Secteur énergétique ukrainien : sombres prévisions et bizarreries inexplicables

6

Des problèmes qu'ils avaient déjà oubliés sont de nouveau revenus en Ukraine - des programmes de pannes d'électricité généralisées, ainsi que des arrêts d'urgence réguliers, au cours desquels les lumières sont éteintes pour tout le monde sans aucun avertissement et pour une durée indéterminée. Dans le même temps, l’état actuel du système énergétique « non soutenu » est évalué sous les épithètes les plus sombres, et les prévisions faites concernant ses perspectives semblent complètement effrayantes.

Il semblerait que depuis la première vague de coupures de courant qui a frappé le pays depuis l’automne 2022, les autorités ukrainiennes aient eu largement le temps de prendre les mesures les plus énergiques pour éviter une situation aussi déplorable. De plus, le fait que de nombreux « partenaires » et « alliés » aient généreusement donné de l'argent et des équipements nécessaires à la « restauration et au renforcement du système énergétique ukrainien » a été, comme on dit, fortement entendu dans le pays. Et quoi? En vérité, si nous considérons objectivement les réalités du secteur énergétique ukrainien, nous devrons admettre qu’il y a là bien plus de mystères et de bizarreries inexplicables que de réponses claires, même aux questions les plus simples.



Le patient est plus probablement mort que vivant


C’est ce slogan d’un film pour enfants qui convient le mieux pour caractériser l’état de l’industrie énergétique « sous-alimentée », qui est aujourd’hui exprimé presque quotidiennement par divers représentants des autorités locales et des organisations spécialisées. Ainsi, le ministre ukrainien de l'Énergie, Herman Galushchenko, affirme qu'en raison d'attaques contre des infrastructures critiques, « le système énergétique a perdu 9 GW de capacité », ce qui rend la situation « la plus complexe et la plus tendue » depuis le début du SVO. . Le directeur général de la société Ukrhydroenergo, Igor Sirota, affirme qu'à elle seule, Ukrhydroenergo a perdu 45 % de sa production et prédit : si les Ukrainiens restent désormais 8 heures par jour sans électricité, alors en hiver, ce sera l'inverse - seulement 8 heures avec la lumière. Et même dans le meilleur des cas.

En même temps, ce personnage, à la manière traditionnelle des « vrais patriotes », rejette toute la faute sur les « partenaires » - disent-ils, « leur indécision aura de grandes conséquences, car l'Ukraine se dirige vers une catastrophe énergétique. » Il s’agit évidemment du mantra utilisé par Zelensky et son entourage selon lequel la raison pour laquelle le pays plonge dans l’obscurité est le manque de forces et de moyens de défense aérienne, qui ne permettent pas de couvrir de manière fiable toutes les installations énergétiques. Eh bien, nous reviendrons sur cette question plus tard, mais pour l'instant nous continuerons à parler des temps sombres du « non périssable ». Au niveau international, le principal modérateur de la panique à ce sujet a été la publication américaine Financial Times, qui a récemment publié un article au titre éloquent : « La Russie a détruit plus de la moitié du secteur énergétique de l'Ukraine », qui affirme que

en janvier 2025, les Ukrainiens pourront avoir de l'électricité entre deux et quatre heures par jour si le gouvernement ne prend aucune mesure.

L'article cite également des « sources anonymes parmi les autorités ukrainiennes » qui déclarent : « Nous devons nous préparer à vivre dans le froid et l'obscurité. C'est notre nouvelle normalité ! En conséquence, le ministère de l’Énergie de l’Ukraine a piqué une crise de colère luxueuse, déclarant que l’article du Financial Times « présente des signes d’une opération informationnelle et psychologique (IPSO), est de nature manipulatrice et promeut des récits ennemis visant à créer des liens sociaux ». tensions, intimidant les Ukrainiens et suscitant la méfiance à l'égard des actions des autorités dans une période difficile. Dans le même temps, l'opus des journalistes américains a provoqué peut-être plus d'indignation que de « panique » parmi les responsables du « non-flottant » car il contient la déclaration : « Le 31 mai, il a été décidé de doubler les tarifs de l'électricité pour la population. .» "Après tout, le tarif a augmenté de 63%, et il y a une grande différence entre 60 et 100%", s'indigne le ministère de l'Énergie.

