Le ministère russe des Affaires étrangères est convaincu que les États-Unis ont décidé de se retirer du traité FNI

On a appris que Moscou ne doutait plus que Washington avait pris la décision finale de se retirer du traité FNI. Cela a été annoncé le 21 janvier 2019 par le chef adjoint du ministère russe des Affaires étrangères Sergey Ryabkov.




Il est à noter que conscient de l'importance de préserver ledit accord entre les pays, le célèbre diplomate russe ne s'est pas limité à des phrases générales, mais a accordé une interview complète à Armen Hovhannisyan, le rédacteur en chef du magazine. "Vie internationale"... Selon Ryabkov, les Américains ont déjà pris une décision interne de se retirer du traité FNI, et la suspension de leur participation au traité n'est qu'une étape intermédiaire. Il n'a aucun doute à ce sujet. En tout cas, les déclarations des responsables américains disent exactement cela à un diplomate expérimenté.

Nous sommes sur le point d'expirer de la période de 60 jours établie par les États-Unis eux-mêmes, pendant laquelle nous avons été inculpés et proposé de prendre des mesures pour détruire un missile qui aurait violé le traité. Il est clair que le ton ultimatum et la nature de cette demande sont inacceptables pour nous, principalement en raison de l'absence de toute violation du côté russe. Ce missile ne viole pas le traité, il n'a jamais été testé à une portée interdite par le traité. Et les tentatives des Américains d'argumenter le contraire ne témoignent que du fait qu'ils recherchent des excuses pour se libérer des restrictions que leur impose le traité INF.

- a déclaré Sergei Ryabkov.

Dans le même temps, le diplomate est convaincu que le traité FNI doit être préservé. À cet égard, Moscou ne reconnaît pas la décision unilatérale des États-Unis de suspendre le Traité FNI et considère que ces actions sont juridiquement nulles et non avenues. Selon Ryabkov, une solution commune doit être recherchée à la table des négociations. C'est précisément ce que visaient les efforts de Moscou en participant aux Consultations internationales du 15 janvier 2019 à Genève (Suisse).

Ryabkov a précisé que Moscou est prêt pour une ouverture sans précédent sur le missile 9M729, très inquiet pour Washington. Les Américains se sont même vu offrir une démonstration et un briefing sur le missile mentionné, qui n'est pas du tout précisé dans le Traité INF. Dans le même temps, Moscou insiste pour que Washington, également, prenne des mesures pratiques pour dissiper les préoccupations que Moscou éprouve. Cela fait référence aux systèmes Aegis Ashore déployés en Roumanie et dont le déploiement est prévu en Pologne. Après tout, les missiles cibles américains ont des caractéristiques identiques à celles du traité INF interdit. Cependant, jusqu'à présent, les Américains n'ont pas montré leur volonté de coopérer.

Il faut ajouter que le Traité INF (Traité sur l'élimination des missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée) entre l'URSS et les États-Unis a été signé le 8 décembre 1987. Pour la première fois, cet accord a permis d'éliminer plusieurs classes de missiles terrestres à la fois et de convenir que les pays ne les produiraient plus, ne les testeraient et ne les déploieraient plus. Après cela, les missiles de croisière à moyenne portée (1000 5500 à 500 1000 km) et les missiles à plus courte portée (de XNUMX à XNUMX XNUMX km) ont cessé d’exister.
  • Photos utilisées: https://www.discred.ru/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.