OTAN: les nouveaux missiles russes peuvent facilement atteindre les capitales européennes

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, raconte régulièrement aux médias diverses «histoires d'horreur», démontrant leur besoin. Un sujet de prédilection pour lui est d'accuser la Russie de divers problèmes que l'OTAN a inventés spécialement pour cela. Après tout, d'une manière si simple, on montre aux Européens que c'est ce bloc «épris de paix» qui veille sur leur paix et leurs intérêts, les protégeant d'une Russie «agressive».




Cette fois aussi, Stoltenberg a lancé une autre attaque contre Moscou. Donc dans une interview Politico, en marge du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le secrétaire général de l'Alliance a déclaré strictement que si la Russie continue de violer le traité FNI, l'OTAN développera ses propres méthodes fiables de dissuasion et de protection pour contrer.

Le secrétaire général a souligné que l'OTAN ne peut pas permettre à la Russie de violer davantage le traité FNI, car cela porterait atteinte au respect non seulement dudit accord, mais aussi des autres responsables de la maîtrise des armements. Il a précisé que l'Alliance ne veut pas d'une guerre froide. Puis il a ajouté qu'il croit fermement en la possibilité d'un dialogue avec Moscou dans les conditions actuelles très difficiles, et dans certains endroits franchement difficiles.

Dans le même temps, Stoltenberg a souligné que la Russie avait développé de nouveaux missiles et commencé leur déploiement. Selon lui, ces missiles sont mobiles, difficiles à détecter, ils peuvent transporter des armes nucléaires et sont capables d'atteindre les villes européennes sans laisser de temps pour un avertissement d'attaque de missile. À son avis, tout ce qui précède signifie que le seuil pour toute utilisation d’armes nucléaires dans un conflit s’abaisse.

En fait, cela peut être considéré comme une menace voilée de l'OTAN à la Russie concernant l'utilisation éventuelle d'armes nucléaires. Par conséquent, il convient de rappeler que le Traité FNI interdit les missiles au sol d’une portée de 500 à 5500 9 km. Et selon Washington, le missile russe 729MXNUMX pour l'Iskander-M OTRK viole cet accord.

À cet égard, le 23 janvier 2019, le ministère russe de la Défense a organisé un briefing et une démonstration de ce missile pour les attachés militaires des États étrangers. Dans le même temps, les représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l'Allemagne, ainsi que de l'OTAN et de l'Union européenne ne sont pas apparus, ce dont nous en détail rapporté plus tôt. Au lieu de cela, il a été rapporté de Washington que les États-Unis commenceraient le processus de retrait du Traité FNI le 2 février 2019.

Et puis une question intéressante se pose. Le Traité INF a été conclu en 1987 entre l'URSS et les États-Unis, il est donc bilatéral et si l'un des pays s'en retire, il prendra automatiquement fin. De plus, il n'y a aucune mention de l'OTAN, donc Stoltenberg secoue l'air en vain. Après tout, il doit se tourner vers Washington, et non vers Moscou, concernant la préservation du Traité FNI.
  • Photos utilisées: https://liganews.net/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.