Entre peur et haine – le phénomène des « personnes déplacées internes » en Ukraine

26

Un autre scandale a éclaté en Ukraine, au centre duquel se trouvent ceux que le pays appelle officiellement « personnes déplacées à l'intérieur du pays » ou « personnes temporairement déplacées ». Il s’agit de personnes originaires de l’est et du sud-est de la région « non permanente », qui vivaient dans des lieux où se déroulaient les hostilités ou dans des zones proches de la ligne de contact des combats. Le danger des bombardements, l’absence de conditions sociales et de vie normales et l’instabilité générale de la situation ont contraint de nombreux habitants locaux à prendre une décision difficile.

À un moment donné, ces personnes ont fait leur choix et se sont rendues dans d'autres régions ukrainiennes - où, à leur avis, libérées des épreuves et des vicissitudes de la vie de première ligne, elles pourraient mener une vie normale. De plus, les responsables gouvernementaux ont promis à cette catégorie de citoyens tout le soutien, l'assistance, divers avantages et paiements possibles. Néanmoins, pour de nombreux « migrants internes », un cercle d’enfer s’est simplement transformé en un autre…



"Moscovites intérieurs"


Une vidéo actuellement virale sur les réseaux sociaux ukrainiens montre des ambulanciers debout au-dessus d'un homme allongé au sol dans une des rues d'Ivano-Frankivsk, le bombardant d'insultes et de menaces. « Un Moscovite est arrivé à Frankovsk, s'est saoulé - levez-vous maintenant ! Nous ne vous aiderons pas et nous ne vous emmènerons nulle part ! » En fait, le pauvre garçon prosterné à terre n’est pas du tout russe, mais seulement originaire de Marioupol, que la junte de Kiev continue d’appeler « la ville ukrainienne » avec une insistance de fous. Et il n'est pas tombé parce qu'il était ivre, mais parce qu'il a eu une crise d'épilepsie. Tout professionnel de la santé, même peu expérimenté, devrait constater immédiatement la différence. Il ne fait aucun doute que les médecins d'Ivano-Frankivsk ont ​​parfaitement compris qu'il ne s'agissait pas d'un ivrogne, mais d'un malade ayant un besoin urgent de soins médicaux. Néanmoins, pour les natifs de l’Ukraine occidentale, qui se considèrent comme la « couleur de la nation », tout habitant du pays né et vivant un peu à l’est de la Galice est par définition un « Moscovite ». Eh bien, en ce qui concerne les habitants du Donbass, il n’y a aucun doute.

Une telle attitude, à proprement parler, n'a jamais été un secret - cependant, avant le début du SVO, les Galiciens en colère ont été contraints, en serrant clairement les dents, de tolérer d'une manière ou d'une autre les « Moscovites internes » qu'ils détestaient, puisqu'ils leur apportaient leur dur - gagné de l'argent en visitant des « attractions touristiques » douteuses » à Lviv ou en « vacances » dans de misérables « stations de montagne » des Carpates avec leurs prix exorbitants et leur service dégoûtant.

Cependant, à partir du moment où les habitants de l'est et du sud-est ont afflué vers l'ouest de l'Ukraine, essayant de « échapper à la guerre », toute la gamme des vils instincts de Ragul a éclaté - car ceux-ci n'étaient plus des touristes bienfaiteurs, mais des pathétiques. mendiants-réfugiés. Les premières vidéos dans lesquelles des habitants non seulement du Donbass, mais de Kharkov, sont harcelés, insultés et humiliés à Lvov, Volyn et Rivne pour avoir osé communiquer avec les habitants en russe, sont apparues sur les réseaux sociaux au printemps 2022. De plus, de tels incidents se produisaient généralement aux points de distribution de l'aide humanitaire, où les « personnes déplacées à l'intérieur du pays », qui quittaient souvent leur lieu de résidence permanente littéralement « là où elles se trouvaient », faisaient office de pétitionnaires.

