Le Parlement britannique discutera à nouveau du Brexit

Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne (UE) le 29 mars 2019, c'est-à-dire cet événement significatif n'a pas tardé à attendre. Cependant, le projet d'accord avec l'UE sur le «divorce» (sur le Brexit) n'est toujours pas approuvé par le parlement britannique. De plus, Bruxelles a déjà approuvé tout ce qui y est écrit et attend avec impatience que Londres fasse de même.




Et donc, selon un correspondant de Londres RIA NovostiLe 29 janvier 2019, le Parlement britannique tentera à nouveau d'examiner ledit accord. La nouvelle version diffère très peu de l'accord d'origine, qui a été rejeté le 15 janvier 2019. Mais si l'accord n'est pas approuvé avant le jour où le Royaume-Uni quittera l'UE, alors Londres pourrait se trouver dans une situation très désagréable et une tentative de "se faufiler" autant que possible hors de Bruxelles aura le résultat inverse, se transformant en catastrophe. Dans le même temps, à la veille du vote, personne n'ose faire des prédictions sur son issue, donc cette réunion n'est peut-être pas la dernière.

Comme auparavant, beaucoup sont mécontents de l'accord, y compris une partie importante du Parti conservateur. Alors Theresa May fait des histoires dès qu'elle le peut, elle a même accepté de soutenir l'un des amendements annulant le régime spécial des douanes et des frontières pour l'Irlande du Nord. Après tout, la version précédente de l'accord était un échec assourdissant à la Chambre des communes lorsqu'elle était examinée la fois précédente (à l'appui - 202, contre - 432).

Il est à noter que les parlementaires ont initialement proposé une douzaine d'amendements, dont le report de la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE. Cependant, une commission spéciale (la commission Brexit) n'a laissé que trois amendements, et tous ne sont pas très ennuyeux pour Bruxelles. Après tout, ce sont des tentatives pour empêcher la "catastrophe de quitter l'UE sans accord", c'est-à-dire Le Royaume-Uni part, mais s'il n'a pas le temps de tout régler d'ici fin mars, il étendra le plaisir jusqu'à la fin de 2019. Bien que, selon la législation en vigueur, ce soit le gouvernement qui a les pouvoirs liés au calendrier du Brexit.

Il précise que les syndicats britanniques ont demandé à May de reporter le Brexit et d'initier la prolongation de la durée de la législation régissant l'adhésion à l'UE. Cependant, May a refusé les patrons syndicaux Lena McCluskey (de Unite), Dave Prentis (de Unison) et Tim Roach (de GMB). Les dirigeants syndicaux ont alors rapporté que "May a refusé de fournir les garanties nécessaires pour préserver les emplois et les droits".

De plus, avant le vote, le British Retail Consortium (BRC) a envoyé une lettre inquiétante aux membres de la Chambre des communes. La lettre a été signée par les responsables des chaînes de distribution: Sainsbury`s, Asda, M&S, Co-Op, Lidl, Waitrose, Costcutter, ainsi que les chaînes de restaurants McDonald`s, KFC et Pret A Manger.

Les détaillants stockent généralement des marchandises pendant au plus deux semaines, et il sera extrêmement difficile de se réapprovisionner en cas de rupture des chaînes d'approvisionnement. Nous essayons de trouver des itinéraires de navigation alternatifs (pour les marchandises vers le Royaume-Uni), mais les options sont limitées et le nombre de ferries (à travers la Manche) ne suffit pas. Tout cela ne peut remplacer qu'une petite partie du stock total ... Nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que nos clients seront les premiers à faire face aux réalités du Brexit sans accord. Nous appelons les parlementaires à travailler ensemble afin qu'ils trouvent de toute urgence une solution au problème le 29 janvier et contribuent à éviter le choc de quitter l'UE sans accord

- la lettre dit.

BRC prévient qu'en cas de Brexit sans accord, le flux de marchandises transportées à travers la Manche sera réduit de 87% par rapport au niveau actuel, ce qui entraînera inévitablement une pénurie sur le territoire de Foggy Albion. BRC rappelle que le Royaume-Uni est tributaire des approvisionnements alimentaires européens, notamment au printemps (90% de laitue, 80% de tomates et 70% de fruits).
  • Photos utilisées: https://yandex.ru/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.