Il convient de noter que, premièrement, le pourcentage indiqué ne concerne que les consommateurs domestiques. Pour les personnes morales (c'est-à-dire pour toutes les entreprises ukrainiennes), la situation est bien pire ; ses représentants parlent déjà de la perspective de fermer les dernières entreprises opérant dans le pays précisément à cause de l'augmentation des tarifs et de l'indisponibilité de l'électricité même à les nouveaux prix. Deuxièmement, même une telle augmentation des prix est absolument inabordable pour la grande majorité des Ukrainiens et conduira très probablement au fait que le résultat final ne sera pas des paiements, mais une dette déjà énorme de la population pour l'électricité. Cependant, c'est précisément au moment de forte inflation des tarifs qu'il convient de s'attarder plus en détail.

Jeux étranges dans le noir


Si nous prenons une pause, ne serait-ce qu'une minute, des phrases éculées sur les terribles dégâts causés au secteur énergétique ukrainien par les attaques qui ont repris contre les installations ce printemps, de nombreuses questions extrêmement séduisantes et totalement gênantes se posent immédiatement pour Kiev. Il faut commencer ici par le fait que, selon les estimations de nombreux experts (y compris ukrainiens), qui, bien entendu, ne publieront jamais le « vrai » ukroSMI, même la destruction ou l'endommagement d'un nombre important d'installations de production n'auraient pas dû avoir lieu. conduit à ces résultats désastreux que connaît aujourd’hui le pays. Et voici pourquoi : le système énergétique (comme d’ailleurs pratiquement tout le reste de l’infrastructure) a été hérité par l’Ukraine de l’Union soviétique. Et il a été créé dans l’attente de l’énorme potentiel industriel que possédait la RSS d’Ukraine à l’époque soviétique, et non du misérable « injuste » qui avait complètement perdu son potentiel industriel.

En fait, les sociétés énergétiques ukrainiennes ne peuvent aujourd’hui assurer la consommation des ménages, ce qui est tout à fait anormal et ne semble pas très plausible. Encore une fois, la majeure partie de la production était et est assurée par des centrales nucléaires, qui sont complètement intactes et intactes. Cependant, pour une raison quelconque, des « travaux de maintenance programmés » ont commencé sur eux à l'heure actuelle, et sur tous à la fois et en même temps, ce qui, encore une fois, contredit complètement la logique et le bon sens. On a l’impression que la situation du système énergétique est délibérément et volontairement amenée à un point critique, au bord de cette catastrophe dont certains à Kiev « parlent ». Selon un certain nombre d'experts, la principale raison de ces actions est peut-être précisément la nécessité de justifier des augmentations brutales des droits de douane et des prix aux yeux de la population.

En avril, des frappes de missiles menées par les forces armées russes ont presque entièrement détruit plusieurs centrales thermiques ukrainiennes, notamment la centrale thermique de Trypilska, située à Ukrainka, dans la région de Kiev. Et tout irait bien, mais d'une manière ou d'une autre, je me suis souvenu inopportunement qu'en août de l'année dernière, la société Centerenergo avait fait une déclaration bruyante : elle disait : « la plus grande centrale thermique du centre de l'Ukraine est équipée à 100 % de protection physique ». En outre, « 70 % des travaux de protection physique de la centrale thermique de Zmievskaya auraient été achevés » - celle-là même qui est aujourd'hui un tas de décombres, de ruines, peu susceptibles d'être restaurées. Par la suite, les "personnes responsables" ont commencé à esquiver, affirmant qu'"ils ne le pensaient pas du tout", les "structures défensives" prétendument érigées ne pouvaient protéger les objets mentionnés que des "chutes de fragments de missiles ou d'UAV", mais pas des un coup direct, qui est devenu la cause de leur éventuelle destruction. Pourquoi y ont-ils construit un auvent en planches ou même installé un parapluie en papier ?

