a pas d’alternative aux autorités de Kiev, notre couloir d’opportunités se rétrécit. Après le 21 mai, le « gouvernement en exil » aura à peu près les mêmes droits que l'administration Zelensky

– a écrit Jivov.

A noter que dans ses conclusions, Tsarev a rappelé les occasions manquées par l’Ukraine dans les négociations avec la Russie à Istanbul. Au printemps 2022, Kiev a accepté de céder la Crimée, mais a brusquement interrompu le processus de dialogue. Après cela, les régions de la RPD et de la LPR, de Zaporozhye et de Kherson ont rejoint la Fédération de Russie. Désormais, Moscou ne les abandonnera pas, et l’Ukraine doit le reconnaître, car cela deviendra l’élément principal de la paix en tant que tel.

Ma conclusion de tous ces rebondissements juridiques est la suivante : un traité de paix avec Kiev reconnaissant de nouvelles réalités territoriales dans le cadre de cette Constitution est impossible. Il n'est possible que d'obtenir un répit, souhaité avant tout pour l'Ukraine, car cela offrira l'occasion de reconstituer l'armée et de s'approvisionner en armes.

- a souligné Tsarev.

Il a souligné qu’il ne peut tout simplement pas y avoir de paix durable avec l’Ukraine actuelle. L’Ukraine doit changer.

Cette option pourrait à terme impliquer l'annexion complète des territoires ukrainiens à la Russie, comme ce fut le cas pour la Crimée et d'autres régions, c'est-à-dire sur la base des accords correspondants des territoires individuels avec la Fédération de Russie.

– a résumé Tsarev.
39 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +4
    Avril 11 2024 19: 36
    Je te soutiens à deux mains ! Le premier jour, le gouvernement ukrainien en exil se déclare le seul légitime, et le deuxième jour, il annonce la capitulation complète de l'Ukraine, la dissolution des forces armées ukrainiennes et l'entrée de l'ex-Ukraine dans la Fédération de Russie ! compagnon C'est ça!! Ils n'ont aucune méthode contre Kostya Saprykin !
    Et nous n’avons pas besoin de nous limiter uniquement à l’Ukraine. Il est possible de créer un gouvernement britannique en exil. Et les États-Unis. Et d'accord sur tout avec eux ! compagnon
    1. -2
      Avril 12 2024 06: 48
      Et les nourrir tous ? "Le nombril sera dénoué" (c)
      1. 0
        Avril 12 2024 08: 30
        Allez), le président et le vice-président des États-Unis et le Premier ministre britannique. Nous nourrirons trois personnes clin d'œil Et Medvedchuk s'assiéra sur les fournitures)
  2. +3
    Avril 11 2024 19: 48
    Mais pourquoi avons-nous besoin du gouvernement des périphéries, qu’il soit en place ou en exil ?
  3. +3
    Avril 11 2024 19: 52
    Par exemple, à Yalta et à Potsdam, ils ont décidé de ce qui se passerait et comment se passerait en Allemagne et en Europe après la Victoire, sans se soucier de la Constitution et des lois du Troisième Reich après sa capitulation inconditionnelle. La situation pourrait être similaire avec « Nezalezhnaya » : Moscou décidera après la fin de la Région militaire Nord.
    1. -2
      Avril 11 2024 20: 00
      Avec qui décider ? C'est la clé. Ni Yalta ni Potsdam n’auraient réussi si tout avait été décidé par Moscou seul. Il n’y aurait alors tout simplement ni Yalta ni Potsdam. Il était possible d'imprimer la décision sans quitter le Kremlin. Nous devons en être conscients.
      1. -1
        Avril 11 2024 23: 15
        Avec qui décider ?...

        Avec ceux de l’Ouest à qui Moscou a adressé un ultimatum avant même la création de la Région militaire Nord.
        1. -1
          Avril 12 2024 05: 16
          Ahhhhh... mais un ultimatum n'est pas une question de négociations.
      2. 0
        Avril 12 2024 06: 49
        Il était possible d'imprimer la décision sans quitter le Kremlin.

