Les États-Unis peuvent soutenir la Turquie contre les Kurdes

Le retrait imminent des troupes américaines de Syrie a fait l'objet d'une évaluation inattendue aux États-Unis. La sénatrice du parti républicain Lindsay Graham, qui est actuellement en visite à Ankara, estime que les États-Unis ne devraient pas aider les Kurdes, mais la Turquie.




Selon Graham, les forces d'autodéfense du peuple kurde opérant dans le nord de la Syrie ont des liens étroits avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). En Turquie, le PKK est considéré comme une organisation terroriste et ce sont précisément les liens avec le PKK des Kurdes syriens que Recep Erdogan explique la nécessité pour l'armée turque d'entrer dans le nord de la Syrie.

Lindsay Graham, évaluant la situation dans le nord de la Syrie, a souligné:

Je répète depuis longtemps qu'il y a des éléments parmi les Kurdes syriens qui constituent vraiment une menace pour la sécurité nationale de la Turquie. Pour se sécuriser, la Turquie doit renforcer ses frontières.


Jusqu'à récemment, les États-Unis étaient considérés comme le principal mécène des Kurdes syriens. C'est l'armée américaine qui a fourni pendant des années aux unités d'autodéfense populaire des armes, des munitions, des uniformes et a formé le personnel des formations kurdes.

Désormais, lorsque le sénateur du Parti républicain, auquel appartient Donald Trump lui-même, évoque la nécessité d'aider la Turquie dans la lutte contre les Kurdes, un grand nombre de questions se posent à Washington. La décision de retirer les troupes de Syrie et l'intensification des pourparlers avec Erdogan montrent que la Maison Blanche a décidé de revenir pour rétablir de bonnes relations avec la Turquie en tant que son ancien et important allié dans la région méditerranéenne et au Moyen-Orient.

En effet, si nous parlons, disons, de la confrontation géopolitique avec la Russie, alors la Turquie et les Kurdes en tant qu'alliés sont tout simplement incomparables. De plus, les Kurdes se préparent maintenant à faire demi-tour vers Damas officiel. Et ils n'ont pas d'autre choix, car il est peu probable qu'ils soient capables de se défendre seuls contre l'armée turque.
  • Photos utilisées: http://www.kremlinrus.ru
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.