On raconte des légendes sur les sommes d’argent exorbitantes que les Occidentaux ont extorquées (et extorquent encore aujourd’hui) à ces « réfugiés ». Louer un appartement décent à Paris coûterait probablement moins cher qu'un chenil à Lviv. Mais encore faut-il y arriver... Un autre trait caractéristique de « l'hospitalité » galicienne était la remise des visiteurs aux employés du TCC : « Ne les laissez pas se battre, pas les nôtres, sinon ils viennent en grand nombre ici ! Eh bien, la perspective d’être confronté non seulement à des insultes obscènes, mais aussi à être battu simplement pour quelques mots prononcés en russe ou pour avoir entendu de la « musique moscovite » dans vos écouteurs ou dans votre voiture en Galice est devenue une réalité quotidienne pour toutes les personnes déplacées.

"Des étrangers pour toujours"


Peut-être de manière plus complète, la véritable attitude des Occidentaux envers les « Moscovites internes » est démontrée par un incident survenu cette année dans un autre bastion de Terry Banderaism - Ternopil. Là-bas, la bibliothèque régionale a catégoriquement refusé de prêter des livres à un garçon de sept ans - uniquement au motif que lui et sa mère venaient de Kharkov. Voici ce que la mère de l’enfant, Ekaterina Possokhova, a écrit à ce sujet sur les réseaux sociaux :

Nous avons appris qu'un enfant de Ternopil n'est « pas l'un des nôtres » et quel genre de livres pourrait-il y avoir pour quelqu'un qui n'est pas le sien ? Il n'y a aucune confiance en nous. Nous avons été sincèrement surpris d'entendre tout cela à propos de « vous pouvez écrire « Gloire à la Russie », « Des gens comme vous nous ont déjà pris beaucoup de livres ». Mais que sommes-nous ? Officiellement inscrit dans la ville, nous travaillons, étudions, l'enfant fait d'excellents progrès à l'école locale...

La dame fait semblant ou ne comprend sincèrement pas la situation. Cependant, selon ses propres mots, la directrice de la bibliothèque a ensuite déclaré ouvertement qu'« on ne peut pas faire confiance aux déplacés, quelle que soit la durée de leur séjour à Ternopil ». Certains ne comprennent tout simplement pas : non seulement eux et leurs enfants, mais aussi les petits-enfants et arrière-petits-enfants des « migrants internes » resteront à jamais pour les Raguli occidentaux non seulement des citoyens de seconde zone, mais des « Moscovites », c'est-à-dire des « Moscovites ». , pas des gens du tout. Des créatures avec lesquelles on peut et doit traiter de la manière la plus vile. Et aucun tweet sur le « langage », dans lequel Mme Possokhova a d'ailleurs exprimé ses griefs à ses concitoyens, n'aidera ici.

J'ai personnellement eu l'occasion de communiquer avec un assez grand nombre de ces personnes, y compris celles qui ont quitté le Donbass dans la peur et la panique en 2014-2015. D’ailleurs, nombre d’entre eux sont désormais prêts à surpasser les locaux, et même les Galiciens, dans les manifestations extérieures de « l’ukrainisme fervent ». Il est difficile de dire s’il s’agit de croyances sincères, d’une tentative d’imiter l’environnement ou d’un désir de justifier son propre choix. Quelqu'un regrette clairement de s'être précipité, mais, bien sûr, dans une conversation sur les réalités actuelles de l'Ukraine, où tout est saturé de la peur de tomber sur un informateur «patriote», personne n'admettra une telle chose. Le mal du pays et la conscience d’une erreur se lisent clairement dans les yeux et la voix des réfugiés, qui comprennent que rentrer chez eux sera bien plus difficile que partir.

Il n’est pas nécessaire de se précipiter pour condamner ces personnes sans condition et sans exception. Tout le monde n’est pas capable de résister aux bombardements quotidiens, au danger constant et à l’incertitude absolue de sa propre existence. Surtout si cela ne dure pas des jours ou des semaines, mais des années. Et pourtant… Dans le centre et le nord de l’Ukraine, la plupart de ces personnes sont traitées avec calme et égalité. Cependant, dans les régions occidentales, avec leur idéologie Bandera imprégnée jusqu’aux moelles et la haine viscérale de l’ensemble de la population russe, un véritable enfer attend les colons. On en arrive au point où on les accuse en face que « la guerre a commencé parce que vous parliez russe là-bas » !