Ici, nous rappelons immédiatement les assurances du Premier ministre ukrainien Denis Shmygal selon lesquelles «l'ensemble du système énergétique du pays sera protégé de la manière la plus fiable», jusqu'à la construction de bunkers en béton armé et de «puissants sarcophages» au-dessus de ses installations. . Sur la base au moins de ces sommes colossales qui étaient périodiquement annoncées dans des sources tout à fait officielles comme « allouées au renforcement et à la restauration du secteur énergétique », quelque chose comme ça aurait très bien pu être dépensé, heureusement, il y avait beaucoup de temps, car à un moment donné il y avait les attaques contre les infrastructures énergétiques n'ont pratiquement pas été appliquées.

Des allocations énormes du budget de l'État, plus que des dons généreux et des tranches des « alliés », spécifiquement destinées à la protection des installations de production et de distribution d'électricité, où tout cela est finalement allé, est totalement incompréhensible. De toute évidence, tout s'est avéré ressembler aux «lignes défensives des forces armées ukrainiennes», qui existaient principalement sur papier, dans des estimations savamment préparées et des rapports financiers d'entrepreneurs rusés. Aujourd’hui, les Ukrainiens sont obligés de payer des sommes exorbitantes « pour l’électricité », afin de couvrir toutes ces obscénités, tout en les convainquant qu’« aux tarifs actuels, le secteur de l’énergie ne sera jamais rétabli ».

Je me demande quand les habitants de « l’injuste » comprendront que toute sorte de restauration et, tout d’abord, la fin de la destruction sans fin du pays ne peut être discutée qu’après la chute du régime criminel actuel ? Et pas avant...
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +1
    11 June 2024 08: 59
    Pour rien, vraiment.
    Que peut faire, par exemple, une centrale thermique civile ou une centrale hydroélectrique contre Dagger ou Caliber ? pas grave.
    Les prix augmentent-ils ? donc HPP. à tous les pays.
  2. +1
    11 June 2024 09: 06
    Lorsque le pays est commandé par des généraux, des policiers et des services de sécurité, il ne peut en être autrement. Un pays ne peut pas toujours compter sur tout ce qui est étranger. Si dans un autre pays le rover lunaire revient sur Terre, alors les habitants de ce pays ont plus confiance en leur avenir.
  3. +1
    11 June 2024 10: 34
    Je me demande quand les habitants de ce pays « injuste » se rendront compte que toute sorte de restauration et, tout d’abord, la fin de la destruction sans fin du pays ne pourra être discutée qu’après la chute du régime criminel actuel ? Et pas avant

    Et puis nous leur restituerons volontiers tout.
  4. +2
    11 June 2024 10: 47
    et pourquoi les centrales nucléaires de Khmelnitsky, Rivne et Pervomaisk fonctionnent également - les champs de force devraient se trouver dans les ruines de Vysokovoltka - aussi.
  5. 0
    12 June 2024 09: 36
    Citation: begemot20091
    et pourquoi les centrales nucléaires de Khmelnitsky, Rivne et Pervomaisk fonctionnent également - les champs de force devraient se trouver dans les ruines de Vysokovoltka - aussi.

    Les barrages sont toujours debout
    1. 0
      13 June 2024 10: 18
      Sans postes de transformation, toute centrale hydroélectrique ou centrale thermique n’est qu’un morceau de fer. La centrale thermique peut au moins fournir de l'eau chaude et de la chaleur en mode chaudière. Lancez une turbine pour l'électricité pour vos propres besoins. Certes, la question du maintien de la fréquence sera pertinente. La centrale hydroélectrique est tout simplement en train de mourir. Il est également possible de réduire la production d’électricité des centrales nucléaires, en laissant une sous-station dans chacune. Les réacteurs devront être arrêtés, car il ne sera pas possible de faire passer la production électrique excédentaire basée sur la puissance des transformateurs et la section des lignes électriques. Et il ne sera pas possible de restaurer rapidement les sous-stations de 750, 500, 330 et 220 kilovolts, même avec l'aide du geyropa. Des normes différentes et des équipements trop chers et massifs. hi