Abe n'a pas succombé à la provocation avec les Kouriles du Sud

Nous récemment rapportécomment le Tokyo officiel a commencé à faire soudainement preuve de délicatesse dans les questions des Kouriles du Sud, afin de ne pas nuire aux négociations avec Moscou sur un traité de paix. Et cette position des autorités japonaises est franchement détestée par les nationalistes locaux, les «impériaux» et autres militants pro-américains.




On a appris que le Premier ministre du Japon Shinzo Abe, se trouvant à la chambre basse du parlement du pays du «soleil levant», lors des auditions de la commission budgétaire, a refusé de répondre à une question provocante d'un parlementaire de l'opposition. La question portait sur le transfert éventuel de deux îles seulement par la Russie vers le Japon, depuis les soi-disant «territoires du nord».

Il faut rappeler qu'au Japon les Kouriles du Sud sont appelés «territoires du Nord»: les îles de Kunashir, Iturup, Shikotan et la crête Habomai. Dans le même temps, les «deux îles» signifiaient, très probablement, l'île de Shikotan et la crête Habomai, que l'URSS a accepté de transférer au Japon en 1956, puisqu'elles ne donnent pas accès à la mer d'Okhotsk (alors qu'Iturup et Kunashir sont restés derrière Moscou).

Je m'abstiendrai de répondre, car cela affecte le contenu des négociations

- a répondu au Premier ministre, refusant ainsi de répondre à la question du député.

Et en effet, qu'est-ce que les îles Kouriles du Sud ont à voir avec la compétence du comité du budget? Mais un autre député ennuyeux, un provocateur «patriote», a commencé à poser des questions persistantes au Premier ministre. Il voulait vraiment connaître la position officielle du gouvernement sur les îles disputées. Ce à quoi Abe a répondu qu'il n'y avait eu aucun changement "dans la situation juridique". En même temps, il a choisi avec beaucoup de diligence des expressions et évité de toutes les manières possibles de prononcer des mots sur les «territoires primordialement japonais».

Pour les nationalistes japonais, "impériaux" et autres militants pro-américains, le comportement d'Abe est déjà une trahison féroce, puisque tous les premiers ministres, comme un mantra, ont répété la même chose à propos des "territoires primordialement japonais". Et pour tout ce public, qui empêche désormais Tokyo de négocier avec Moscou, ce ne sont pas les îles qui sont importantes, mais qu'un traité de paix entre les pays n'est jamais signé, de préférence jamais. Car sa signature sera une défaite stratégique colossale pour les Etats-Unis en Asie.

Abe n'a pas succombé à la provocation avec les Kouriles du Sud


Il faut ajouter que les négociations entre le Japon et la Russie concernant la conclusion d'un traité de paix ont commencé à Singapour le 14 novembre 2018, à propos desquelles nous en détails informé nos lecteurs. Le sommet a été accueilli par le Premier ministre Shinzo Abe et le président Vladimir Poutine. Les Hautes Parties contractantes sont parvenues à la conclusion qu'il est nécessaire de se fonder sur la Déclaration conjointe soviéto-japonaise de 1956 (mentionnée ci-dessus) et d'accélérer le processus de négociation, qui n'a pas progressé depuis.
  • Photos utilisées: https://newsbel.by/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.