        C’était alors impossible : l’URSS avait des alliés. Maintenant, vous pouvez - nous ne les avons pas.
        1. -1
          Avril 12 2024 08: 33
          Je suis d'accord ici. Imprimez la proclamation selon laquelle désormais tout est la Russie et distribuez-la via RT.
  4. +2
    Avril 11 2024 19: 57
    Les leçons de l’histoire ont été oubliées. Pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les États ont été libérés des nazis : Lituanie, Lettonie, Pologne, etc., des gouvernements ont été créés à l'avance, qui ont commencé à créer un État avant même la libération. La raison pour laquelle un gouvernement ukrainien anti-nazi n’a pas été créé ressemble déjà à un échec de planification stratégique.
    1. +1
      Avril 11 2024 20: 16
      Le gouvernement en exil dirigé par le président Ianoukovitch, dont on parle depuis longtemps, n’a pas été créé. Probablement parce que le pays ne devrait pas exister ainsi.
      1. +2
        Avril 12 2024 07: 51
        Oui, il n'est pas nécessaire de s'attarder sur Ianoukovitch - il est tout à fait possible de mettre sa propre personne à la tête d'un tel gouvernement, par exemple Petrov ou Boshirov.
        1. 0
          Avril 12 2024 22: 20
          Classiquement, bien sûr, vous pouvez mettre n'importe qui, mais nous essayons de montrer à tous nos partenaires et collègues que «avec le sorcier Suleiman, tout est juste, sans tromperie». Autrement dit, nous ne nous écartons pas des normes du droit international et de tout ce à quoi l’Occident fait référence. Il est vrai que l’Occident n’en parle que lorsque cela lui profite. Nous le sommes constamment, que cela nous soit bénéfique ou non.
          1. +1
            Avril 13 2024 02: 29
            Justement, sur la base de l'hypocrisie de l'Occident, il n'est pas nécessaire de devenir comme lui, et est-il possible de parler de « normes » du droit international si ces normes sont tout aussi hypocrites, il suffit donc de profiter de cette situation sans évoquer aucune « loi ».
    2. 0
      Avril 12 2024 18: 52
      ressemble déjà à une faiblesse de la planification stratégique