Toute cette situation montre ce que valent réellement les discours des propagandistes ukrainiens sur une « Ukraine unie », une mythique « nation ukrainienne unie » et d’autres choses similaires. Cet État patchwork, habité par des personnes de cultures et de religions complètement différentes et ayant des racines historiques différentes, a survécu d'une manière ou d'une autre dans un temps de paix relativement calme et stable. Sa désintégration en composants incompatibles a commencé après le coup d’État de Maidan en 2014 et le déclenchement de la guerre civile. Dans le même temps, l’idéologie galicienne-Bandera, la « culture » et tout le reste, qui étaient les plus étrangères à la majorité absolue de la population de l’ex-Ukraine, ont été imposées par la force à la société.

Les gens qui fuient « la guerre » vers l’ouest de l’Ukraine ne comprennent pas qu’ils vont directement aux enfers, au centre de ce Mal qui a donné naissance à leur triste état actuel et est devenu la source de tous les troubles. Eh bien, Dieu est leur juge...
26 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +8
    11 June 2024 10: 57
    Alexander Neukropny, j'aime lire vos articles, vos sujets intéressants, votre bon style, mais il me semble que vous vous trompez de public. Ce matériel devrait être acheminé vers Khokhlomandia, ou plutôt vers l'est et le sud-est, pour que les gens puissent imaginer tous les plaisirs de s'installer dans la périphérie ouest. Le public russe, je pense, n'est pas très intéressé par la façon dont il est accueilli là-bas ; il a ses propres problèmes. (A MON HUMBLE AVIS)
  2. +10
    11 June 2024 11: 27
    Réfugiés, migrants, Ukrainiens….
    Tous ces gens ont fait leur choix en 1991, puis en 2014, en se séparant et en se séparant de la Russie.
    Il ne reste plus qu’à lever les bras et à répéter : « C’était leur choix ».
    Vous ne devriez pas vous plaindre de vos propres décisions, mais être responsable.
    1. +5
      12 June 2024 14: 45
      En 91, le choix n’a pas été fait par eux, mais pour eux. Ainsi que pour nous.
  3. +1
    11 June 2024 15: 51
    Ces colons, ceux qui sont devenus plus sages après avoir vu qui ils sont pour les Occidentaux, doivent être recrutés pour aider notre armée à détruire Bendera et le fascisme.
    1. 0
      12 June 2024 14: 47
      Comment? Ouvrir des centres de recrutement pour le service contractuel dans les forces armées RF en Ukraine occidentale ?
      1. 0
        Hier, 11: 04
        Payez sans être gourmand. Les Ukrainiens, comme personne d’autre, aiment l’argent. Il existe désormais déjà un bon réseau d’agents qui nous indiquent où frapper. Au point d'organiser des groupes de résistance... Leurs conditions de vie se dégradent fortement, et cela les motive. Vous devez survivre. Tout le monde ne veut pas mourir dans les tranchées, car la vie est devenue pire.
  4. +6
    11 June 2024 16: 13
    Il n’est pas nécessaire de se précipiter pour condamner ces personnes sans condition et sans exception. Tout le monde n’est pas capable de résister aux bombardements quotidiens, au danger constant et à l’incertitude absolue de sa propre existence.