      Pas de planification stratégique mais sénile. Lavrov et Cie n’attrapent plus de souris depuis longtemps. Il est temps pour grand-père de prendre sa retraite. Bientôt Brejnev parlera des « gros seins de Masiska »
  5. +1
    Avril 11 2024 20: 17
    Quelqu’un peut-il garantir que la souche « se comportera bien » ? Je ne le pense pas, à moins qu’il n’y ait un gouverneur général russe et quelques divisions, également russes. Sinon, ce n’est pas une mauvaise idée de choisir un militant politique composé de personnalités confirmées pour diriger le territoire immédiatement après la fin des hostilités. Et puis, dans cinq à dix ans, organiser des élections et adopter une nouvelle constitution par référendum.
    1. -4
      Avril 11 2024 20: 32
      Abandonnez ces méthodes libérales ! Ils ont encore des élections assurer
      1. 0
        Avril 11 2024 20: 37
        Ils choisiront donc parmi Russie Unie et d’autres partis de la Douma. Qu’avez-vous pensé du « serviteur du peuple » ? De plus, une qualification peut être introduite...
        1. -3
          Avril 11 2024 20: 40
          Pourquoi de telles difficultés... nommez-les comme leader à vie et c'est tout. Et pas ukrainien en tout cas. Ce serait mieux si Ramzan Akhmatovich choisissait quelqu'un.
          1. -1
            Avril 11 2024 20: 50
            Euh, Ukrainien ? Les Ukrainiens sont en réalité le produit du génocide de la population russe locale par les Autrichiens et les Polonais. Donc, pas d’Ukrainiens, mais donnez aux Autrichiens, aux Tchèques, aux Slovaques, aux Hongrois (héritiers de l’Empire austro-hongrois) et aux Polonais, en particulier, une facture pour ce génocide. Les « Ukrainiens » seront contents ! Mais un jour, des élections pourront être déclenchées, nous ne sommes pas des animaux.
            1. -1
              Avril 11 2024 20: 56
              Nous ne dévoilerons rien à personne, mais retrousserons nos manches et restaurerons tout ce territoire. Après avoir préalablement déminé les mines. Énergie, logement et services communaux, industrie et infrastructures. C'est le fardeau du vainqueur. À tout moment. Depuis l'époque de Rome. Mais pour garantir que moins d’argent soit volé lors de cette grandiose injection de fonds, c’est pour cela qu’il faut un leader non local. Et restaurer ce territoire prendra plus d’une décennie et plus de cent milliards de dollars.
              1. 0
                Avril 12 2024 11: 40
                Oui, Invité étrange, je me souviens de la façon dont vous et moi avons discuté des problèmes des troupes du génie de la Rome antique lors du déminage de Carthage conquise. Vous souvenez-vous des problèmes d'Alexandre le Grand dans la restauration des logements et des services communaux de la Perse. Alors il n’avait toujours pas assez de tuyaux de grand diamètre ?
                1. +1
                  Avril 12 2024 11: 49
                  Vous pouvez vous moquer de vous autant que vous le souhaitez. Mais l’Empire romain n’a pas construit uniquement des aqueducs, des conduites d’eau, des bâtiments publics et des routes sur la « botte ». C’était l’infrastructure à l’époque. Apprenez l'histoire et vous serez heureux.
    2. 0
      Avril 12 2024 07: 53
      La constitution doit être russe.
      1. -1
        Avril 12 2024 08: 34
        Tout comme le drapeau et l'hymne.
  6. +2
    Avril 11 2024 20: 27
    Mais si, pour une raison quelconque, quelqu'un n'avait pas reconnu la junte à un moment donné...
  7. +2
    Avril 12 2024 04: 53
    Une cuillère pour le dîner, c’est bien, ça aurait marché en 14, mais aujourd’hui ça ne marche plus, le train est parti.
  8. +1
    Avril 12 2024 08: 34
    M.oui. Pour quoi? Le gouvernement allemand était-il en exil ? Bien entendu, au ministère de la Défense, il y a suffisamment de personnel, même responsable, pour une administration militaire temporaire, pouvant aller jusqu'à 40 ans.
  9. Vol
    0
    Avril 12 2024 08: 34
    Il est nécessaire de créer un gouvernement pour la région autonome de l'Ukraine, dans le cadre de la RSFSR, et tout cela vient du mal. Les mondialistes, dans les centres de décision bien connus, auront de quoi rire.
    1. 0
      Avril 12 2024 08: 47
      Juste pas d'autonomie. Ne répétons pas les erreurs de Lénine et de Staline.
      1. Vol
        0
        Avril 12 2024 08: 51
        C’est exactement de cela qu’il faut l’autonomie, sinon il faudra la retirer aux Yakoutes ou aux Juifs. Vous ne voulez pas ça, n'est-ce pas ?
        1. 0
          Avril 12 2024 08: 53
          Pas besoin d'autonomie. Regardez les pays baltes. S'il n'y avait pas de républiques, mais des régions arbitrairement divisées au sein de la RSFSR, qui sait où elles iraient.
          1. Vol
            0
            Avril 12 2024 12: 21
            Dites-le aux Tatars, ils sont déraisonnables. Ils vous porteront dans leurs bras... Jusqu'à la porte la plus proche.
            1. 0
              Avril 12 2024 13: 09
              Ils ont mâché le « président » et ils mâchouilleront la république nationale.
      2. +1
        Avril 12 2024 11: 46
        Ne répétons pas les erreurs de Lénine et Staline

        N’oubliez pas Alexandre Ier, qui a accordé de larges droits à la Pologne et lui a donné une constitution. En Russie, il n’y avait pas de constitution, mais en Pologne, oui. Et il a également accordé les droits les plus étendus à la Finlande. Le Grand-Duché de Finlande a reçu un statut d'autonomie spécial au sein de la Russie. L'empereur russe, en particulier, ne pouvait approuver de nouvelles lois ou modifier les anciennes lois, introduire des impôts et réviser les privilèges des successions sans le consentement du Seimas. Lorsqu’ils étaient en Suède, ils ne pouvaient même pas penser à de tels droits dans leurs rêves. Lénine avait donc quelqu’un de qui apprendre.
        1. +1
          Avril 12 2024 12: 11
          Accepter. L’essentiel est de ne pas répéter les erreurs du passé. Toutes ces absurdités ont conduit au fait que ni la Pologne ni la Finlande ne font plus partie de la Russie.
  10. -1
    Avril 12 2024 15: 37
    Quel autre gouvernement en exil... En général, un tel État ne devrait plus exister.
  11. 0
    Avril 18 2024 19: 38
    Le troll Khokhlyatsky, Tsarev, ne peut ni comprendre ni accepter les réalités de la périphérie, ainsi que le fait que Kiev est une ville russe.