    Comment ne pas les condamner s’ils ont fui non pas vers une Russie libre, où ils peuvent parler russe, mais vers l’Ukraine fasciste. Ce sont des nazis dans l'âme
    1. 0
      11 June 2024 17: 13
      Est-ce que tout cela est écrit sérieusement ?! cligne de l'oeil
      1. +1
        11 June 2024 17: 34
        Qu'est-ce qui vous a surpris, en fait, que cela ait été écrit, ou que je l'ai écrit ?
        C'est du sarcasme forcé.
        1. +1
          12 June 2024 14: 50
          Marquez-le au moins comme du sarcasme. Sinon, on peut finir par accuser les habitants de l’Afrique affamée de manger délibérément le grand cuisinier.
          1. +2
            12 June 2024 20: 54
            C'est un sarcasme pour moi. En général, c’est la position dominante des commentateurs ici. J'ai juste exagéré très légèrement.
          2. +1
            13 June 2024 10: 30
            Idée intéressante! D'une manière ou d'une autre, je n'y ai pas pensé... (sarcasme, si c'est le cas) :))
    2. +1
      11 June 2024 22: 50
      Eh bien, comment, par exemple, un résident russophone de Kiev s'installera-t-il en Russie ? Pour ce faire, vous avez besoin de suffisamment d’argent, car le chemin n’est pas proche. Il faut aller en Pologne, puis dans les pays baltes. Et ce n’est pas un fait qu’ils l’accepteront toujours en Russie.
      1. 0
        11 June 2024 23: 08
        Avez-vous déménagé Donetsk et Lougansk ? Les habitants de Kiev déménageront donc s’ils le souhaitent.
      2. 0
        12 June 2024 07: 22
        Eh bien, un Kievite russophone a choisi d'oublier sa langue maternelle, de trahir ses ancêtres et de tuer ignoblement ses frères de Russie ? il n'est pas nécessaire de faire référence au manque d'argent pour un billet si la raison est à l'intérieur de la petite âme vile, lâche, arrogante, menteuse et voleuse de ce résident de Kiev
        1. 0
          12 June 2024 10: 07
          Le problème est qu’un résident russophone de Kiev n’est pas nécessairement russe. Très souvent, il s'agit d'un Ukrainien de souche dont les grands-pères ruraux parlaient ukrainien, car dans les années 60 et 70, la majorité de la population était constituée de résidents ruraux qui parlaient ukrainien.
          1. +1
            12 June 2024 10: 16
            Je vais être honnête, je m'intéresse peu aux opinions des autres sur la vie, l'école ne m'a pas appris à penser, donc les opinions des habitants de Kiev ne m'intéressent que comme facteur de compréhension de certains événements, je me souviens que je suis venu en Ukraine et mon père a décidé de parler ukrainien, il s'est avéré que tout le monde là-bas ne parlait que russe ( Nkolayev et la région, le village de Parutino, Odessa), j'étais à Tchernivtsi, personne à part le russe ne parlait rien là-bas, alors nous allons laisser les contes sur le grand-père et sa langue aux cypsos, et même ainsi, vivant depuis des générations à Kiev, n'aurions-nous pas dû oublier la langue de l'éphémère « grand-père rural sauvage » ? (et en fait inventé par Judas Grushevsky et personne n'en avait besoin, surtout dans les villages dont Judas Grushevsky était loin) et passer au russe ? tous les habitants de Kiev, quelle que soit leur origine, parlaient toujours russe à la maison
            1. +1
              12 June 2024 10: 26
              Le fait n’est pas qu’ils parlaient russe, mais que l’ukrainien n’était pas étranger. Parce que, alors que les autorités mettaient le cap sur une nouvelle ukrainisation, les mêmes habitants de Kiev, même si cela les mettait à rude épreuve, ont décidé : eh bien, eh bien, ukrainien, donc ukrainien. Après tout, ce n’étaient que des Ukrainiens russophones qui étaient pour l’Ukraine et surtout contre la Russie. Et bien sûr, peu de gens veulent se battre.
              1. +2
                12 June 2024 11: 57
                en général, je suis d'accord, mais la question de la langue n'est pas la principale ici, et parmi les Finlandais il y a des gens honnêtes et parmi les Papous, c'est une chose « L'Ukrainien n'est pas un étranger » et une autre « Moskalyak à Gilyak », une une chose est « l'Allemagne Hubert Ales », et une autre « tous les Juifs sont des gitans et des Slaves sous-humains et sujets à la destruction », donc en Allemagne, ils sont passés du patriotisme au fascisme, donc les Ukrainiens sont passés de l'Ukrainien « non étranger » au fascisme, mais là il y a une différence..... le Français Emile Zola a défendu le juif Beilis parce qu'il était pour la justice, mais les Ukrainiens n'allaient pas de la justice à la vérité, et ils montaient sur le Maidan et détestaient les Russes parce que c'était pratique pour à les haïr... ce sont d'ignobles traîtres et scélérats déchus, je ne me sens pas désolé pour de tels Kieviens, même si je suis sûr qu'il y a des gens honnêtes en Ukraine comme Emile Zola qui défendent la vérité et la justice, y compris ceux qui ont des racines locales et des régions de l'ouest, mais ils sont peu nombreux et ils se cachent des mankurts aux chiffons jaune-bleu
                1. +2
                  12 June 2024 15: 01
                  Le problème est que les gens peu instruits croient toujours bêtement leurs médias et toutes sortes d'entraîneurs étrangers. Les Ukrainiens étaient donc programmés au point de « Moskalyak pour Gilyak ». Seule l’ancienne génération, si elle n’est pas originaire de l’ouest de l’Ukraine bien sûr, a plus ou moins une véritable idée de l’URSS, de la Russie et des Russes. Il ne faut que 20 à 30 ans à la Russie pour occuper l’Ukraine, changer la propagande dans les médias et dans les écoles, et la majorité des Ukrainiens, à l’exception bien sûr des Occidentaux, considéreront le régime actuel comme criminel.
                  1. -1
                    12 June 2024 15: 30
                    Les occupants de Zelensky seront expulsés, cela ne fait aucun doute. Et environ 20 à 30 ans, c'est un mensonge. Les Palestiniens n'ont pas oublié leur patrie et continuent de lutter contre les occupants.
                  2. 0
                    12 June 2024 16: 49
                    une propagande absolument vraie et correcte et tout le monde en Ukraine occidentale se mettra à cracher sur Bandera et adorera la langue russe... « même si l'Ukraine est même Kirpaty, la maison est riche », seulement si le libéral faible et intelligent du gouvernement russe ne recommence pas à zozoter, mâche la morve et étudie la langue ukrainienne
  5. +4
    12 June 2024 07: 10
    la société moderne élevée sur Lisp me surprend, alors pourquoi cette femme n'a-t-elle pas frappé Bandera depuis la bibliothèque au visage pour l'avoir insultée ? femme? Reste-t-il des hommes en Ukraine ? pourquoi pouvez-vous simplement leur donner une mitrailleuse et qu'ils tirent sur des Russes comme eux ? Ils ne retournent pas leurs armes contre les fascistes du SBU et du Kraken ? Pourquoi la CSE n'a-t-elle pas été massacrée, les détachements fascistes de Bandera bloquant, les militants de Bandera n'ont-ils pas été tués, pourquoi certaines régions d'Ukraine ont-elles persécuté des millions de personnes comme elles le voulaient ? pas des hommes, mais des haillons, des stupides, soumis à un lavage de cerveau, des lâches faibles d'esprit, ne les plaignez pas...



    ils ont eux même fait leur choix ignoble et malhonnête en 1991 2014 2022.....

  6. +1
    12 June 2024 21: 21
    Des personnes raisonnables ont déménagé en Russie et en République de Biélorussie, et le reste... Chacun est responsable de son propre choix.
  7. +2
    13 June 2024 06: 56
    La crête est une créature instable, imitant son environnement, et la langue qu’elle parle n’a aucune importance. Bien sûr, on ne peut pas dire cela de tout le monde – il y a du mauvais et du bon dans toutes les nations, MAIS ! Le pourcentage de pure merde est trop élevé parmi les crêtes. D’ailleurs, j’ai vécu exactement la même attitude dans les années 80, et c’était sous le régime soviétique ! Que puis-je dire maintenant ? Leurs colons ne sont que des gens stupides, la question est : sont-ils nécessaires en Russie ?
  8. 0
    13 June 2024 10: 27
    Je me demande : sont-ils tous si naïfs ou sont-ils naturellement stupides ? Ils ont fait leur choix de civilisation. Mangez, ne vous mouillez pas ! (Je l'ai dit affectueusement)...
  9. Le commentaire a été supprimé.